le jeudi 15 août 2019 | 46

Nouvelle infiltration de One Voice dans une école de tauromachie pour les enfants!

Nos enquêteurs se sont rendus une nouvelle fois dans l'une des écoles taurines de France, et ils ont pu assister à des mises à mort de taureaux si jeunes qu'il s'agit presque de veaux. Sept ans après notre enquête à l'école de Nîmes, nous demandons (comme l'ONU à l'Espagne en février 2018 1) l'interdiction de ces « centre de formations » pour les mineurs, l'interdiction de l'accès aux mineurs à ces « spectacles », l'interdiction de blesser les taureaux, et bien entendu de les mettre à mort...

Hr blog

Des jeunes taureaux pour "faire la main" des enfants et adolescents

Le veau considéré comme du "matériel" de second niveau sera toréé dans les environs de Nîmes pendant plus de vingt minutes, par un jeune qui ne maitrise pas le geste. 

L'épée rentrera et sortira plusieurs fois dans l'échine du jeune taureau, qui finit par s'effondrer. Ses dernières secondes de conscience, il sentira un poignard s'enfoncer dans sa nuque, secoué en tout sens dans sa tête. Il se videra de son sang en quelques minutes, une éternité quand on souffre, après avoir tenté en vain d'échapper à son sort, tenaillé d'angoisse, sans comprendre pourquoi il fut ainsi trahi par ses gardiens...

Une activité extrascolaire comme une autre ?

Les enfants suivent toute l'année des cours dans ces écoles sur des charriots à roulette pour s'entrainer aux gestes: muletas, jeu de cape, et pique de banderille, et d'épée. En fin d'année, comme une récompense, ils peuvent, dans l'arène, mettre à mort de très jeunes taureaux. 

On peut commencer à 6 ans à les fréquenter. A l'âge où l'on commence à lire et à écrire, on peut apprendre en même temps le B-A-BA de la corrida, et que torturer un animal vivant en lui plantant des harpons puis en lui enfonçant une lame dans le corps est acceptable et attendu. On peut assister à des longues et douloureuses mises à mort d'êtres dont la sensibilité est reconnue, et sur lesquels les cruautés sont condamnées… sauf ici.

Des psychologues du monde entier s'inquiètent de l'impact que cela peut avoir sur le développement cérébral et de l’empathie des enfants, de recevoir ces signaux contradictoires de la part des adultes les entourant: on ne doit pas faire de mal à autrui, et on doit applaudir ceux qui tuent les taureaux dans l'arène... C'est de l'éducation au sadisme, et cela a des répercussions délétères sur leur psychisme.

Une enquête inédite au cœur de ces écoles: des témoignages sans filtre

Interview de la présidente de l'école taurine, de professeurs et d'aficionados, images de veaux martyrisés par de jeunes hommes, sous le regard des enfants... Toutes nos images montrent le vrai visage de la corrida en France: on enseigne l'insensibilité à la souffrance de l'autre dès le plus jeune âge. 

Parmi les témoignages recueillis, des parents ayant offert un taureau à leur enfant pour qu'il puisse le tuer. Qui ferait cela avec un autre animal et dans d'autres circonstances? Hors de ce milieu? Comment est-il possible d'encourager cela, une mise à mort par un mineur, ce qui est possible dans le cas d'une location d'arène privatisée...

Des jeunes taureaux non mis à mort seront souvent utilisés plusieurs fois. Mais sur les images, nous voyons l'incrédulité du pauvre veau, son épuisement. Son refus de l'agressivité. Le refus de « se battre », en somme. 

Qu'ils aient peur pour eux-mêmes ou ne veuillent pas heurter d'être vivant, les enfants doivent obéir. C'est écrit dans le règlement de l'école taurine. Or l'une des mères de ces élèves a confié à notre équipe sans savoir qu'elle était enregistrée, qu'après la mise à mort de son premier taureau, son fils n'a plus toréé pendant un an. Il était encore sous le choc.

Interdisons ces écoles. One Voice et ses partenaires Anymal, CRAC Europe, la FLAC et No Corrida ont écrit une pétition commune demandant l'arrêt immédiat de ces pratiques tauromachiques considérées comme de la torture. Pour nous donner plus de poids dans cette démarche, pour les veaux et les enfants, signez!

 1 - https://www.telegraph.co.uk/news/2018/02/09/un-call-ban-children-bullfights

Julia Mothé
Hr blog

Dans la thématique

Poignard dans des mains d’enfants
Nîmes : un pas vers la réconciliation ?

Commentaires 46

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

trochu | dimanche 25 août 2019

Comment est-ce possible en 2019 et en France, ce qui est un comble ? Nous ne pouvons pas accepter que de "telles écoles de la honte" soient admises dans ce pays alors que la grande majorité des français se disent fermement opposée à la corrida. Cautionner et tolérer veut dire accepter la violence, la cruauté, la barbarie, la maltraitance et torture des animaux qui sont DES ETRES VIVANTS autant que nous, où est donc la dignité de l'humain, où est donc le civisme, la grandeur, les valeurs de ce pays?
Nous avons à agir vite et faire stopper à jamais de telles "écoles de l'horreur" et faire disparaître définitivement la corrida de la France ! Ces écoles sont SCANDALEUSES ET INACCEPTABLES !

Fabi | samedi 24 août 2019

Rien ne va plus ! La régression humaine me désole, d'ailleurs ce mot a perdu tout son sens. Les pays en guerre traumatisent suffisamment d'enfants à vie. La France serait-elle jalouse ? En attendant une éventuelle prise de conscience, interdisons bien sûr les corridas dans tous les pays mais aussi toutes les tortures que nous autres humains faisons subir aux animaux pour nous sentir supérieurs. Méritons-nous de vivre sur la même planète que ces êtres non humains mais finalement beaucoup plus empathiques que nous ?

Iaida | vendredi 23 août 2019

Stop barbarism!!
Stop Á cette barbarie!

Careline | vendredi 23 août 2019

STOP À CETTE BARBARIE !!!!!