Victoire pour les requins de La Réunion : la préfecture abandonne leur pêche en zone protégée

Victoire pour les requins de La Réunion : la préfecture abandonne leur pêche en zone protégée

Faune sauvage
24.03.2023
Toutes les actualités

Grâce notamment à One Voice, la préfecture de la Réunion abroge son arrêté autorisant la pêche aux requins dans une zone très protégée.

À la suite d’une énième suspension prononcée par la justice, saisie par One Voice et ses partenaires, la préfecture de La Réunion a abrogé son arrêté autorisant la pêche aux requins dans une des zones les plus protégées de la réserve marine de l’île, le 14 mars 2023. C’est une bonne nouvelle pour les requins et l’écosystème déjà vulnérable dans lequel ils évoluent.

Mise à jour du 20 décembre 2023 :

L’arrêté adopté le 28 décembre 2021 par la préfecture de la Réunion aura connu de nombreux rebondissements : suspendu en urgence par le juge puis abrogé par le préfet, il est aujourd’hui annulé par le tribunal administratif.

Dans sa décision du 13 décembre 2023, le juge a notamment rappelé les chiffres alarmants des précédentes opérations de « prélèvement » de requins sur le littoral réunionnais. Entre 2018 et 2021, ce sont 49 requins-bouledogues et 226 requins-tigres qui ont été capturés sans compter les 483 prises dites « accessoires », dont 18% ont été mortelles. C’est un soulagement de savoir que ce bilan macabre n’a pas pu être complété en 2021 et 2022 !

Le 28 décembre 2021, la préfecture de La Réunion prenait un nouvel arrêté autorisant la pêche aux requins dans l’une des zones les plus protégées de la réserve marine de l’île, zone dans laquelle celle-ci est donc strictement interdite. One Voice et ses partenaires Sea Shepherd France, Longitude 181 Nature, Vie Océane et Le Taille-Vent avaient alors attaqué cette décision et réussi à la faire suspendre. Logiquement, la prochaine étape aurait été que le tribunal administratif annule l’arrêté. Mais, sentant qu’elle allait perdre, la préfecture a préféré l’abroger avant l’audience.

Des tueries jusqu’en zone protégée

Ce n’est pas la première fois que nous nous opposons à la préfecture de La Réunion sur ce dossier. Dès 2016, la justice nous avait donné raison en annulant un arrêté similaire. En février 2019, rebelote : la préfecture publiait un nouveau texte, à son tour annulé quatre ans plus tard. Plus récemment encore, nous avons attaqué l’arrêté de juillet 2021. Et déjà, la préfecture avait choisi de l’abroger avant la date d’audience de notre recours.

L’État se sait en tort. Sa politique est indéfendable ! Depuis 2013, il a fait tuer des centaines de requins-tigres et bouledogues dans les eaux réunionnaises au nom de la soi-disant lutte contre les attaques sur des humains, sans jamais réussir à faire significativement baisser le nombre d’accidents mortels. Pire : cela fait des années que nous pointons du doigt, pour ses pratiques de pêche illégales, le Centre Sécurité Requin de la Réunion (CSR) financé par ses soins et menaçant les requins ainsi que les écosystèmes coralliens déjà fragilisés.

Face aux attaques répétées de l’État, et ce jusque dans les zones les plus protégées, nous ne laisserons pas les requins se faire massacrer.

Partarger l'article