Tilikum est rentré chez lui

Tilikum est rentré chez lui

Delphinariums
06.01.2017
Toutes les actualités

Déces : Tilikum s’est éteint à SeaWorld en succombant au désespoir et à la maladie. Sa mort entraînera-t-elle la fin de l’industrie de la captivité ?

Tilikum vient de s’éteindre à SeaWorld. Celui qui a inspiré le film Blackfish a fini par succomber au désespoir et à la maladie. Son décès entraînera-t-il la fin de SeaWorld puis de l’industrie de la captivité ?

Durant ses derniers jours, Tilly ne bougeait presque plus

Il restait à flotter dans un état semi-comateux derrière la grille de sa piscine médicalisée, tout à l’arrière du bassin de spectacle. Il regardait les autres danser sur la musique tonitruante qui lui avait vrillé le crâne pendant vingt-quatre ans. Plus jamais il ne reviendrait en scène. Plus jamais il n’obéirait. Il allait s’en aller et l’on peut imaginer que, loin d’en avoir peur, cette idée l’apaisait.

Les drogues lui brouillaient l’esprit, la fièvre le faisait frissonner. Parfois, la jeune Kayla surgissait du brouillard et lui tenait compagnie de l’autre côté des barreaux. Ou bien c’était Trua, son petit-fils, ou la petite Unna… Non, sa fille était morte, il ne se rappelait plus quand. Il les confondait tous désormais. Mais il était heureux que l’on se soucie de lui. Il se sentait mourir et ce n’était pas grave.

Alors, il replongeait dans son rêve éveillé et voyait s’étendre devant lui les plaines immenses de la mer d’Islande, puis les fjords de son enfance. Tout là-bas, au bord de l’horizon, sa mère l’appelait de plus en plus fort, de ce cri aérien déchirant qu’ont les orques pour appeler ceux qui sont loin. Et il nageait vers elle.

SeaWorld fera tout pour effacer la mémoire de Tilly

L’entreprise continuera de nous raconter que trente-six ans, c’est très vieux pour une orque, et que tout a été fait pour le soigner au mieux. Mais cette fois-ci, cela ne marchera plus. Les gens savent. Et s’ils savent, c’est grâce à Tilikum. Le monde entier connaît aujourd’hui le sort atroce de cette petite orque arrachée à sa mère, enfermée dans le noir avec deux femelles démentes, devenue folle à son tour et qui tua par trois fois avant d’être lobotomisée par les médicaments. Ils savent que les pneumonies, comme les ulcères ou les « torsions d’intestins », sont des maladies directement liées à la captivité. Le stress, la faim, la peur provoquent des chutes immunitaires massives chez ces géants en bocal, ouvrant la porte à toutes les infections. Ils savent les mensonges de cette industrie. En aucun cas, jamais, nulle part, un cétacé ne peut vivre heureux en esclavage.

De toute façon, plus personne n’écoute ce que dit SeaWorld

Le groupe de parcs d’attractions peut publier toutes les vidéos qu’il veut, payer les plus coûteuses campagnes publicitaires, c’est terminé pour lui. Le masque est tombé et le roi est nu. Par la magie du film Blackfish, Tilly a tout révélé sur cet enfer de tristesse, d’ennui et de honte qu’il a subi comme toutes les orques captives. Il nous a montré que les esclaves peuvent se révolter et se transformer en orques tueuses d’humains, une espèce qui n’existe que dans les bassins.

Keiko fut la première orque dont le sort émut le grand public grâce au film Free Willy

Son décès tragique fut une aubaine pour SeaWorld et ses clones, qui répétèrent alors en boucle que la liberté tuait les orques. Mais c’est Tilly qui a ouvert les yeux du monde sur le vrai visage de la captivité. Et c’est SeaWorld qui sera sa quatrième victime.

Au-delà de sa mort, le souvenir puissant de Tilikum ne cessera de nous guider vers ce but que nous atteindrons :
libérer toutes les orques de leurs fosses en béton !

Partarger l'article