le mardi 25 janvier 2022 | 16

Élevages d’animaux sauvages en France : un état des lieux désastreux


Mis à jour le 08 juin 2022

Nous révélons la carte des élevages d’animaux sauvages (hors oiseaux et lagomorphes) en France. Récolter et centraliser ces informations a réclamé un travail colossal et nous luttons encore avec les préfectures des départements pour les obtenir. Mesurer l’étendue du problème n’est, à l’évidence, pas du goût de tous.

Hr blog

On les compte par centaines. Les élevages d’animaux sauvages (hors oiseaux et lagomorphes) gangrènent notre pays. À la suite de notre enquête de la mi-décembre, nous les répertorions ainsi que leur destination : les chasseurs ou les bouchers. (1)

Nés pour être tués

Fruit d’un travail entrepris en 2019, la carte que nous révélons fait froid dans le dos : des dizaines de milliers d’ongulés, principalement des sangliers et des cervidés, sont détenus en captivité pour combler le plaisir de tuer ou les papilles des amateurs de faune transformée en chair à pâté. En effet, qu’ils soient un jour relâchés dans un « espace naturel » ou expédiés à l’abattoir, ces animaux connaissent le même funeste destin : mourir dans le sang. Seules variantes à leur sort : le temps qui précède leur agonie et les méthodes employées pour les persécuter. Après des heures de traque ou de transport, les uns périssent sous les balles, d’autres sous les coups d’épieu ou encore déchiquetés par les chiens.

Bras de fer avec l’administration

Le recensement des élevages exploitant officiellement des animaux sauvages pour leur faire subir ce type d’horreurs n’est pas une sinécure. Bien que le Code de l’environnement prévoie que toute personne est en droit d’accéder à ces informations, nous avons dû batailler ferme avec les services préfectoraux pour les obtenir. Courriers et relances n’ont cependant pas suffi pour inciter certains départements à sortir de leur silence radio. Très souvent, nous avons été obligés de saisir la CADA (Commission d’accès aux documents administratifs) pour qu’ils bougent. Mais, malgré l’avis favorable de celle-ci, des administrations refusent encore de nous répondre. La carte que nous publions aujourd’hui ne donne donc pour le moment qu’un aperçu d’une réalité probablement bien pire. Nous comptons faire toute la lumière sur l’ampleur du problème, en poursuivant nos enquêtes et en luttant pour recueillir des renseignements. Et s’il faut en passer par la justice pour parvenir à nos fins, nous attaquerons les préfectures qui ne veulent pas coopérer !

Note

(1) D’après l’article R. 413-24 du Code de l’environnement (https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000006837792), les établissements se livrant à l'élevage, à la vente ou au transit des espèces de gibier dont la chasse est autorisée sont répartis en deux catégories:

  • Catégorie A : Les établissements dont tout ou partie des animaux qu'ils détiennent sont destinés directement ou par leur descendance à être introduits dans la nature.
  • Catégorie B : Les établissements dont tous les animaux qu'ils détiennent ont une autre destination, notamment la production de viande.
Marie-Sophie Bazin
Hr blog

Dans la thématique

One Voice en justice pour les galliformes de montagne ! 6 ONG saisissent la justice contre le déterrage des blaireaux en région AURA

Commentaires 16

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Claudie | jeudi 27 janvier 2022

C'est honteux, aucune chance pour ces pauvres bêtes je ne supporte plus toute cette maltraitrance.

Merklin | mercredi 26 janvier 2022

Les chasseurs nous parlent de régulation et ils font de l'élevage d'animaux sauvages entre autres pour les repeupler dans la nature.... il n'y a pas quelque chose qui cloche là ? Is se permettent de nous donner des leçons d'écologie et nous menacent si nous osons les critiquer alors que nous sommes plus nombreux qu'eux. Qu'attendons nous pour agir tous ensemble pour faire interdire ce loisir mortifère ?

Cricri2443 | vendredi 28 janvier 2022

Tout à fait d'accord avec vous c'est eux qu'il faut éradiquer avec leurs pratiques odieuses. Ca se dit régulateur alors qu'ils les introduisent eux même et donc plus facile à tuer puisque domestiques est une honte

MARITHE | mercredi 26 janvier 2022

Nous sommes dégoûtés, écœurés, d'apprendre chaque jour, les cruautés soit gratuites soit intéressées infligées à nos semblables.
De quel droit!

antichasse | mercredi 26 janvier 2022

La France est hélas un des rares pays d'Europe où la nature et les animaux sont encore détruits pour le plaisir malsain et morbide de tueurs et de destructeurs. Le lobby de la chasse est trop puissant et malheureusement entretenu par les gouvernements successifs.