le jeudi 18 juillet 2019 | 39

Roumanie: Entendons l’appel à l’aide!

La maltraitance envers les chiens errants en Roumanie est scandaleuse en soi. Mais cette cruauté légalisée expose en plus les enfants et la société toute entière à la normalisation de la violence. Les témoignages d’enfants et de leurs familles doivent être entendus : ils ont grand besoin de secours ! Ils n’ont pas la liberté de fermer les yeux pour échapper aux visions d’horreur… Ouvrons les nôtres pour leur porter secours!

Hr blog

Nous savons toutes et tous que l’être humain peut devenir redoutable, y compris envers ses congénères et au sein de son propre foyer ! De sordides pulsions sommeillent chez certains, les transforment en criminels, assassinent leurs proches. Cette violence insupportable, tapie au fond des individus, est fortement encline à prendre le pas sur la raison quand elle a été éveillée, excitée, encouragée, et /ou subie dès la naissance.

Innocence opprimée

En autorisant le meurtre des chiens errants, y compris dans la rue et sous le regard des très jeunes, les dirigeants roumains banalisent la cruauté. Soumis de facto à ce type de « spectacles », les enfants se retrouvent les otages de ces atrocités. Comment se soustraire à ces scènes tragiques ? Comment se protéger de leur impact émotionnel néfaste ? Comment grandir harmonieusement lorsque les responsables de la société, et donc théoriquement ses garde-fous, présentent des horreurs comme une « norme » ? Les petits Roumains ne connaissent nulle échappatoire et leur dignité humaine est attaquée !

Spirale infernale

De tels traumatismes psychologiques infantiles peuvent entraîner des dégâts énormes à l’âge adulte. De multiples études démontrent le lien établi entre la violence envers les animaux et celle faite aux humains. Or, comme le souligne l’une d’entre elles (*), les facteurs environnementaux jouent un rôle considérable dans le développement cognitif d’un individu. Lorsque les agressions sont communément admises et répandues autour de lui, il risque de les intégrer en tant que référence culturelle. Les sujets les plus fragiles finissent souvent par assimiler les comportements déviants comme des règles et sont susceptibles de les reproduire tôt ou tard, à moins d’en devenir eux-mêmes victimes, comme prisonniers d’une fatalité.

Porter secours

La coalition internationale European Link Coalition, dont One Voice est membre, a récolté de nombreux témoignages d’enfants et de mères en détresse face à ces maltraitances publiques. Sorina B., maman d’un petit Cassian de bientôt 6 ans, explique, par exemple, que depuis son garçonnet est né, elle lui a enseigné à dessein comment prendre soin d’un animal. Mais sa démarche est régulièrement malmenée par les scènes du dehors dont elle ne peut protéger son fils. Elle se sent affreusement démunie quand il s’y trouve confronté : « Lorsqu’il voit des personnes blesser ou maltraiter des animaux errants, il est plus que choqué et mortifié. Il n'arrête pas de me demander « Maman, pourquoi est-ce que cela arrive ?" C’est très difficile de le sortir de cet état de choc et d'incrédulité. (…) Je n'ai aucun moyen d'expliquer pourquoi les gens le font, pourquoi les animaux sont aimés par certains, mais pas par d'autres ». Andreea F. exprime le même désarroi et ses difficultés pour répondre aux questions de sa fille de 5 ans : « Sarah veut ramener à la maison tous les animaux errants et elle me demande toujours : "Pourquoi les animaux dans les rues n’ont-ils pas un foyer ? Ont-ils de la nourriture ? Qui les aime ? " Et d’ajouter : « Les animaux doivent aussi être protégés parce qu'ils ont une âme, parce que cela leur fait mal et qu'ils souffrent quand ils sont maltraités physiquement et émotionnellement. » De son côté, Cezara K., maman de Vladut, 18 mois, soupire aussi amèrement : « Mon fils mérite de vivre dans un monde où aucun animal n'est blessé… Ainsi, son cœur ne sera pas non plus blessé en tant que témoin d'abus et de violence !"

Rompons la routine de la violence !

Ces mots de mères et d’enfants éperdus doivent être entendus ! En mai dernier, l’UNICEF a signé en partenariat avec le gouvernement roumain la « Déclaration de Bucarest avec les enfants de l’UE». Cet accord prévoit d’inviter les mineurs à participer à la prise de décision au sein de la Communauté européenne. Les petits roumains vont-ils enfin être réellement écoutés ?! C’est notre vœu le plus cher ! En attendant, nous vous appelons à faire résonner leurs voix à travers la vôtre dès maintenant, en multipliant vos courriers à l’attention de la Commission européenne (par exemple avec ce modèle de lettre) et l’Ambassade de Roumanie en France, 5, rue de l'Exposition 75343 Paris cedex 07 (par exemple avec ce modèle de courrier) pour les interpeller sur ce grave problème au sein d’un pays de l’Union ! Les plus vulnérables doivent être protégés en urgence et le cycle infernal de la violence brisé !

(*)“It’s a Dog’s Life”/ Culture, Empathy, Gender, and Domestic Violence Predict Animal Abuse in Adolescents—Implications for Societal Health, Journal of Interpersonal Violence, 2019, Vol. 34

Marie-Sophie Bazin
Hr blog

Dans la thématique

Roumanie: Silence, on tue !
Un chien-objet ne peut pas être bon pour le cœur

Commentaires 39

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

pimprenelle | mardi 30 juillet 2019

La Roumanie fait partie de l'Europe. Nous venons d'élire des eurodéputés dont certains du parti animaliste (dans certains pays européens) et d'autres EELV. FI entre autres qui se sont regroupés pour imposer une nouvelle vision de l'Europe quant au bien-être animal. IL FAUT AUSSI INTERPELLER CES DÉPUTES POUR QU'ILS PUISSENT DÉNONCER CE SCANDALE ET FAIRE PRESSION POUR QUE CELA CESSE. Sur les moteurs de recherche il suffit de regarder les noms de ceux qui ont signé VOTE FOR ANIMALS et de les contacter par mail en plus bien sûr d'envoyer un mail à l'Ambassade de Roumanie. Merci

Aline | mardi 30 juillet 2019

C'est infecte ce qu'ils font aux animaux là-bas. Comment peut-on en arriver là ? C'est vraiment quelque chose que je ne comprendrais jamais (la cruauté animale). Ça me désespère. Et évidemment les enfants ne devraient pas être confrontés à de tels massacres.

Reine | lundi 22 juillet 2019

Comment les êtres humains ont pu en arriver là? C'est de l'assassinat gratuit et sous les yeux d'enfants, qui eux ont de l'empathie pour les animaux. Pourquoi tant de souffrances pour ces animaux qui n'ont pas la chance d'avoir un foyer pour les aimer ? L'homme a maintenant un cœur de pierre.

Béa | lundi 22 juillet 2019

On n'a pas deux coeurs, un pour les animaux et un pour les humains. On a un coeur ou on n'en a pas. Celui qui maltraite, torture un animal n’en a pas et toute sa vie durant il devra porter sur ces épaules la lourde et horrible charge de ces exactions.