Aïcko est mort

Aïcko est mort

09.11.2016
Toutes les actualités

9 Novembre 2016. Le dauphin Aïcko, détenu par Planète Sauvage et pour lequel One Voice avait déposé un complément de plainte est mort dimanche. L’association demande au préfet de se saisir de la situation.

9 Novembre 2016. Le dauphin Aïcko, détenu par Planète Sauvage et pour lequel One Voice avait déposé un complément de plainte est mort dimanche. L’association demande au préfet de se saisir de la situation.

Nous avions donné l’alerte. Le 29 octobre, la Dre Naomi Rose, spécialiste mondialement reconnue des mammifères marins, nous avait accompagnés à Planète Sauvage. Ses conclusions étaient sans appel : Aïcko était à la fois dangereusement maigre et son corps couvert de coups de dents en râteau beaucoup plus profonds que ceux d’aucun autre dauphin dans le bassin. Depuis l’amélioration de l’état de Galéo, suite à notre plainte en juin dernier – qui nous vaut aujourd’hui une plainte en référé de la part du parc – Aïcko était devenu le nouveau souffre-douleur des dauphins adultes. One Voice l’a filmé le 2 novembre, isolé du reste du groupe. Ce sont
les dernières images que nous prendrons de lui.

Forte de ces constatations, One Voice avait déposé le 7 novembre un complément de plainte, accompagné d’un rapport complet signé par la Dre Rose. Mais Aïcko n’a pas pu attendre qu’on le sauve. Il était trop petit. Trop fragile. Il n’aurait pas dû être présent lors des spectacles mais isolé.

Il ne participait même pas à l’ensemble du spectacle, soit parce que le dresseur ne le lui demandait pas – son pédoncule caudal aurait-il supporté son poids pour une « marche sur la queue » ? – soit parce qu’il rompait le contact avec lui.

Maintenant qu’il n’est plus là, à qui les dauphins adultes vont-ils s’en prendre ? Galéo à nouveau ? Les deux bébés qui évoluent aujourd’hui dans un bassin de maternité improvisé aux côtés de leurs mères, ont probablement des heures sombres à venir. One Voice a saisi le préfet pour lui demander de mettre en demeure Planète Sauvage de satisfaire aux obligations en matière de bien-être animal avant suspension du fonctionnement de l’établissement. Une note en délibéré a également été déposée auprès du Juge de Nantes pour l’informer du décès de Aïcko et lui transmettre notre dernier rapport.

Muriel Arnal, présidente de One Voice, déclare :
«
Les delphinariums portent atteinte à la dignité des cétacés qu’ils maintiennent captifs. Ces animaux sont dans un tel état de stress et de frustration qu’ils agressent le plus faible d’entre eux. Qui devra désormais éponger leur violence ? Galéo à nouveau ? Ou bien Amani et Nouma, les deux petits mâles nés à la fin de l’été ? Il y a déjà eu trop de drames. Il est temps de fermer les delphinariums et de mettre définitivement un terme à l’esclavage des cétacés. »

Partarger l'article