le samedi 09 septembre 2023 | 52

Après Happy : la maltraitance se confirme dans ce poney club

Après Happy : la maltraitance se confirme dans ce poney club

Mis à jour le 28 décembre 2023

Alors que nous annoncions déposer plainte pour actes de cruauté et sévices graves dans un poney club du Var en début de semaine, de nombreux témoignages nous sont parvenus. Nous avons également reçu de nouvelles images. Cette fois-ci, c’est un poney shetland qui est violemment fouetté à coups de chambrière.

Hr blog

En début de semaine, nous dévoilions le déferlement de violence dont Happy, une ponette vivant dans ce centre, a été victime au cours de l’été. Nous avons déposé plainte contre la directrice du poney club.

Des violences qualifiés de « sanction »

Dans une interview délirante accordée à BFM, la directrice explique que Happy est un cheval « très compliqué, qui pose beaucoup de soucis, qui a pour habitude d’embarquer les cavaliers en baissant très fortement la tête et de les mettre dans la barrière ». Un animal « têtu », donc ? Ou peut-être envoie-t-il simplement des signaux de mal-être, alors qu’on le contraint à coopérer et qu’on le frappe brutalement lorsque ses souffrances sont ignorées et qu'un incident se produit ? Si Happy est si « compliquée », pourquoi donc risquer un accident ?

Ces actes intolérables sont justifiés sous couvert de punition. Une « correction » si violente que la ponette en est ressortie blessée, comme en témoigne la vidéo qui nous a été transmise.

Dans ce reportage, on apprend également que les autorités seraient passées sur place pour ces mêmes faits il y a quelques mois, mais n'auraient rien constaté d’anormal. Un écran de fumée pour se dédouaner ? Ou une vérité inquiétante témoignant de l’inaction des services publics lorsqu’il s’agit d'animaux ? L'« attestation » produite dans le reportage justifiant de ce contrôle laisse néanmoins perplexe… puisqu’il s’agit en réalité d’une lettre écrite par des amis de la directrice.

Quand ce n’est pas une lanière en cuir, c’est un fouet…

Bref, il faudrait croire qu’il s’agit là d’un événement isolé qui avait pour unique vocation d’assurer la sécurité des cavaliers face à un « animal dangereux ». Pourtant, le dressage par la force est la norme au sein de ce club. Preuve en sont les nombreux témoignages qui affluent, accompagnés d’autres vidéos…

Sur ces images du 20 juillet 2022, Flash Back, un poney shetland, est fouetté pendant une leçon, alors qu’une fillette est juchée sur son dos. Là encore la directrice est filmée, cette fois une chambrière à la main. Cet outil est censé être utilisé derrière le cheval, et surtout sans le toucher, pour lui donner de l’impulsion. Embarquée au galop par un animal apeuré, la fillette risque de chuter et de se blesser. À tout moment, l’un des enfants présents dans le manège risque de recevoir un coup de fouet.

On inculque donc aux jeunes témoins qu’il est normal de battre un animal plutôt que de chercher à le comprendre. Si certains seront naturellement choqués par cette scène, d’autres risquent à terme de la normaliser, puisque les faits sont perpétrés par leur coach, figure d’autorité et peut-être même un modèle pour certains. Pour Flash Back, nous portons également plainte.

Là où la gérante voit une punition, là où le maire de la commune voit un apprentissage, nous voyons des actes graves, pour les animaux comme pour les enfants. Nous demandons la fermeture du poney club et réclamons la saisie des équidés qui s’y trouvent pour les placer en sécurité. Pour demander une meilleure protection des chevaux et des poneys, signez notre pétition.

Opposés à toute forme de violence, nous rappelons que menacer ou harceler les responsables ne fera en rien avancer la cause que nous défendons. La justice n’en sera pas accélérée, et cela pourrait même s’avérer contre-productif. Merci de rester modérés dans vos propos.

Cléa Capelli
Hr blog

Dans la thématique

Chatons jetés du haut d’un pont par un adolescent : la nécessaire sensibilisation des jeunes à la souffrance animale Des conditions de détention des poussins chez Jardiland, ou le nouvel exemple du commerce morbide des animaleries

Commentaires 52

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Claire COCQUELIN | mardi 07 novembre 2023

Honteux, scandaleux - Cette femme n'a pas sa place dans un centre équestre, n'a pas sa place avec des animaux (drôle d'image qu'elle donne aux jeunes enfants, c'est de la violence gratuite) - On ne force pas un animal à faire ce qu'il n'a pas envie tout simplement - Qu'elle se trouve un autre job

Estelle Roy | vendredi 22 septembre 2023

Intolérable. La fermeture du poney club et une peine judiciaire auraient dû être appliquées dès la diffusion des premières images !!
Personne n’intervient pour stopper cette folle. Une telle cruauté restera toujours injustifiable…
Pauvres bêtes…

Julie Thomas | dimanche 17 septembre 2023

C'est absolument inadmissible. Ce n'est pas une façon d'apprendre, et surtout à l'heure actuelle où l'ignorance concernant la sensibilité et l'intelligence des animaux ne peut plus être une excuse. Cet endroit devrait fermer, et cette femme devrait être interdite de détenir quel qu'animal que ce soit. Que tous ces animaux soient replacés dans des sanctuaires après ces terribles traumatismes, il va leur falloir du temps pour refaire confiance à l'humain. Cette femme n'est pas digne de travailler avec des animaux.

KLOE | dimanche 17 septembre 2023

Extrêmement choquant et violent, c'est une personne très dangereuse !
Quand on voit cette petite fillette qui peut tomber à tout moment... Pourquoi brutaliser cette bête ? Quand un animal n'est pas prêt à ce genre de choses, et bien il faut le remettre dans un champ pour qu'il vive sa vie, et ne pas se défouler sur l'animal!
Elle doit sérieusement avoir des problèmes cette dame, comment laisse-t-on des gens comme ça gérer des centres, ou des enfants viennent se faire plaisir dans leur loisir, et effectivement en leur inculcant que la violence est normale, c'est purement scandaleux!