Nous volons à nouveau au secours des bouquetins du Bargy

Nous volons à nouveau au secours des bouquetins du Bargy

Faune sauvage
05.06.2023
Toutes les actualités

Nous demandons la suspension partielle d’un arrêté préfectoral autorisant l’abattage de 20 bouquetins par an dans le Bargy.

Le 17 mars 2022, la préfecture de Haute-Savoie a adopté un arrêté dont l’article 4 autorise l’abattage de 20 bouquetins par an sans tests préalables. Avec ses partenaires, One Voice demande la suspension en urgence de cette disposition, qui condamne des animaux protégés et met en danger leurs populations. Nous les défendrons lors d’une audience en référé le 6 juin prochain, à 11 heures, devant le tribunal administratif de Grenoble.

Avec Animal Cross, l’Association pour la protection des animaux sauvages, AVES France, France Nature Environnement Auvergne-Rhône-Alpes, France Nature Environnement Haute-Savoie et la Ligue pour la protection des oiseaux, One Voice vient en aide aux bouquetins du Bargy.

Une fois de plus, la préfecture de Haute-Savoie a demandé l’abattage indifférencié de 20 d’entre eux. Son prétexte est toujours le même : protéger les humains de la brucellose, cette maladie dont les animaux agiles peuvent être porteurs. Visiblement, peu lui importe que les tirs à l’aveugle, sans tests préalables, soient inefficaces. Rappelons que sur les 61 individus abattus en 2022, seuls trois l’étaient… Peu lui importe aussi que son obsession conduise à une réduction inquiétante du nombre de bouquetins sur son territoire, alors qu’ils sont protégés par la Convention de Berne.

Un acharnement de longue date

Cette politique n’est pas nouvelle. Réintroduits dans les Alpes dans les années 1970 après avoir presque disparu, les bouquetins du Bargy n’ont cessé d’être victimes d’abattages réguliers depuis 2013, principalement pour privilégier la production de fromage de la région. Des vies sacrifiées au nom d’intérêts commerciaux… Bien qu’il soit possible de réaliser des captures et des tests, la préfecture de Haute-Savoie autorise régulièrement sur eux des tirs indifférenciés. Confrontés à la violence aveugle de ces décisions, nous nous sommes toujours battus pour protéger ces animaux des Alpes, comme en 2018 et 2019. En février dernier, la justice nous a donné raison, décrétant illégal un arrêté publié quatre ans plus tôt.

Mardi 6 juin, à 11 heures, nous espérons que le tribunal administratif de Grenoble rendra une décision favorable aux bouquetins du Bargy. Pour eux, nous restons mobilisés !

Partarger l'article