le vendredi 11 janvier 2019 | 14

Le Lien : un sujet au coeur des préoccupations de One Voice

Découvrez, au fil des semaines, quelques initiatives essentielles prises dans des pays dans lesquels d’importantes organisations ont constaté des preuves de Liens réciproques entre la cruauté envers les animaux et la violence contre les personnes, et agissent pour prévenir une escalade de la violence dans les foyers et dans la société. Des recommandations de mesures clés à l’attention des décideurs politiques et des prestataires de services aux personnes et aux animaux sont aussi formulées, pour contribuer à un débat sur la façon dont des mécanismes sociaux et juridiques peuvent être développés en France, afin d’assurer le bien-être des humains et des animaux.

Hr blog

Depuis quarante ans, on assiste à un intérêt croissant pour ce que l’on appelle aujourd’hui « le Lien », c’est-à-dire  

« La constatation selon laquelle les actes de violence interpersonnelle sont précédés ou accompagnés d’actes de cruauté envers des animaux, et ce de manière prévisible (1) »

Au cours des deux décennies, de plus en plus d’études empiriques ont été publiées sur la maltraitance animale et ses Liens avec la violence sur des êtres humains, et ce domaine de recherche est maintenant reconnu comme une discipline à part entière, notamment par les sociologues, les criminologues, les travailleurs sociaux, les psychologues et les juristes (2). Dans ce domaine, la maltraitance animale est communément définie comme : 

« Un comportement socialement inacceptable qui cause intentionnellement une douleur, une souffrance, un stress évitable ou la mort d’un animal. »

Aujourd’hui, il est de plus en plus souvent admis que la maltraitance animale est un indicateur potentiel d’un comportement agressif ou violent à l’égard des humains, et diverses initiatives font leur apparition dans le monde en faveur de mesures et de procédures qui tiennent compte de cette connaissance, en vue de prévenir l’escalade de la violence au sein des familles et de la société. 

La National Link Coalition, dont le siège est aux États-Unis, joue un rôle de pionnier dans la promotion du Lien. Cette coalition est dirigée par un comité de pilotage composé de spécialistes américains de la prévention de toutes les formes de violence domestique, dont la mission consiste à promouvoir des politiques et des pratiques pour améliorer la sécurité des personnes et des animaux. 

En 2008, One Voice a fait figure de chef de file pour amener la société à reconnaître les Liens entre maltraitance animale et violence envers les personnes, en parrainant une conférence inaugurale à l’université d’Oxford, intitulée « Le Lien entre maltraitance animale et violence envers les humains ». Cette conférence a été un coup d’envoi pour l’Oxford Center for Animal Ethics (OCAE), (3) dont le président et cofondateur, Andrew Linzey, est aussi vice-président de One Voice. Elle a réuni des leaders dans ce domaine pour analyser le Lien et ses implications profondes dans la politique sociale et juridique partout dans le monde et pour mettre sur pied un programme de recherche essentielle.

Les articles présentés à cette conférence par des universitaires et des spécialistes de la prévention des délits et des crimes, de la mise en application des lois, de l’action sociale, du bien-être animal, de la protection de l’enfance, de l’éducation et de la compassion, des services vétérinaires, des soins aux conjoints et aux personnes âgées ont constitué la matière d’un ouvrage publié, The Link Between Animal Abuse and Human Violence (4). Ce livre a été traduit par One Voice (sous le titre Le Lien : violences sur les animaux et les humains) afin de sensibiliser le public français sur ces questions (5).

Le problème du Lien est particulièrement important pour One Voice, qui fonde son action sur une éthique de non-violence et travaille à promouvoir la protection des animaux en tant que valeur sociétale, à partir de la conviction que toute vie doit être respectée. En 2008, dans le cadre de sa mission consistant à préparer un avenir meilleur et non-violent pour les humains et les animaux, One Voice a aussi lancé l’initiative « J’écoute ma conscience » (6).

53 %

Large medium small f75533bc
des ménages français ont un animal domestique

28 %

Large medium small f7cc2394
des ménages français ont un chat

25 %

Large medium small 67f38d76
des ménages français ont un chien

La question du Lien est très pertinente en France, où 53 % des ménages ont au moins un animal domestique. Environ 25 % des ménages ont un chien et 28 % des ménages ont un chat. La France est même le pays dans lequel la population d’animaux domestiques est la plus élevée d’Europe avec 7,5 millions de chiens, 11,5 millions de chats, 7 millions d’oiseaux, 2 millions de rongeurs et 27 millions de poissons (7).

Sources
1 Phil Arkow, dans sa préface de l’ouvrage d’Eleonora Gullone Animal Cruelty, Antisocial Behaviour, and Aggression: More than a Link, The Palgrave MacMillan Animal Ethic Series, 2012.
2 Flynn, Clifton P., Understanding Animal Abuse: A Sociological Analysis, Lantern Books, 2012.
3 http://www.oxfordanimalethics....
4 The Link Between Animal Abuse and Human Violence, Sussex Academic Press (1er déc. 2009).
5 Andrew Linzey, Le Lien : Violences sur les animaux et les humains, One Voice, 2012.
6 http://jecoutemaconscience.one...
7 Ibid.

Hr blog

Dans la thématique

Les preuves du Lien en chiffres en Espagne
En Bulgarie, la ZooPolice ouvre la voie vers une prise de conscience du Lien

Commentaires 14

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

explorateur | samedi 26 janvier 2019

Il est absolument évident pour moi que de nos jours, toute maltraitance animale doit absolument cesser, quels que soient les motifs évoqués! Le nombre d'animaux domestiques reçus dans les foyers, en France, ne doit jamais conduire à privilégier certaines races d'animaux, tandis que d'autres sont inutilement utilisés, voire, martyrisés dans des laboratoires. Le message suivant le mien m’interpelle également: "devenons végétariens": je le suis depuis ma naissance et ne m'en porte pas plus mal, bien au contraire.

La Fanchon | mercredi 23 janvier 2019

Arrêtons toutes souffrances envers tous les animaux!!!
Devenons végétarien !!

sylvie | vendredi 18 janvier 2019

l'animal est le meilleur ami de l'homme. combien d'hommes ont été sauvé grace au animaux ? beaucoup. et il y a aucune reconnaissance. c'est honteux

DEROSE | vendredi 18 janvier 2019

Aimons-nous et respectons-nous, l'humain a besoin de l'animal! Le gouvernement aurait dû instaurer dans la déclaration des revenus une case " animaux détenus " par les particuliers ou éleveurs, en y joignant les photocopies des actes sanitaires (vaccins, stérilisation pour les chiens classés en catégories...) donc du bon suivi de ou de ses animaux... Ainsi cette déclaration sanitaire ferait bénéficier d'une déduction sur l'imposition !