le lundi 04 juin 2018 | 12

Moana l'enfant de la seringue

Moana est le premier fils de Wikie, né par insémination artificielle... Dès l'âge d'un an, il effectuait des figures sous le regard de sa mère.

Hr blog

Moana est né au Marineland d'Antibes le 16 mars 2011. Sa mère est Wikie et son père est Ulises, une orque sauvage capturée en Islande et détenue au SeaWorld de San Diego en Californie.

Moana fut la troisième orque au monde à naître par insémination artificielle, et la toute première en Europe. On ignore si ce mode de reproduction, encore expérimental, affectera un jour la santé de cet enfant. Les dresseurs disent qu’il est intelligent. Cela veut dire pour eux que dès l'âge d'un an, Moana effectuait déjà toute une gamme de figures obligées, que la plupart des orques n’apprennent que tardivement, au terme de longues années de dressage. Il avait tout compris rien qu’en regardant sa mère. Et on comprend son enthousiasme à bien faire !

Dans le monde promiscuitaire et clos où il est contraint de vivre, dans ce bocal vitré privé de tout rocher, de toute algue et de tout poisson où il tourne depuis sa naissance, la moindre distraction vaut son pesant d'or. On s’y battrait pour répéter les mots humains comme un disque rayé pour un scientifique, comme on l'impose à Wikie, tant l'ennui pèse sur ce grand bassin où se traînent sous la chaleur du Midi de grands "poissons" noirs aux yeux tristes.

Moana s’est montré très indépendant très tôt. Trop tôt peut-être, car très vite sa mère a laissé aux dresseurs la charge de son "éducation".

En 2013, la petite orque à l'avenir sans espoir devenait le frère aîné de Keijo, un bébé manifestement ni désiré ni attendu. Un an plus tard, naissait sa demi-soeur Amaya, issue du même père que lui. Mais il n’aura jamais le bonheur de jouer avec elle, puisqu’elle s’ennuie à des milliers de kilomètres de là, dans les bassins de San Diego.

Yvon Godefroid
Hr blog

Dans la thématique

Lettre ouverte à l'attention de Barbara Pompili
Ode to Orcas : la jeunesse planche sur la libération des orques captives

Commentaires 12

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

shogun | vendredi 22 juin 2018

Ces pauvres animaux, vie terrible, c'est à pleurer.
Révoltant, boycott total...

mumu | vendredi 22 juin 2018

Je soutiens One Voice, une asso formidable qui comprend les animaux, et le choc émotionnel de la captvité. Tous et toutes avec One Voice ! lLs animaux ne sont pas des objets.

Ambre | jeudi 21 juin 2018

Peut-on signer une pétition ?

pouguy | jeudi 21 juin 2018

Les orques même dans les zoos ou les parcs, il y a d'autres façons de les reproduire comme par voie naturelle, ce qui est beaucoup plus simple et plus respectueux envers l'animal, là pour moi c'est un objet et j'en ai honte quand je vois ça. la science a d'autres choses bien plus importantes à faire que ces imbécillités qui doivent coûter cher