Extension d’une prison géante pour chiens « de chasse à courre » en Vendée : c’est non !

Extension d’une prison géante pour chiens « de chasse à courre » en Vendée : c’est non !

Chasse
25.09.2023
Toutes les actualités

Non à l’extension d’un « chenil », qui pourra détenir jusqu’à 120 chiens utilisés pour la chasse à courre !

Depuis des années, nous alertons l’opinion sur le sort des chiens exploités pour la chasse à courre et la chasse en général. Considérés comme de vulgaires outils pour permettre aux chasseurs de s’adonner à leur loisir mortifère, et au-delà des blessures qu’ils peuvent subir pendant la traque des animaux, ils sont souvent parqués dans des chenils saturés de bruit, le cou enserré de colliers électriques et soumis à un fort stress. Pour vous opposer à nos côtés à l’extension de cette infrastructure, participez à la consultation publique ouverte par la préfecture !

Vénerie : des vies de souffrance pour les animaux

Les chasseurs à courre exploitent leurs chiens dans un seul objectif : faire souffrir, le plus longtemps possible, des victimes pourchassées pendant des heures, qui finiront achevées à l’arme blanche ou au fusil. Ils sèment la terreur dans les forêts, n’hésitent pas à violer la loi et poursuivre les cerfs jusque dans les villages et les propriétés privées, comme l’a révélé notre enquête de plus de trois ans.

La vie de ces chiens est un enfer, de leur naissance à leur mort. Nous l’avons montré dans le cadre de notre infiltration, ces pauvres animaux sont utilisés comme de simples instruments à disposition de leurs « propriétaires » et vivent dans des conditions insupportables, à l’image de tous les chiens « de chasse ». Livrés à eux-mêmes et quasi abandonnés dans le Lot-et-Garonne, exposés à des températures extrêmes dans le Jura, soumis à des traitements cruels dans l’Hérault, la plupart d’entre eux ne connaîtront jamais la chaleur d’un foyer et d’une famille. Et que dire des blessures ? Elles sont inévitables, quand on sait qu’ils sont dans de nombreux endroits entassés dans des espaces pas plus grands que des clapiers, contraints de vivre dans le froid et la boue, rongés par les maladies de peau, avant d’être jetés dans des camions de transport comme des objets.

En Vendée, un projet d’extension insensé

Le préfet de Vendée s’apprête ainsi à autoriser l’extension d’un « chenil », qui permettra à terme la détention de 120 individus destinés à servir de chair à canon aux veneurs. Chacun d’eux disposera en tout et pour tout d’à peine 9 m2 pour vivre. Les femelles exploitées comme reproductrices, elles, seront isolées dans une petite zone d’à peine plus de 5 m2

On n’ose à peine imaginer la souffrance de ces animaux si sociaux, qui ont besoin d’espace, et qui finiront enfermés sans aucune possibilité de courir et sauter en dehors des moments de traque, où ils seront malmenés et soumis à tous les risques. Certains se perdront et devront passer des jours seuls dans la forêt, risquant de mourir de faim, de soif ou de se faire renverser sur les routes avant d’être récupérés, si jamais ils ont la chance de l’être. D’autres recevront les coups de fouet des veneurs et, épuisés après avoir parcouru des dizaines de kilomètres, finiront prostrés dans la boue, à deux doigts de se laisser mourir, comme nous l’avons constaté par le passé.

Nous nous opposons fermement à ce projet, et entendons bien le faire savoir à la préfecture. Pour cela, nous avons besoin de vous ! Participez à la consultation publique, en mettant en avant l’incompatibilité d’un tel projet avec le respect du bien-être de ces animaux si proches des humains ! Vous pouvez transmettre vos observations jusqu’au 7 octobre 2023 à la préfecture par mail (pref-participationdupublic@vendee.gouv.fr) ou par courrier[1]. Et en attendant, signez notre pétition exigeant que les chiens exploités pour la chasse bénéficient de la même protection que tous les autres !

[1] Préfet de la Vendée – DCPATE – bureau de ’environnement – 29, rue Delille – 85922 LA ROCHE-SUR-YON Cedex 9

Partarger l'article