Au secours d’Elyo, lion couvert de plaies dans un cirque

Au secours d’Elyo, lion couvert de plaies dans un cirque

Cirques
13.04.2018
Toutes les actualités

Son frère Chirkane, le lion qui s’était rebellé, a disparu. Elyo déprime, dépérit. Nous exigeons qu’il nous soit confié.

Un lion couvert de plaies survit là, dans son camion. Nous l’avons nommé Elyo, il est le frère de Chirkane, le fauve rebelle qui avait agressé son dresseur en plein spectacle l’an dernier. Nous demandons son retrait immédiat. Et nous déposons plainte contre le cirque pour actes de cruauté, tant pour les autres animaux détenus en très mauvais état eux aussi, qu’au nom d’Elyo, ce lion solitaire et blessé.

Chez les lions, les frères font toujours équipe. Quand ils laissent leur mère derrière eux, c’est à plusieurs qu’ils partent à l’aventure, jamais seuls. Et comme Cecil, c’est entre frères qu’ils fondent un foyer et le protègent des autres mâles. Au cirque, rien de tout cela : les lionceaux sont retirés très jeunes à leur mère, les voyages ne se font qu’en camion et quand un lion se comporte comme un vrai lion, il disparaît.

Chirkane, ce Tilikum parmi les fauves, avait agressé son dresseur le 7 mai dernier à Doullens, devant une foule d’enfants pétrifiés d’horreur.

Où se trouve-t-il aujourd’hui ? « Dans un zoo », répond le cirque sans préciser lequel, alors que dans un premier temps l’euthanasie du lion « fautif » avait été évoquée. Ou bien nulle part aux yeux de son frère, pour qui Chirkane est mort. Nous entendons bien faire la lumière sur ce qui est arrivé à Chirkane. Sans son soutien contre le flanc duquel Elyo aimait s’endormir, sa vie perd tout son sens. Il est seul désormais dans l’enfer des voyages et des spectacles qui font la vie des lions captifs des cirques, et ce de la naissance jusqu’à la mort. 

Alors oui, « le lion déprime depuis qu’il a perdu son copain », déclare une circassienne sur l’une des vidéos filmées par les militants du « Nord est pour des cirques sans animaux » et du « CLAC-Collectif de Libération des Animaux dans les cirques ».

Lors du passage de ce cirque dans une petite ville des Hauts de France, ils ont découvert le grand fauve en très mauvais état, au fond de sa cage à barreaux. Sa truffe était abîmée, sa tempe, son front, son arcade sourcilière portaient de multiples lésions.

Les autres animaux semblaient également mal en point. Les images nous montrent leur pelage terne, abîmé, comme assiégé de parasites. Certains d’entre-eux sont d’une extrême maigreur, tandis que d’autres – les herbivores dits « domestiques » – sont attachés à portée de toutes les mains sur le gazon pelé d’un terre-plein dans le centre ville.

One Voice s’indigne du sort réservé à ces malheureux et porte plainte contre le cirque, avec demande de retrait immédiat du lion blessé. Nous demandons également au préfet de mettre tout en œuvre pour confisquer Elyo et nous proposons de le prendre en charge. Enfin, nous écrivons au maire de la ville pour l’enjoindre d’interdire les cirques avec animaux dans sa commune, en espérant que l’exhibition d’animaux aussi misérables lui fera pleinement comprendre la cruauté de cette attraction obsolète. Plus que jamais, One Voice s’engage contre l’exploitation des animaux dans les cirques !

Photos : Le Nord est pour des cirques sans animaux

Partarger l'article