le samedi 21 juillet 2018 | 5

One Voice au cœur de Superpod 6

One Voice était au rendez-vous mondial des spécialistes des cétacés, Superpod, à San Juan Island, à la frontière pacifique entre les Etats-Unis et le Canada. Muriel Arnal y a présenté notre combat pour les orques et les dauphins captifs en France.

Hr blog

Superpod

En 2011, un petit groupe de passionnés et de spécialistes des cétacés se sont réunis pour réfléchir et coordonner leurs actions pour la défense des mammifères marins. Superpod (c'est le nom donné à la réunion de plusieurs pods de cétacés) est le berceau de l’effet Blackfish. C’est là que l’idée du film documentaire, sorti en 2013, retraçant la vie tragiquement célèbre de l'orque Tilikum, est né. C’est de là qu’est parti le grand mouvement qui a enfin changé les choses, à l’origine de l’abandon de la reproduction des orques par Seaworld. Devenu, depuis, un rendez-vous bisannuel incontournable, l’événement rassemble scientifiques, experts, anciens dresseurs, journalistes et responsables des ONG du monde entier, œuvrant à la fin de l’exploitation et de la chasse des cétacés.

One Voice à Superpod 6

Jeudi 19 juillet, Muriel Arnal a présenté lors de la 6e édition de Superpod, le combat de One Voice pour les dauphins et les orques captifs en France: Femke, mère dauphine au cœur brisé que nous avons encore filmée flottant dans son bassin en mai dernier, mais aussi les orques Wikie, Inouk, Keijo et Shouka que nous suivons de près. Avec beaucoup d’émotion, elle a raconté le destin tragique de l’orque Valentin à Marineland, celui du petit dauphin Aïcko à un auditoire composé d’experts internationalement reconnus, tels que : Naomi Rose, Ingrid Visser, Lori Marino, Ken Balcomb. Tous ont été touchés par le récit de ces vies brisées, qui motivent notre combat pour qu’un nouvel arrêté delphinarium soit pris et qu’enfin les cétacés captifs soient libérés.

Ensemble pour les cétacés

Les autres intervenants ont évoqué le sort des orques Keiko, de Morgan et de Lolita; l’un des objectif de Superpod 6 étant de partager les informations pour mieux travailler ensemble. La situation dramatiques des orques résidentes locales, la famille de Lolita, a également été au cœur des débats. Leur population a été décimée pour les captures pour les delphinariums d'Amérique et d'Europe, et aujourd’hui, elles meurent de faim à cause des activités humaines. Seule population d’orques à s’éteindre au monde, un sanctuaire qui permettrait de les nourrir est en réflexion. Autre problème de taille, des dizaines de delphinariums en construction en Russie et en Chine. Combien de dauphins, de belugas, d’otaries et autres mammifères marins vont être arrachés à leur famille ou périr à cause des captures pour remplir ces nouveaux bassins ? Plus que jamais, il faut se serrer les coudes pour faire front face à cette industrie, où qu’elle se développe. Ensemble, nous sommes plus forts.

En France, One Voice poursuit son combat pour la fermeture des delphinariums et le placement des cétacés captifs dans des sanctuaires marins. Le 26 juillet prochain, nous serons en rendez-vous au ministère de l’Ecologie, en tant que représentants français de la coalition Dolphinaria Free Europe, aux côtés de nos partenaires Sea Shepherd France, et Réseaux-Cétacés. Signez et partagez la pétition pour l'adoption d'un nouvel arrêté et la fermeture des delphinariums!

Hr blog

Dans la thématique

Kiska, la dernière orque du Marineland de l'Ontario
Trafic de bélugas et d'orques juvéniles découvert en Russie

Commentaires 5

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Manu74 | dimanche 29 juillet 2018

INADMISSIBLE!!!

Monique | jeudi 26 juillet 2018

Laissez les dauphins et les orques en liberté

Catherine | jeudi 26 juillet 2018

si vous saviez comme j'en ai marre q'on les massacre a force il restera plus rien dans les océans car l'homme détruit tout

trochu | samedi 21 juillet 2018

Je suis contente de savoir que de grands spécialistes des cétacés oeuvrent à vos côtés ONE VOICE, afin de réfléchir et mettre en place un projet permettant de libérer à jamais tous ces malheureux animaux enfermés et privés des leurs et de liberté "juste pour distraire, pour amuser" des humains qui n'ont aucune conscience, ni éthique et ni morale, et cautionner et tolérer de telles souffrances et exploitations d'animaux. Je pense également qu'il y a un manque de réflexion et de profondeur et d'intelligence du coeur en considérant encore les animaux comme de simples "objets à la merci des humains", ce qui est révoltant et attristant, car nous le savons l'exploitation animale engendre l'exploitation humaine et vice versa tout est lié, et il s'agit toujours d'êtres fragiles, vulnérables ne pouvant se défendre ce qui est encore plus grave et inacceptable. Le combat doit continuer et ne cessera qu'à la libération totale de tous ces très intelligents animaux et la fermeture définitive de tous ces bassins de la honte.