le vendredi 08 novembre 2019 | 15

Les loups, proies de l’État français

En politique, si l’on veut se montrer crédible, il faut avoir le souci de la cohérence. Difficile pour un ministère de l’Écologie d’assumer la persécution d’une espèce protégée. Alors, pour ne pas avoir à se brûler les doigts sur les dossiers sensibles, il délègue leur gestion, il renforce les compétences d’un préfet, comme on refile une patate chaude. Mais lorsqu’une association comme la nôtre s’en offusque, il est contraint de montrer son vrai visage et de reconnaître sa position… Oui, en France, le massacre des loups se pratique avec l’assentiment des représentants du gouvernement censés prendre leur défense !

Hr blog

Depuis que la population des loups a péniblement atteint le seuil des 500 individus, notre pays semble non seulement se moquer de plus en plus de sa protection, mais œuvrer pour la décimer. 

Des discours aux actes, le grand écart

Officiellement toutefois, le gouvernement tient un discours qui se veut dans l’air du temps. Il affirme se sentir concerné par le déclin de la biodiversité et la préservation de la faune. Il prétend encourager la cohabitation entre les loups et les humains… Mais c’est à coups de fusil qu’il règle la question ! Car en réalité, c’est bien en légitimant les massacres à grande échelle des canidés sauvages que les dirigeants se mettent éleveurs et chasseurs dans la poche.

C’est pas moi, c’est l’autre

Pour éviter d’avoir trop de sang d’une espèce — de surcroît protégée — sur les mains, et être pris en flagrant délit de contradiction, le pouvoir central a trouvé la parade… Par l’arrêté du 12 septembre 2018, il a désigné un préfet coordonnateur du plan national d’actions sur le loup. Jusqu’au 31 décembre 2023, c’est le préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes qui, à ce titre, « anime et coordonne l'action des préfets de tous les départements concernés par le plan national d'actions sur le loup pour la mise en œuvre dudit plan ». Entre autres prérogatives, le magistrat s’est vu doté de compétences inhabituelles. Il peut « préciser » les conditions d’application des arrêtés des ministres chargés de l’écologie et de l’agriculture. Plus prosaïquement, il est habilité à prendre des dérogations aux mesures de protection des espèces de faune et de flore sauvages. Et décider, en l’occurrence, d’augmenter joyeusement le taux de « prélèvement » des loups, dans la « limite » des 2 % de l’effectif moyen de leur population estimée annuellement. Mais pourquoi s’interrompre en si bon chemin ? Au-delà de ce seuil, les tirs dits de « défense simple », approuvés par les préfets des départements, restent encore possibles ! Un loup dans les parages ? Les chasseurs sont appelés à la rescousse ! Reconnaissons que cette délégation du « permis de tuer », cette dilution des responsabilités à toutes les échelles de l’appareil étatique, ouvrent la porte aux pires dérives… Sans que personne — et c’est là toute la perversité du système — soit directement incriminable. 

Recours au Conseil d’État

Dès novembre 2018, par un recours gracieux, nous avons appelé le Premier ministre à annuler son arrêté du 12 septembre. Notre demande étant restée lettre morte, nous avons saisi le Conseil d’État en mars 2019. Pour l’heure, ce dernier n’a pas encore tranché. Mais nous savons d’ores et déjà que le ministère de la Transition écologique et solidaire n’est pas de notre côté. Ni donc de celui des loups. En date du 7 octobre, il a adressé un courrier au président du Conseil pour le prier de rejeter notre requête. Ainsi, même l’institution supposée être en charge officielle de la protection de la nature dans notre pays, préfère se soumettre aux diktats des éleveurs et des chasseurs ! Plutôt que d’instaurer des solutions alternatives et éthiques aux problématiques pastorales, plutôt que de redonner leur place pleine et entière à des êtres merveilleux et sentients dont nous avons déjà persécuté les ancêtres, elle laisse les lobbies s’emparer du sujet, faire pression sur les élus locaux (et par ricochet sur les représentants de l’État) pour répandre des calomnies !

Fanatisme et obscurantisme

Le retour des loups en France a fait ressurgir des peurs profondément archaïques. Même si, Dieu et diable ne sont plus autant conviés au débat qu’à l’époque médiévale, les grands prédateurs se retrouvent comme autrefois traqués de toutes parts, victimes de terribles préjugés nés de la simple ignorance ou savamment entretenus par ceux qui veulent leur peau. Traités comme des « monstres », du « gibier » ou juste comme des concurrents encombrants, ils tombent les uns après les autres. Et leur peuple, à peine ressuscité de ses cendres, agonise de nouveau sur la terre où pourtant leurs aïeux et les nôtres ont su cohabiter en paix, dans un lointain passé… C’était il y a fort longtemps, au cours de la Préhistoire. Bien avant qu’Homo sapiens, sous l’influence de croyances frénétiques, se prenne un beau jour pour le roi de la « Création » et voie soudain dans les yeux de Canis lupus, son frère d’hier, le regard du « Malin ». Voulons-nous une fois encore nous éloigner du chemin de la sagesse ? Souhaitons-nous vraiment exterminer tout ce qui nous rappelle nos origines sauvages et notre propre animalité ? Le gouvernement français pourra toujours arguer que 500 individus suffisent pour rendre une espèce viable, nous savons, ainsi que les scientifiques, qu’il n’en est rien. D’ailleurs, la Cour de justice de l'Union européenne vient d’étendre le principe de précaution aux espèces protégées. Le doute doit donc leur profiter ! Mais surtout, comme à toutes les autres, le droit d’exister.

En attendant cette audience

En attendant d'être au Conseil d'Etat pour les défendre, nous serons en ce mois de novembre 2019:

Marie-Sophie Bazin
Hr blog

Dans la thématique

Carnage chez les grenouilles rousses
Une tuerie exponentielle de loups autorisée en France

Commentaires 15

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Olivia | vendredi 15 novembre 2019

Cela fait des décennies que je pleure sur le massacre des loups. Ce 12 novembre, j'ai lu un article intitulé "dans les traces de la brigade loup". Notamment, "on ne tue pas un loup pour tuer un loup, on le fait pour protéger un troupeau". Ainsi, en témoignant dans la presse à la portée de tout un chacun, on justifie la tuerie des loups, comme une "œuvre d'utilité publique". Les populations sont manipulables, ils le savent. Peu ont suffisamment d'esprit critique pour s'interroger sur le pourquoi des choses. Créer des corridors dans la nature, pour que les loups puissent plus facilement avoir accès aux mouflons et autres proies, seraient une meilleure solution.

justiceanimale | vendredi 15 novembre 2019

Honte à ce gouvernement qui autorise et soutient le massacre des loups !Je suis profondément écœurée par toutes ces personnes qui privilégient les chasseurs et les éleveurs au détriment des animaux sauvages ! Quand je pense que le prix du permis de chasse a été divisé par deux, c'est tout simplement révoltant!

Marie-Paule | vendredi 15 novembre 2019

Sous le ministère de l'écologie S. Royale, les tueries annuelles étaient de 32 loups, sous celui de N. Hulot, 38, sous celui de De Rugy 60, aujourd'hui sous celui de E. Borne : 100 loups ! Jusqu'à une extinction totale ! Qu'attendons-nous pour saisir le Conseil de l'UE car la France ne respecte pas la convention de Washington ?!

Danielle | vendredi 15 novembre 2019

Stop à ces massacres jamais punis voire encouragés par nos gouvernants.