le mardi 27 avril 2021 | 62

Réponse de One Voice au clip de la Fédération nationale des chasseurs


Mis à jour le 30 avril 2021

Le clip de la Fédération nationale des chasseurs (FNC) présente une version plus qu’édulcorée de la réalité. Mais sans arme ni animal « prélevé », quelles images voit-on défiler sur la chanson de Henri Betti et André Homez, «C’est si bon » ? Des randonneurs, des amis, des photographes, des familles, adeptes de la sape en cuir et dégradés de kaki et marron... Mais on n’est pas dans un clip pour du matériel du Vieux campeur ! Ce n’est pas parce que les chasseurs veulent se montrer sous un angle flatteur – en se cachant très courageusement derrière les contraintes de la publicité - que celui-ci reflète la réalité ! One Voice en présente la version non censurée.

Hr blog

La réalité de la chasse n’a rien de l’image d’Épinal véhiculée par la vidéo diffusée par la FNC. En effet, elle en a retiré l’essentiel : ce sont des types qui trinquent à huit heures trente du matin, sont bourrés à neuf heures, exhultent dès qu’ils ont dégommé un animal, insultent ceux qui leur échappent, font une pause à onze heures pour un bout de pâté « maison » étalé sur de la baguette de supermarché, le tout arrosé de vin ou de bière, avant de recommencer l’après-midi.

La réalité ce sont des hommes et quelques femmes galvanisés à l’idée de tuer, et coutumiers du fait de patauger dans le sang de leurs victimes.

Le plaisir de tuer, le goût des armes et les connaissances sur le calibre qui fera le plus de dégâts, dresser ou sélectionner son chien en vue de le transformer en arme par destination, le transporter avec d’autres dans une boîte minuscule et l’y laisser des heures, s’amuser quand un animal traqué agonise ou continue de courir, ses organes sortant de lui... c’est ça, surtout, la chasse. Et puisque Willy Schraen, à leur tête, s’époumone à dire que la chasse doit être expliquée, on va l’expliquer, et sans censure.

Des infiltrations pour le dénoncer, l’ADN de One Voice

Pendant nos infiltrations successives dans le milieu de la chasse à courre, du déterrage (blaireaux et renards), de la chasse à tir, de la chasse en enclos, nos enquêteurs ont vu des enfants encouragés à tuer, des chiens blessés et traités violemment, perdus sur le chemin du retour, des animaux apeurés, souffrants, estropiés, qui se traînent sur des centaines de mètres, des marcassins se faire dévorer par des chiens, des femelles enceintes se faire abattre et vider sans merci, et oui, des hommes manipulant des armes quelques minutes après avoir ingurgité qui du vin, qui de la bière avant neuf heures du matin... La réalité de la chasse, c’est ça.

Julia Mothé
Hr blog

Dans la thématique

Non, la tuberculose bovine ne se propage pas plus quand on laisse la vie sauve aux blaireaux Coitus interruptus pour les déterreurs de blaireaux dans le Lot-et-Garonne

Commentaires 62

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Chritounette | lundi 07 juin 2021

Cette publicité m'a fait horreur quant à son hypocrisie. Comment les chasseurs peuvent-ils l'affront de faire passer un clip sur leur "passion", en faisant croire que les animaux sont respectés et par le biais d'une aussi belle chanson ???
Ils n'ont vraiment aucun complexe !!!

Cat | vendredi 04 juin 2021

🤢🤮 tout est dit.

Marie-Paule | samedi 22 mai 2021

C'est une honte ! Dans quelle société vivent-ils ces tueurs sans conscience, sans remords?

Kirikou | vendredi 21 mai 2021

Bravo pour la parodie, merci de rétablir la vérité 👍