le lundi 29 avril 2024 | 1

Pour les loups, One Voice, Animal Cross et AVES attaquent l’arrêté ministériel autorisant de nouvelles tueries

Pour les loups, One Voice, Animal Cross et AVES attaquent l’arrêté ministériel autorisant de nouvelles tueries

Après la publication du plan national d’action sur les loups et les activités d’élevage dévoilant une volonté ouvertement anti-loups, le gouvernement a publié il y a quelques semaines un nouvel arrêté afin d’assouplir davantage encore les conditions dans lesquelles ces animaux peuvent être tués. Parce que sa rédaction est floue et peu détaillée et donc encore plus permissive, nous avons, avec Animal Cross et AVES, déposé un recours devant le Conseil d’État pour en demander l’annulation.

Hr blog

Des mesures vraisemblablement illégales

Augmentation du nombre de tireurs lors des autorisations de défense simple, selon des « critères objectifs »… que les ministères n’ont pas pris la peine de détailler ; absence d’exigence de mise en œuvre de méthodes d’effarouchement préalablement à tout tir létal ; suppression de l’obligation d’identification des « cibles » avant de faire feu ; maintien de l’autorisation de tir après l’abattage d’un loup…

L’objectif est clair : l’État ne veut laisser aucune chance aux loups, leur octroyant encore moins de possibilités de fuite.

Une opposition majoritaire, et pourtant…

Lors de la consultation publique sur ce projet, 98,58 % des avis rendus étaient défavorables ! Le Conseil national de la protection de la nature, constitué d’experts et scientifiques sur les questions de biodiversité, s’y est opposé également à plusieurs reprises, sans plus de succès (« Il convient de rappeler que, depuis le démarrage du plan national sur le loup et les activités d’élevage 2018-2023, le CNPN a été saisi trois fois sur des projets d’arrêtés ayant le même objet sur lesquels le CNPN a jusqu’à présent émis des avis défavorables, dont le dernier à l’unanimité. »).

En permettant d’abattre encore plus facilement les loups, les ministères remettent en cause la survie de l’espèce entière qui, rappelons-le, est toujours à ce jour strictement protégée.

Pour toutes ces raisons, nous avons décidé, avec Animal Cross et AVES, d’unir nos forces et d’attaquer cet arrêté pour en demander l’annulation. Même si le combat est rude face aux lobbies agricoles et cynégétiques, nous ne céderons pas. Avec nous, demandez la protection de ces magnifiques animaux qui enrichissent notre si fragile biodiversité et ont le droit de vivre en paix.

Cléa Capelli
Hr blog

Dans la thématique

Deux audiences à Besançon et Toulon pour défendre les loups contre les tirs À Lyon, on cohabite avec les ragondins plutôt que de les massacrer sans cesse

Commentaires 1

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

trochu | lundi 29 avril 2024

Honte à ce gouvernement et nous ne cessons de le dire, gouvernement qui fait n'importe quoi en ce qui concerne les lois de protection et de défense des animaux dont il n'a que faire. Le président autorise à tout vent des massacres d'animaux et ça en rapport avec les européennes, pour satisfaire éleveurs et chasseurs alors que la très grande majorité des français sont fermement opposés à toutes ces traques et tueries. Tout comme les grands experts et spécialistes des loups et autres animaux qui dénoncent ouvertement et fermement toutes ces pratiques ignobles et inacceptables de tueries d'animaux "juste pour faire plaisir à certains"...
Nous devons tous nous tenir debout et nous révolter contre de telles autorisations immondes et plus que scandaleuses. Les animaux doivent pouvoir vivre en paix et en liberté totale dans leurs environnements naturels. Ils ne doivent pas être constamment pourchassés et traqués. Cela n'est autre que de l'acharnement pur et simple contre des êtres vulnérables ne pouvant se défendre et encore moins parler, que de lâcheté et de cruauté gratuite, d'irrespect total de tous ces magnifiques animaux. Merci infiniment ONE VOICE pour tout ce que vous faites pour les loups et tous les autres animaux.