le vendredi 26 mai 2023 | 6

Le Gircor, lobby de l’expérimentation animale, n’aime pas notre rapport sur les primates

Le Gircor, lobby de l’expérimentation animale, n’aime pas notre rapport sur les primates

Mis à jour le 05 juillet 2023

Lundi 22 mai 2023, One Voice manifeste devant l’université de Strasbourg, dont le centre de primatologie Silabe est responsable d’une grande partie du commerce de primates pour l’expérimentation en Europe, et nous présentons notre récent rapport sur ce sujet au public. Le lendemain, le Gircor, organe de communication et de lobbying de l’industrie de l’expérimentation animale, tente un « fact-checking » bien léger qui déforme nos propos pour tenter de nous décrédibiliser et d’effrayer le public.

Hr blog

« Morceaux choisis ! » : cela résume bien la perspective des chantres de l’expérimentation animale sur le rapport de One Voice. Pourquoi parler des captures, des cages de deux mètres carrés dans lesquelles des macaques passent leur vie en laboratoire, de la position désastreuse de la France en Europe, ou des problèmes de fond liés aux « comités d’éthique » ? Ils ne sont même pas capables de nommer One Voice. Il ne faudrait pas nous faire de la publicité…

Oublis stratégiques et déformations

Nos revendications vont de l’obligation de transparence à l’aide aux pays qui rencontrent des difficultés à cohabiter avec les macaques. Nous demandons aussi, entre autres choses, la réforme des normes de détention des primates et la recherche obligatoire de méthodes non animales par les laboratoires. Mais parmi tout cela, le lobby de l'expérimentation animale ne mentionne que ce qui l’effraie le plus : la demande d’un calendrier de sortie inconditionnelle de l’expérimentation animale.

D’après lui, notre rapport encouragerait « des théories dangereuses, comme le recours aux méthodes in humano comme méthode alternative aux animaux ». En réalité, on y affirme qu’il serait intéressant, en plus d’autres pistes alternatives, de développer les recherches cliniques « avec le consentement éclairé des sujets humains solidaires […] dans le respect d’une réflexion bioéthique déjà bien encadrée ». Pas grand-chose à voir, donc. Mais la peur est toujours une bonne motivation pour justifier les souffrances que l’on inflige aux autres.

Même la science n’est pas leur fort

En fait, même la science n’a pas l’air d’être le fort de ces propagandistes : pour eux, « la mise au point d’ “humains sur puce” relève aujourd’hui plus de la science-fiction que de la science ». Ce n’est clairement pas ce que pense l’Institut National de la Santé aux États-Unis puisqu’il finance depuis 2015 l’entreprise Hesperos, qui propose depuis plusieurs années diverses versions de ces « humains sur puce », qui consistent à mettre en relation par des systèmes « microfluidiques » des cultures de cellules qui reproduisent les fonctions des différents organes d’un corps humain.

Mais alors, se demandent nos adversaires, « ne faudra-t-il pas considérer ces “humains sur puce” comme des êtres sentients et par là même demander l’interdiction de toute recherche dessus ? ». — Non. D’ailleurs, l’Académie nationale de médecine a récemment rappelé que les organoïdes de cerveau ne sont pas des mini-cerveaux capables de réfléchir, mais une diversité de modèles qui permettent d’étudier différents aspects du cerveau. Peut-être qu’à force de se faire l’avocat de l’exploitation des animaux, les responsables de la propagande en faveur de l’expérimentation animale ont perdu toute capacité d’imagination et de réflexion épistémologique. Ou peut-être qu’il s’agit, simplement, de mauvaise foi.

Qui peut encore leur faire confiance ?

À vrai dire, les origines du Gircor en tant que « Groupe Interprofessionnel de Réflexion et de Communication sur la Recherche » ne collent pas tout à fait avec l’image impartiale qu’il veut se donner aujourd’hui. Son but initial, beaucoup plus clair que l’image publique qu’il affiche désormais, était de défendre et de promouvoir « les intérêts de ses adhérents » – c’est-à-dire des laboratoires et institutions qui utilisent des animaux.

On comprend donc bien pourquoi il s’évertue à décourager la fin nécessaire et inévitable de l’utilisation des primates par ces laboratoires, et évite de diffuser nos revendications que personne ne pourrait rationnellement juger abusives.

Vous pouvez nous aider

Pour nous aider à avancer vers la fin de l’expérimentation animale, vous pouvez signer notre pétition pour demander l’arrêt de l’utilisation des macaques à longue queue en France et en Europe ainsi que la fermeture du centre Silabe de l’université de Strasbourg.

Nicolas Marty
Hr blog

Dans la thématique

One Voice porte plainte pour diffamation contre le Gircor, lobby de l’expérimentation animale One Voice demande à la France d’encourager les méthodes alternatives à l’expérimentation animale dans l’UE

Commentaires 6

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Zanimo | samedi 27 mai 2023

Si la torture de tous ces êtres sensibles atteignait le cœur d’une grande partie des professionnels de la médecine pensez-vous que nos semblables seraient mieux traités ? Notre système de santé gagnerait à la sélection de ces élites autrement que par l’appât du gain. Que cette inhumanité disparaisse pour que nos frères poilus, à plumes etc. trouvent quelque répit !

Béa | vendredi 26 mai 2023

Il faudrait affréter des bus et obliger tous les parlementaires européens lors des sessions à Strasbourg d'effectuer une visite dans les locaux de "Silabe" et enregistrer les cris de ces malheureux primates (que l'on entend jusqu'à l'extérieur) et leur passer en boucle dans leurs oreillettes !!! Ils prendraient peut-être alors la dimension des atrocités et de conditions ignobles de rétention de ces animaux considérés comme des marchandises que l'on torture et massacre à souhait !!!

pouguy | vendredi 26 mai 2023

les lobbys ne sont que des mafieux, c'est pour ça qu'ils n'aiment pas que des associations de défense animale interviennent.

Roger's | vendredi 26 mai 2023

Mais enfin, quand est ce que ces horreurs vont elles enfin cesser, bon sang !!! C'est inadmissible ce qu'il se passe au nom de la recherche, biensûr que l'on peut faire autrement sans faire souffrir inutilement des animaux, lamentable !!!