le samedi 18 novembre 2023 | 0

Arche de Noël : un processus d’adoption hallucinant… et totalement hors-la-loi

Arche de Noël : un processus d’adoption hallucinant… et totalement hors-la-loi

Mis à jour le 26 mars 2024

Lors de notre infiltration à l’Arche de Noël entre octobre 2022 et février 2023, nous avons pu constater que le gérant n'hésitait pas à commettre de multiples infractions pour alimenter son business d’usine à chiots. Nous avons déposé plainte et demandons à ce que cet élevage soit fermé et les animaux saisis. Pour cela, nous avons aussi besoin de votre aide.

Hr blog

Exercice illégal et barbare de la médecine vétérinaire

Pour faire complaire aux acheteurs, le patron n’hésite pas à avoir recours à des mutilations barbares : la coupe de la queue des chiots ! Bien que légale, cette pratique est très décriée et surtout très réglementée : elle doit impérativement être effectuée par un vétérinaire. Pourtant, il nous explique sans sourciller le faire lui-même, à la demande de potentiels acquéreurs. Quand on connaît l’hygiène déplorable dans laquelle évoluent les animaux de l’Arche, il y a de quoi trembler… Le gérant est d’ailleurs en colère car de potentiels clients se sont finalement rétractés après l’avoir exigé.

Des pratiques commerciales choquantes… et illégales !

Toujours pour plaire aux acheteurs - Azzopardi est un « bon » commerçant ! -, il n’hésite pas non plus à céder des petits avant l’âge légal de 2 mois. Début février 2023, il précise à une cliente : « Normalement, il faut qu'ils aient deux mois, là ils ont six semaines », en toute connaissance de cause, donc. Pourtant, il lui propose de revenir chercher le chiot la semaine suivante, sans attendre l’âge minimum requis par la loi.

Des prix de vente qui n’ont rien de tarifs associatifs

Et ne parlons pas des prix, comparables à ceux d’élevages purement commerciaux : « Ah non non non, 500, 600 euros, tous les chiens que j’élève, et les chihuahuas c’est 1000 euros. » Pour une soi-disant association à but non lucratif, on est bien loin des frais habituels qui tournent en général entre 200 et 300 euros, et correspondent en réalité au montant des soins vétérinaires engagés pour l’identification et la vaccination de l’animal.

Une visite post-enquête qui a confirmé nos craintes

Après la fin de notre enquête en infiltration, nous nous sommes rendus une nouvelle fois sur place en mai 2023 dans un but bien précis : documenter l’adoption d’un chiot afin de relever de nouvelles infractions et le sortir de cet enfer. À peine quelques minutes après notre arrivée, nous avons confirmation de ce que nous savions déjà : le patron fait référence aux chiots qui naissent chez lui, démontrant une nouvelle fois qu’il a bien recours à la reproduction d’animaux, et que cette structure n’est pas le refuge qu’elle prétend être.

Des chiots vendus sans avoir jamais vu de vétérinaire

C’est seulement au moment de régler les derniers détails administratifs et de procéder au paiement que nous apprenons que le chiot n’a jamais vu le vétérinaire. La petite femelle n’est ni identifiée, ni vaccinée. Le gérant nous remet alors un « bon pour vaccination », nous expliquant que nous devons nous rendre chez son vétérinaire qui procédera aux soins de base. C’est d’ailleurs le seul document qui nous liera à l’Arche. Aucun contrat de vente ou d’adoption pouvant attester de la provenance de ce chiot ne nous est remis. En cas de problème (animal vendu malade par exemple), impossible de se retourner contre l’éleveur.

En quelques minutes, nous relevons donc au moins quatre manquements à la législation :

  • cession d’un chiot non identifié ;
  • défaut d’attestation de cession ;
  • défaut de certificat vétérinaire obligatoire avant cession ;
  • défaut de signature du certificat d'engagement et de connaissance.

En moins d’un quart d’heure, plusieurs infractions plus tard et 200 euros liquide en plus dans la poche du gérant - le terminal pour carte bancaire ne fonctionnait pas ce jour-là ! - pour un chiot qui n’est pas en règle et n’a reçu aucun soin, nous voilà donc repartis avec notre petite dans les bras, soulagés de la sortir de là mais le cœur lourd en pensant à tous les autres restés sur place.

Pour toutes les transgressions à la loi relevées au cours de notre enquête, nous avons porté plainte : l’élevage non déclaré, les conditions insalubres, le trafic d’animaux exotiques, les actes de cruauté envers les rats et les chiens, les pratiques commerciales trompeuses et bien d’autres encore.

Pour en savoir plus sur l'Arche de Noël

Cléa Capelli
Hr blog

Dans la thématique

Chatons jetés du haut d’un pont par un adolescent : la nécessaire sensibilisation des jeunes à la souffrance animale Des conditions de détention des poussins chez Jardiland, ou le nouvel exemple du commerce morbide des animaleries

Commentaires 0

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.