le mercredi 10 mai 2017 | 11

La fin d'un esclavage

C'est une victoire historique ! Le fruit d'un travail sans relâche, entamé il y a déjà plusieurs années par One Voice. La décision ministérielle qui vient d'être prise marque un grand tournant. Bientôt, les delphinariums ne seront plus qu'un triste souvenir. Retour sur notre campagne.

Hr blog

Depuis le 3 mai dernier, le destin des cirques marins français est scellé. Le ministère de l'Environnement a interdit la reproduction des orques et des dauphins captifs, ainsi que les échanges entre parcs, signant ainsi la fermeture à terme des delphinariums. Si son combat pour ceux qui y sont encore détenus continue, One Voice – membre de la coalition Dolphinaria Free Europe – se réjouit de ce résultat auquel elle œuvre sans relâche depuis déjà plusieurs années.

Ce courageux arrêté intervient alors que l'industrie sollicitait de nouveaux aménagements, pesant économiquement pour imposer une souffrance animale dénoncée par One Voice depuis 20 ans. Rétrospective d'une année de combat vers la victoire...

  • Avril 2016 : One Voice apprend que l'industrie tente de renégocier l'arrêté du 24 août 1981, régissant l'activité des delphinariums. Ingrid Visser, biologiste néo-zélandaise de réputation mondiale, visite les sites français à l'invitation de One Voice. L'état de Galéo, détenu à Port-Saint-Père, l'inquiète particulièrement…
  • Mai 2016 : publication du rapport d'Ingrid Visser, traduit par un expert assermenté auprès des tribunaux, et envoi de dossiers au ministère de l'Environnement. Dépôt de plainte pour Galéo.
  • Juin 2016 : requête auprès du tribunal pour visite, en présence d'huissier, de la cité marine de Port-Saint-Père. Libération publie une tribune de Corine Pelluchon, philosophe, sur la vérité des delphinariums et pour sauver Galéo.
  • Août 2016 : la visite sous huissier est effectuée, mais le delphinarium attaque One Voice en référé afin que le constat réalisé ne puisse être utilisé.
  • Octobre 2016 : visites des delphinariums avec Naomi Rose, Dre en biologie et spécialiste américaine des mammifères marins. Un rapport d'urgence concernant Aïcko (Port-Saint-Père) motive une nouvelle plainte ; découverte de l'état de Femke (parc Astérix), suivi enclenché.
  • Novembre 2016 : mort d'Aïcko (6 ans), lancement d'un référé pour expertise des conditions de ce décès. Réunion au ministère, remise de tous les rapports établis : demande explicite d'interdire la reproduction en captivité et les échanges inter-delphinariums.
  • Février 2017 : un expert judiciaire est désigné par le Tribunal de Grande Instance de Nantes, dont le président reprend les arguments juridiques de One Voice et évoque les droits fondamentaux des dauphins, une première en France !
  • Février 2017 : One Voice mène campagne dans la cadre de la consultation publique ouverte par le ministère de l'Environnement sur la révision de l'arrêté de 1981. Plus de 16 000 citoyens protesteront à notre demande dans le cadre de cette consultation...
  • Mars 2017 : réunion d'experts (avocats et vétérinaires spécialistes) à Port-Saint-Père dans le cadre de l'expertise judiciaire.
  • Avril 2017 : visite des parcs ayant rouvert, prises de vue de Femke (parc Astérix), évaluation de son état critique par le Dr Pierre Gallego, vétérinaire spécialiste des cétacés ; notre vidéo est reprise à l'étranger (plus d'1 million de vues). Derniers contacts avec le ministère, envoi d'arguments dans un courrier/dossier le 13 avril.
  • Mai 2017 : décision finale du ministère. Victoire ! La reproduction et le transfert des cétacés entre parc est désormais interdit. Les delphinariums vont devoir fermer.

One Voice continue son combat pour les cétacés captifs. Ils ne seront pas remplacés mais leur calvaire est toujours d'actualité. Un référé a été déposé concernant Femke pour laquelle nous sommes très inquiets.

Hr blog

Dans la thématique

Inouk, l’éternel second
Sanctuaires marins à l’étude : pour une retraite décente des cétacés captifs

Commentaires 11

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

jean-luc62 | lundi 28 août 2017

Il faut condamner fermement tous les parcs aquatiques qui détiennent encore de nombreux dauphins, de nombreuses orques mais aussi des otaries qui vivent dans des conditions totalement inhumaines. Les captures de dauphins ainsi que leur massacre d'une part pour alimenter les delphinariums mais aussi pour la consommation de viande de dauphins par ces barbares me révolte de plus en plus. Tout cela à cause d'une "tradition", cela doit cesser le plus rapidement possible. Je pense que des Japonais peuvent faire cesser tout cela.
Les orques, les dauphins et les otaries sont des animaux magnifiques dont la vraie place est uniquement dans la nature.
Bonne réception.
Courage pour vos actions qui je l'espère seront vite récompensées.
Jean-Luc.

jean-luc62 | vendredi 18 août 2017

Honte au parc Astérix au Nord de Paris, qui continue à détenir des dauphins et des otaries en captivité. Les conditions de détentions sont elles inhumaines, les spectacles avec ces magnifiques animaux pour lesquels je voue une véritable passion depuis de longues années me révolte de plus en plus. Je pense aussi au Marineland d'Antibes qui continue à détenir en captivité des orques, des dauphins et des otaries. Les numéros que font ces animaux sont hors nature, ils sont nourris avec des poissons morts bourrés d'antibiotiques et d'antidépresseurs, leurs bassins contiennent des produits tel le chlore comme dans les piscine. Les méthodes de reproductions sont scandaleuses. Je souhaite sincèrement que cela cesse très rapidement, que les parcs aquatiques en France et à travers le monde ferment tous les uns derrières les autres. Honte aussi aux personnes qui les soignent, qui les dressent et qui les obligent à exécuter des numéros pour des "spectateurs" qui ne savent rien des conditions de captivité. Enfin, je tiens à vous apporter tout mon soutient et vous souhaite plein de réussite.

mioumiou | jeudi 13 juillet 2017

Bravo à tous, continuez il ne faut pas lâcher!!!

marilou lou | mardi 11 juillet 2017

bravo il ne faut pas céder .Il faut dire stop à tous ces parcs qui se servent des animaux pour remplir leur compte en banque