La fin de la vie de cirque pour les lamas, chevaux, vaches et dromadaires abandonnés par le Cirque de Paris

La fin de la vie de cirque pour les lamas, chevaux, vaches et dromadaires abandonnés par le Cirque de Paris

Cirques
06.02.2024
Toutes les actualités

Après onze semaines d’abandon prolongé dans l’Oise, huit animaux viennent d’être saisis par la justice à Steve Gougeon, le dresseur du Cirque de Paris, au bénéfice de One Voice.

Près de trois mois après avoir laissé à l’abandon huit animaux dans un champ de l’Oise, qu’il neige ou vente, Steve Gougeon et le Cirque de Paris viennent de se les voir retirer aujourd’hui même, grâce aux efforts conjugués de notre équipe, ses partenaires, des forces de l’ordre et de l’édile locale. Récit d’une saisie éclair.

Lundi dernier, il avait fait l’objet d’une condamnation exemplaire : cinq ans d’interdiction de travailler avec des animaux à la suite de la saisie de Jon, Patty, Céleste, Marli et Hannah. Il a aussi reçu une peine de prison avec sursis, et l’obligation de rembourser les frais engagés par l’association pour leur hébergement et leurs soins, soit près de 200 000 euros. 

La publication dans les médias dès le lendemain a permis que dès le 30 janvier, nous nous mobilisions pour sauver ces huit malheureux livrés à eux-mêmes, après un appel à l’aide. Cela faisait plus de dix semaines que deux chevaux, deux lamas blancs, deux dromadaires, un watusi et un highland erraient dans un champ à la recherche d’une goutte d’eau, de nutriments absents dans l’herbe boueuse de la pâture, ou dans les arbrisseaux du bord de route, faisant face à toutes les intempéries, et avec pour seul abri un camion – osons le mot – merdeux. Seule la bonne volonté des agriculteurs et riverains leur a apporté de quoi survivre durant tout ce temps. 

Dans un État de droit tel que le nôtre, les associations ne devraient pas avoir à pallier les maltraitances perpétuelles subies par les animaux dans les cirques. Il existe des textes de loi encadrant cette pratique d’un autre âge. Pourquoi ne sont-ils que trop rarement appliqués?

En une semaine à peine – fait suffisamment rare pour être souligné -, nous avons envoyé un enquêteur, mobilisé nos avocates, déposé plainte, trouvé des refuges partenaires qui avaient des places disponibles ainsi que des personnes responsables du transport d’animaux compétentes et sympathiques, et enfin, obtenu l’ordonnance de saisie ! Un temps record. En moins de deux heures ce matin, les animaux étaient sortis de leur enfer, et sans aucun accroc. Deuxième record. 

Leurs prénoms sont Totem, Orion, Teliah, Jessica, Palerme, Saba, Gaspard et Malkia. Vous pouvez leur apporter amour, bienveillance, soutien et une chance de se reconstruire en les parrainant

Il faut ici saluer l’implication remarquable de la mairie de Noroy, de la gendarmerie, des transporteurs, des refuges partenaires, de la justice et de notre équipe.

Tout le monde a coopéré main dans la main car l’enjeu était de taille : sauver la vie de ces animaux et leur offrir le meilleur avenir possible.

Partarger l'article