le samedi 26 janvier 2019 | 32

Révélations tragiques sur Ula, la fille de Morgan

Ula, dont la naissance a été célébrée en fanfare par le delphinarium Loro Parque, est probablement entre la vie et la mort. La petite orque semble assaillie par les infections de tous ordres. Une tragédie de plus se déroule sous les yeux du public, bercé des mensonges de la direction du delphinarium espagnol.

Hr blog

Morgan a été sauvée en 2010 sur une plage aux Pays-Bas, soignée, mais jamais relâchée. Une capture qui ne dit pas son nom... Contrairement à la loi en vigueur concernant les orques nées libres, Loro Parque a permis que Morgan, à peine pubère, tombe enceinte, donnant ainsi naissance à Ula. Dans la nature, elle aurait pu compter sur l'aide de ses tantes, de ses sœurs et de sa mère. Le bébé aurait été entouré de l'affection de sa fratrie dans leur pod, groupe familial guidé par la matriarche. Là, enfermée dans le bassin, rien ne permet ni un attachement maternel, ni le moindre soutien de la jeune maman par les siens dans ces moments si importants. 

Selon Loro Parque, mère et fille étaient très proches dans les premiers jours consécutifs à la naissance, et Morgan faisait état d'instincts maternels exemplaires, ne quittant pas sa petite, Ula nageant à ses côtés. Peu après pourtant, le parc a séparé la mère de sa fille, tout d'abord sous prétexte qu'elle aurait trop peu de lait, puis que c'était pour des raisons de sécurité... Après seulement trois jours! Ula est donc isolée de sa maman, nourrie au biberon par un humain dans une position qui n'a rien de naturelle...

Ula a été photographiée par un lanceur d'alerte depuis les gradins du public. Les images, que nous avons également reçues, ont pu être analysées à la demande de Voice Of The Orcas, partenaire de One Voice, par des spécialistes, notamment Ingrid Visser, qui travaille avec nous depuis des années. Sans surprise, ils confirment tous ce que nous redoutions.

Actuellement, Ula est maintenue dans un bassin à part, sous une tente qui la protège du soleil. Elle a des lésions photo-toxiques de la peau, une malformation de la tête, et une nageoire pectorale gauche malade. Sur sa queue, on peut distinguer des traces de piqures, probablement d'antibiotiques.

« Je n'ai jamais rien vu de semblable dans la nature. Ni une telle déformation du crâne, ni une pareille pathologie corporelle comme ce que l'on voit sur ce pauvre bébé. Je suis vraiment triste pour elle et sa mère, Morgan. Cela souligne à quel point la détention de ces animaux dans des lieux comme Loro Parque est une erreur. »
Ingrid Visser, biologiste marine du Orca Research Trust

One Voice est partenaire de longue date de la Free Morgan Foundation, et membre de Dolphinaria-Free Europe, coalition européenne qui lutte pour les dauphins et les orques détenus par les delphinariums. En France, nous continuons notre combat contre ces parcs aquatiques, et avons attaqué l'Etat pour faute à prendre un nouvel arrêté interdisant la reproduction en captivité et les échanges de cétacés entre delphinariums.

Signez notre pétition pour fermer les delphinariums et que les animaux qui y sont gardés captifs soient transférés dans des sanctuaires marins!

Jessica Lefèvre-Grave
Hr blog

Dans la thématique

Tous à Antibes pour Inouk!
Orques et bélugas prisonniers en Russie: l’espoir renaît !

Commentaires 32

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

MARC | dimanche 03 février 2019

CONTRE LA FIN DES DELPHINARIUMS SPECTACLE INHUMAIN

Jeanne | samedi 02 février 2019

Mais quelle honte ! Pourquoi séparer une mère de son petit qui a besoin plus que tout de sa "maman" ? De plus que dire de l'emprisonnement de ces pauvres animaux !?

Sab | vendredi 01 février 2019

Les animaux doivent vivre dans leurs milieux naturel, qu'ont arrêtes de se faire de l'argent sur le dos de ces pauvres animaux un jour il y en aura plus!!

Gabrielle | vendredi 01 février 2019

La bêtise humaine n'a pas de limite, en voilà encore un exemple. Nous nous permettons d'enfermer des animaux dans des bassins minuscules pour notre plaisir afin de récolter un maximum d'argent. Honte à nous, honte à tous ceux qui cautionnent cela et visitent ces parcs de l'horreur.