le jeudi 19 mai 2022 | 2

Quatre référés en Bretagne et Pays de la Loire pour sauver les Choucas des tours


Mis à jour le 23 juin 2022

Il faut que cesse la surenchère dans l’horreur dirigée contre les Choucas des tours dans de nombreux départements. Nous attaquons quatre arrêtés préfectoraux qui autorisent une fois de plus le massacre par milliers de ces oiseaux protégés. Nous avons fait un dépôt de référé et de recours dans le Morbihan, mais également dans les Côtes-d’Armor, le Finistère et le Maine-et-Loire. Plusieurs audiences sont prévues : trois en Bretagne le 25 mai à 10h au tribunal administratif de Rennes, et celle du Maine-et-Loire le 23 mai à 15h à Nantes.

Hr blog

Edit au 23 mai 2022:

Le juge des référés a décidé de reporter l'audience prévue ce jour à Nantes 
(pour l'arrêté du Maine-et-Loire) au 2 juin 2022 à 14h.

Edit au 10 juin 2022:

Nous venons de recevoir l'ordonnance du tribunal administratif de Nantes
qui rejette notre demande de suspension de l'arrêté préfectoral du Maine-et-Loire.
Nous espérons qu'il sera toutefois annulé quand notre recours sera jugé sur le fond (nous n'avons pas encore de date d'audience).

Les préfets de l’ouest du pays prévoient ainsi le massacre de 16 000 Choucas des tours dans le Finistère, 8000 dans les Côtes-d’Armor, 3000 dans le Morbihan et 635 dans le Maine-et-Loire. C’est insoutenable ! Nous dénonçons ces abattages de masse et le fait que des choucas blessés pourront agoniser dans des souffrances atroces alors que leurs petits orphelins mourront de faim.

Rappelons que les oiseaux concernés sont des corvidés qui bénéficient d’un statut censé les protéger, contrairement à leurs cousins les corbeaux freux et les corneilles, considérés comme nuisibles ou ESOD (espèces pouvant être classées comme « susceptibles d’occasionner des dégâts ») un peu partout en France.

La cerise sur le gâteau de la barbarie d’État : non seulement les autorisations sont publiées par dizaines par les préfectures pour tuer des oiseaux (déjà bien mal en point, vu la 6e extinction de masse qui a lieu en ce moment), mais ces oiseaux-là ne sont pas protégés par hasard ! Avec ses dérogations sur les Choucas des tours, chaque préfecture autorise donc en réalité ni plus ni moins leur extinction ! C’est toujours pareil : dès qu’il faut agir pour la planète, le climat ou les animaux, les intérêts humains privés passent systématiquement au premier plan, ruinant tout effort pour redresser la barre, tout espoir de changement.

Les abattages favorisent la reproduction

Dans de nombreux territoires, on constate trop souvent que les agresseurs méconnaissent totalement le comportement des choucas !

L’étude récente de la DREAL de Bretagne, attendue de longue date et enfin publiée au printemps 2022, expose d’ailleurs que ces abattages annuels massifs ne permettent pas de réduire les dégâts et que les quotas fixés d’oiseaux à tuer ne reposent sur aucune justification scientifique L’étude évoque également des pistes de réflexion autour de l’évolution des pratiques agricoles. Nous ajoutons que ces dégâts sont discutables et ne sont pas forcément le fait des choucas...

Nous ne céderons rien et remettrons notre ouvrage sur le métier autant de fois qu’il le faudra pour la défense des choucas, des corneilles ou des corbeaux, ces oiseaux si intelligents. Nous demandons donc l’annulation et la suspension en urgence de ces quatre arrêtés qui autorisent un abattage massif et imminent de milliers d’oiseaux issus d’une espèce protégée. Rien ne justifie ces tueries légalisées qui interviennent en pleine période de nidification et d’élevage des petits !

Pour le Maine-et-Loire, le juge des référés a fixé l’audience à Nantes à 15h le 23 mai prochain. Pour le Morbihan, les Côtes-d’Armor et le Finistère, la date d’audience est groupée et fixée finalement au 25 mai à 10h au tribunal administratif de Rennes.

Karine Sage
Hr blog

Dans la thématique

Pour les oiseaux, engageons-nous une fois encore contre les chasses traditionnelles ! Recours et images inédites de One Voice de l’élevage de faisans et perdrix de La Peyratte destinés à la chasse

Commentaires 2

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Chouky | samedi 21 mai 2022

Quelle chance d’avoir des choucas des Tours, ce bel oiseau est protégé. Observez sa jolie robe si à la mode : noire et grise ! Magnifique.
Les politiciens devraient avoir minimum 3 jours obligatoires de formation annuelle à l’Ecole de la nature. Ne devenez pas des assassins de tout ce qui bouge et anime notre Terre !

Doriane | jeudi 19 mai 2022

Merci pour ce que vous faites. Il faut sauver ces oiseaux
...comme les blaireaux ou les putois. Pourvu que vos actions soient suffisantes!