le lundi 11 décembre 2023 | 58

Enquête de One Voice dans une fourrière 5 étoiles : l’abattage industriel des chiens et des chats

Enquête de One Voice dans une fourrière 5 étoiles : l’abattage industriel des chiens et des chats

Mis à jour le 16 avril 2024

Troisième volet de l’enquête de One Voice dans les fourrières en France. Après avoir dénoncé les dérives de certaines, nous avons voulu savoir comment fonctionnaient celles qui sont en règle, « bien sous tous rapports » aux yeux des municipalités qui leur délèguent la tâche de « nettoyer » la voie publique des animaux en divagation ou errants. L’horreur était au rendez-vous. Légale cette fois.

Hr blog

Dans le milieu des fourrières, c’est le nec plus ultra. Nos enquêteurs ont infiltré l’un des « centres animaliers » les mieux cotés en France pour assurer ce qu’on appelle la « gestion » des chiens et des chats perdus, abandonnés ou nés dans la rue. À la suite de nos investigations au sein du SIVU 47 et de Passerelles, deux établissements contournant allègrement la réglementation, il était important d’avoir une idée des « bonnes pratiques » au sein de ce secteur.

« Service » public

La structure où nous avons mené l’enquête se prévaut, sur son site web, d’être exemplaire et de tout mettre en œuvre pour le bonheur de « ses pensionnaires ». Il fallait se faire tout petit et filmer en caméra cachée pour en avoir le cœur net.

Environ une fois par semaine, un camion plein à craquer vient y larguer son chargement : bélier, wallaby… on peut trouver dedans toutes sortes d’animaux. Mais ce sont surtout les nombreux chiens et chats récupérés au bord des chemins, sans « détenteur » à l’horizon, qui atterrissent là.

Délégataire de la municipalité pour assurer une mission de service public, cette société privée est financée, comme dans la plupart des villes de France, par les impôts locaux. Son rôle : débarrasser le territoire communal des animaux en divagation dont la responsabilité incombe au maire. La loi prévoit en effet que l’édile puisse, par arrêté, les placer dans un « lieu de dépôt adapté à l'accueil et à la garde », les frais étant à la charge du gardien tant que le « propriétaire » ne se manifeste pas.

« Lieu de dépôt adapté »

Qu’en est-il dans les faits ? Enfilades de box minuscules bétonnés, chiens délaissés parmi leurs déjections, chats entreposés dans des caisses de transport au fond de salles obscures, infirmerie sens dessus dessous… Voici le spectacle auquel ont assisté nos enquêteurs en s’introduisant dans les locaux « aux normes » où sont enfermés les animaux.

Dans cet univers peuplé d’aboiements angoissés et de miaulements plaintifs, les nouveaux arrivants sont tout de suite mis au diapason. Aucun personnel pour les rassurer, leur prodiguer un geste d’affection ou même seulement d’attention. Seuls leurs congénères sont là pour les informer du climat ambiant.

Au moins, ici, les gamelles sont remplies, certes, mais dans quelles conditions ? Partout l’incompréhension, le stress et les appels à l’aide qui résonnent. Derrière chaque grillage, des regards éplorés, terrorisés. Seuls quelques-uns expriment encore un peu de joie lorsqu’ils entendent un bruit de pas. Sans doute croient-ils encore en l’amitié des humains et en des lendemains qui chantent. Plus pour longtemps…

Couloirs de la mort

Car leurs heures sont comptées. Passé le délai légal de huit jours, si personne n’est venu les réclamer, la plupart sont abattus. À une cadence industrielle, même. Il faut laisser la place aux suivants et surtout faire du chiffre : l’activité est très rentable.

Nos enquêteurs ont tout filmé : la terreur des condamnés, la capture des chiens au lasso pour se laisser piquer, l’administration des doses létales à tour de bras par une vétérinaire robotisée et violente. C’est abandonné de tous, hormis de leurs voisins de cellule traumatisés, que des dizaines d’animaux en parfaite santé agonisent chaque jour dans ces couloirs de la mort avant d’être éliminés.

À la benne

Au cours de cette investigation, nos enquêteurs ont croisé la route de nombre d’entre eux, tous plus attachants les uns que les autres. C’est pourtant sous forme de cadavres qu’ils les ont retrouvés, tués sans pitié, coupables de ne pas avoir été aimés.

Régulièrement, les employés de la fourrière entassent les corps congelés ou encore tièdes dans un immense container pour les expédier à l’équarrissage. Le rideau tombe alors définitivement sur ces vies piétinées, massacrées et complètement invisibilisées. Une façon aussi expéditive que discrète pour l’État d’effacer les drames des abandons, de la maltraitance et de l’errance avec l’argent public, plutôt que de financer une véritable politique pour y remédier.

Stop à l’omerta !

Mobilisez-vous avec nous pour briser le silence assourdissant entourant ces tueries de masse dissimulées. Notre enquête est là pour faire toute la lumière dessus et les dénoncer. Nous réclamons la transparence sur ce qui se passe à l’heure actuelle, chaque jour, dans les fourrières de notre pays où des milliers d’animaux sont mis à mort à la chaîne en toute légalité. Tant que nos dirigeants s’en arrangeront ou préféreront fermer les yeux, ils resteront complices de pratiques scandaleuses alors que des solutions existent. Ailleurs en Europe, on prend soin des animaux. La France doit s’en inspirer !

One Voice ne cesse de militer pour que notre pays s’engage dans un programme de stérilisation à grande échelle pour résoudre le problème de l’errance féline et fasse interdire les cessions d’animaux en ligne, principale source des abandons et des abattages en fourrière.

Il est plus que temps d’interpeller nos dirigeants pour qu’ils agissent. Quel est le projet ? Accueillir des animaux ou nous en débarrasser ? Devant l’inhumanité, que font les politiques ? Sont-ils même au courant que des milliers de chiens et chats sont tués chaque année ? Pour qu’ils le soient, partagez nos vidéos à vos élus : maires, députés, présidents de région et au ministre de l'agriculture. Et signez la pétition ci-dessous pour demander la fin de l'omerta et des euthanasies dans les fourrières.

Marie-Sophie Bazin
Hr blog

Dans la thématique

Prise dans un piège à mâchoire, Collier Rouge a perdu une patte. Pour la petite chatte, One Voice dépose plainte Abattages dans les fourrières : le groupe SACPA tente de détourner l’attention

Commentaires 58

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Motył | mardi 09 avril 2024

No comment.

Corinne | dimanche 24 mars 2024

La grandeur d'un pays se démontre dans ses actions. Que devrions-dire de la France face à cette cruauté?
Indigne de notre civilisation.
Ne pas fermer les yeux, aider les associations, soutenir les animaux délaissés, proposer la stérilisation systématique, arrêter les élevages, poursuivre les vendeurs sur les sites internet ... Il y a tant à faire.
Merci à One Voice de faire entendre nos voix

Laurène | vendredi 19 janvier 2024

C’est horrible il faut que tout ça s’arrête, euthanasier des animaux ne devrait pas faire partie du quotidien!!! On ne devrait pas tuer comme si on administrait un médicament c’est devenu banal il faut que ça change

Didine | jeudi 04 janvier 2024

Ben voilà dès que c'est géré par des communes en mode privé.... Laissez faire les vraies assos de protection animale.
Je me bats pour ça depuis 10 ans en Nouvelle Calédonie. Alors oui ça a une tendance au changement mais clairement tant que les communes décident et bien voilà le carnage... One voice nous pouvons en être....