le samedi 09 février 2019 | 231

Jumbo a besoin de nous!

Voilà trois ans que nous alertons sur le cas désespéré de Jumbo. De nombreuses villes et villages ont vu défiler le camion de cet hippopotame amphibie, ignorant sa douleur et sa souffrance. Mais jamais nous ne l'avons perdu du regard ni cessé nos actions. Aujourd'hui, notre pression sur le cirque Muller est maximale. Soyez avec nous en signant la pétition pour le faire libérer!

Hr blog

La vie misérable de Jumbo

L’obscurité de l'intérieur d'un camion, le bruit incessant, le temps qui s'étire, la solitude, la nourriture inadaptée... Voilà sa vie. Il y a trois ans, quand a démarré notre enquête pour Jumbo, nous avons chronométré son temps hors du camion: 30 minutes par jour. Pour se faire mollement asperger d'eau au tuyau d'arrosage, boire et se faire photographier. 
Jumbo est présenté au public comme "le plus grand hippopotame d'Europe". Sa sortie quotidienne à l'issue du spectacle devant les clients et leurs enfants, ne sert qu'à assurer le show. Sans cette séance photo, il ne sortirait jamais.

Face à cette situation, nous avons saisi les services de la Préfecture et déposé plainte pour mauvais traitements.

Une piscine opportunément montée lors de contrôles des autorités

Comme tous les hippopotames amphibies, Jumbo devrait passer ses journées dans l'eau, pour soulager ses articulations. Si le cirque reste plus de trois jours au même endroit, ce qui n'arrive pour ainsi dire jamais, peut-être aura-t-il la possibilité de se baigner. Car le "bassin" dévolu à Jumbo nécessite d'être monté et rempli, l'eau doit être chauffée, et après la baignade, vidé, séché, démonté et rangé. Autant dire que cela n'est pas souvent fait!

En août 2017, dans le cadre de ce recours, une inspection - dont le cirque avait été prévenu en amont! - a eu lieu. Les pompiers avaient été appelés pour remplir le bassin avec les eaux communales tant il en fallait. Qui peut croire un instant qu'ils sont sollicités à chaque installation du cirque ? Comble du cynisme, l'inspection n'avait rien trouvé à redire sur les conditions de vie de Jumbo, et nous avions été déboutés.

Trois ans d'investigation, de rassemblements et d'actions en justice

En mai 2017, nous avions déjà lancé pour lui (et les éléphantes Samba, Maya, Lechmee, Mina et Kamala) une procédure exceptionnelle habituellement réservée aux humains qui a été refusée par la Contrôleuse des lieux de privation de liberté.

Notre plainte pour mauvais traitements contre le cirque détenant Jumbo, déposée à la même époque auprès du procureur de Valence, est toujours en cours, étayée de nombreux éléments et d'avis d'experts.

Pour tous les animaux détenus dans les cirques rendus fous et malades par ces conditions de vie, en proie à des souffrances psychologiques et physiques, nous avons demandé aux ministères de l'Agriculture et de l’Écologie d'annuler l'arrêté de 2011 réglementant la détention des animaux dans les cirques itinérants. Sans réponse de leur part, nous avons saisi le Conseil d’État, qui a tranché... et maintient l'arrêté.

Face à la violence, nous avons pu fuir, pas Jumbo

Le 2 septembre 2018, à peine plus d'un an après le triste anniversaire de notre bras de fer en justice pour le faire saisir en urgence, il nous fut impossible ce jour-ci de nous installer devant le cirque Muller, à l'emplacement autorisé par la préfecture. Nous nous sommes fait agresser à grand renfort de vociférations, coups et jets de pierre. Mais voilà, nous, nous avons pu rentrer chez nous, trouver du réconfort auprès de nos proches, quand les animaux captifs de ce cirque et notamment Jumbo, restaient à la merci du dresseur.

Nous n'abandonnerons jamais Jumbo

À la suite de l'agression de notre équipe, nous avons suspendu nos rassemblements et renforcé nos enquêtes, le suivi du cirque, l'accumulation de preuves. Les comptes rendus des nombreux enquêteurs sont édifiants.

Comme nous l'avons fait pour Maya et pour Lechmee, signez la pétition pour le faire retirer du cirque, et qu'il puisse vivre dans un sanctuaire, qui lui offrira enfin une vraie vie d'hippopotame et tout ce dont il a besoin en matière de soins et de bien-être, à l'abri de toute exploitation!

Julia Mothé
Hr blog

Dans la thématique

Chirkane, le rebelle sacrifié
Micha, Glasha, Bony, Mina... : les preuves accablantes de l’inertie de la préfecture du Loir-et-Cher

Commentaires 231

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Lele37130 | mardi 08 octobre 2019

Comment faire pour que nous comprenons que les animaux ont aussi une vie, qu'ils ont des sentiments, je ne sais pas si on va le comprendre un jour...

Stéphane | lundi 06 mai 2019

Il est temps d'interdirec définitivement les cirques avec animaux en France, qui est bien en retard par rapport à certains de ces voisins...

L'Angleterre vient de faire passer une loi pour interdire la présence de cirques ambulants sur l'ensemble de son territoire :

www.gov.uk/government/news/gove-delivers-legislation-to-ban-wild-animals-in-circuses

La France devrait prendre exemple...

Tiphanyfav | samedi 13 avril 2019

Courage...

diegodjo | mardi 26 mars 2019

quand on pense qu'il pourrait tout casser s'il le voulait dans sa souffrance!
il n'y a vraiment pas que des lumières parmi les humains... tenez moi au courant s'il vous plaît, cet animal me fait vraiment de la peine! merci encore pour tout ce que vous faîtes en prenant souvent de gros risques!