L’État a tranché: c’est l'avènement des cirques fixes et zoos au rabais

L’État a tranché: c’est l'avènement des cirques fixes et zoos au rabais

Cirques
13.07.2023
Toutes les actualités

Les certificats de capacité des zoos et des cirques fixes sont dorénavant équivalents. Honte au ministère de l’Écologie!

Nous alertons sur ce danger depuis quatre ans. On y est: l’arrêté ministériel vient de paraître, et entérine le fait que les certificats de capacité (sésame permettant de détenir des animaux sauvages) des cirques et autres dresseurs itinérants équivalent à ceux des établissements fixes, autrement dit, des zoos. Explication de texte… de loi, et conséquences pour les animaux.

One Voice, lanceuse d’alerte sur les cirques

Précurseuse en France sur ce sujet, l’association défend notamment les éléphants, ours, hippopotames, lions et tigres des cirques depuis près de vingt-cinq ans. Notre expertise s’est développée au fil de l’expérience accumulée du combat pour eux.

Nés libres et capturés pour certains ou nés derrière des barreaux pour d’autres, soumis par la force dès les premières semaines de vie, enfermés dans des camions jour et nuit, transportés de ville en ville qu’il fasse une chaleur étouffante ou un froid hivernal… Quel traitement indigne et humiliant, doit-on souffrir pour accepter, une fois adulte, de se laisser faire ainsi? En faut-il, de la terreur, pour se soumettre à des primates quand on est un tigre, une famille de lions ou une éléphante…

Le commerce du mensonge

C’est ce que les circassiens cachent au public, aux journalistes et aux décideurs publics depuis la nuit des temps, et ce que nous, défenseurs des animaux et de la planète, nous échinons à prouver avec force vidéos de ces exactions, et envoyons à la justice pour obtenir non seulement le respect de la loi mais aussi une amélioration de celle-ci.

Préserver l’habitat naturel de ces espèces vulnérables

Ces spectacles avilissants vendent une réalité trompeuse, dans laquelle les êtres captifs et exploités seraient heureux d’une telle situation, et dans laquelle il serait normal de montrer cela à nos enfants. En réalité, c’est la survivance d’une tradition anachronique dont on devrait avoir honte. Celle de la domination décomplexée et absolue de l’humain sur le non-humain. Elle désengage au passage les velléités de défendre ces êtres dans leur habitat naturel, pourtant en grave recul.

Une loi “en carton”

En 2019, déjà, lors des discussions au ministère de la Transition écologique préparatoires aux annonces des mesures pour la faune sauvage captive détenue dans les camions des cirques, et la loi qui leur a succédé en novembre 2021, nous expliquions le risque d’obtenir des zoos au rabais avec la sédentarisation des cirques itinérants. Et c’est, ni plus ni moins, ce qui se produit sous nos yeux, avec la publication, ce 13 juillet 2023, de l’arrêté ministériel établissant une équivalence entre les certificats de capacité des circassiens et ceux des zoos, permettant donc dorénavant aux dresseurs d’obtenir des certificats de capacité pour des animaux qu’ils ne pouvaient pas détenir auparavant dans les cirques itinérants, telles des girafes par exemple. Il n’en faudra pas beaucoup plus pour piétiner l’arrêté zoo de 2004.   

L’effet pervers le plus flagrant de ce texte est d’avoir donné l’impression à la France ( voire à l’Europe ) entière qu’il représentait une avancée majeure pour les animaux, alors même qu’il n’était qu’un paravent qui n’aura fait que démobiliser les bonnes volontés et n’aura que peu changé les choses dans les actes. Tout comme l’a fait en 2015 l’inscription de la sensibilité des animaux dans la loi, sans changer leur statut de biens meubles.

Des quartiers d’hiver sordides bientôt considérés comme des zoos

Avec ce nouveau texte, c’est un pas de plus vers des quartiers d’hiver minuscules  considérés comme des zoos comme l’avait tenté ( sans succès grâce à notre vigilance ) le Cirque Médrano à Aimargues. 

Mais ce que nous avons empêché alors, ne pourrait bientôt plus l’être à l’avenir… Car après un certificat de capacité équivalent, nous présageons des changements délétères à venir sur des normes réglementaires tirées vers le bas, avec le piétinement de l’arrêté de 2004 qui réglemente les zoos.

L’État se fait complice de l’exploitation

Nous dénonçons le silence assourdissant et l’immobilisme du ministère concernant les sanctuaires pour grands mammifères, terrestres ou marins, ainsi que sa lenteur à publier les décrets d’application de la loi, notamment sur la reproduction des grands félins. Seul celui sur la CNCFSC a été publié. En attendant, les circassiens se débarrassent des éléphantes, et font reproduire les fauves à tour de bras pour alimenter tous les trafics.

Nous restons mobilisés pour tous les captifs des cirques, et demandons des comptes au ministère pourtant chargé de les protéger.

Partarger l'article