le dimanche 23 octobre 2022 | 0

One Voice défendra les Tétras lyres au tribunal administratif de Marseille lundi 24 octobre 2022


Mis à jour le 28 décembre 2022

Comme son homologue l’a fait en Savoie pour trois espèces emblématiques de Galliformes de montagne, le préfet des Hautes-Alpes a pris à la mi-septembre, un arrêté fixant le nombre de Tétras lyres pouvant être chassés dans le département. Alors que les oiseaux font face à des difficultés jamais égalées dans notre ère et que cette espèce est en déclin, les chasseurs pourront ajouter au problème en abattant 270 d’entre eux dans la cadre de leur loisir récréatif. La saison de chasse est ouverte. Il était urgent d’agir. One Voice sera présente à l’audience au tribunal administratif de Marseille lundi 24 octobre 2022 pour défendre les Tétras lyres.

Hr blog

One Voice a déposé un référé en vue de faire suspendre en urgence l’autorisation préfectorale permettant ces abattages ainsi qu'un recours au fond, car l’association s’insurge contre le fait que les chasseurs prennent les animaux comme cibles pour le plaisir avec un blanc-sein de l’État, sachant pertinemment que leurs tirs ne feront qu’empirer une situation déjà désastreuse pour la biodiversité.

Les Tétras lyres étant en déclin, pourquoi leur tirer dessus en plus ?

Dans ce cas précis, les Tétras lyres font partie d’une espèce protégée (directive oiseaux au niveau européen et Code de l’environnement en droit français) car classée au niveau national sur la liste rouge des espèces d’oiseaux menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) comme « quasi menacée » et « vulnérable » en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Si elle est protégée, ce n’est pas pour rien !

la preuve en est que l’Observatoire des Galliformes de Montagne (OGM), qui mesure l’évolution des effectifs de ces individus, montre bien que la population est en déclin depuis plus de vingt ans. Et que la reproduction de l’espèce en 2022 et les années précédentes est insuffisante par rapport aux actes de chasse autorisés.

Comment peut-on permettre de tuer des animaux pour le plaisir, en dérogeant à plusieurs strates de protection mises en place pour garantir leur conservation, ajoutant ainsi aux difficultés qu’ils doivent affronter pour se reproduire ? Il est urgent d’empêcher que les tirs continuent sur ces Tétras lyres !

À Grenoble et Marseille, des précédents qui rendent optimiste

Le tribunal administratif de Grenoble en est d’ailleurs convenu, en interrompant en urgence le 20 octobre dernier l’application de l’arrêté de Savoie concernant notamment des Tétras lyres (mais aussi des Perdrix bartavelles et des Lagopèdes alpins). Dans les Alpes-de-Haute-Provence également, une quinzaine de jours auparavant, les arrêtés préfectoraux avaient été suspendus sur la partie concernant les Tétras lyres : nous avions eu gain de cause dans le cadre de notre intervention volontaire aux côtés de la LPO.

Nous espérons qu’il en sera de même dans les Hautes-Alpes à l’issue de l’audience du 24 octobre où nous nous battrons à nouveau aux côtés de la LPO contre les services préfectoraux pour permettre de laisser la vie sauve à des centaines d’oiseaux des montagnes.

Julia Mothé
Hr blog

Dans la thématique

Le Préfet des Pyrénées-Orientales joue à cache-cache avec ses arrêtés Les chevreuils de Saint-Avold : bienvenue en absurdie

Commentaires 0

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.