le dimanche 05 mai 2019 | 11

Le dresseur de Baby face à la justice le 6 mai à Marmande

Connaissez-vous Baby ? Peut-être pensez-vous que non. Probablement que si. Voilà plus de 30 ans que cette éléphante arpente les plateaux de cinéma, apparaît dans des spots publicitaires, participe à des émissions de télévision, s’assoit sur des tabourets dans des numéros de cirque... Son dresseur passe devant le Tribunal correctionnel d’Agen à la chambre détachée de Marmande à 14h ce mardi 6 mai pour exploitation irrégulière d’animal non domestique.

Hr blog

Edit au 6 mai 2019
Le jugement est mis en délibéré au 3 juin 2019 à 14h.

Une éléphante déracinée

Originaire d’Afrique, Baby a été capturée en 1985 lorsqu’elle avait deux ans. Comme tous les éléphanteaux kidnappés à l’état sauvage, elle a dû vivre bien des traumatismes avant de se retrouver en France pour faire le show. Depuis, proposée à la location par Gilbert Bauer, elle est exhibée pour animer aussi bien des inaugurations officielles, des arbres de Noël, des foires-expos, des défilés municipaux, des goûters pour enfants, des anniversaires et autres soirées privées. À écouter le dresseur, Baby est comme sa fille et nage dans le bonheur à ses côtés... Le public est bercé par cette illusion, mais est-ce une vie pour une éléphante?

Déracinée de sa terre natale, isolée de tout contact avec les siens — alors que les éléphants sont des animaux hautement sociaux — et souffrant d’une infirmité à la patte arrière gauche, elle est si seule... À son âge, Baby devrait vivre dans la savane brûlante avec sa mère vieillissante et ses sœurs, ses éléphanteaux et ses neveux. Marcher serait leur quotidien, rythmant les apprentissages des petits, la transmission des matriarches. Leur mémoire commune les mènerait de lieu en lieu, ceux de l'amour, ceux du recueillement, ceux des festins...

Mais Baby est loin de cette vie-là, elle ne peut que la rêver, contrainte comme elle l'est à tourner sur elle-même sur un tabouret, à renvoyer la balle sur une musique tonitruante, à poser pour des photos ou à être forcée de parader sur du bitume, à proximité d'humains qu'elle n'aurait jamais dû croiser.

Procédure pénale

L'association suit et surveille Baby depuis longtemps, et n’a eu de cesse de réunir de nombreuses preuves pour dénoncer sa maltraitance et la secourir.

Le 27 mai 2017, Gilbert Bauer est allé trop loin, et nos alertes ont été entendues par les autorités. Ce jour-là le dresseur a fait parader Baby sans respecter les mesures de sécurité réglementaires concernant la présentation d’animaux sauvages au public. Les inspecteurs de l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) ont pu constater qu’aucune barrière ni clôture électrique ne séparaient la foule de l’éléphante, qu’elle devait supporter des figurants juchés sur son dos et que les passants, dont des enfants, pouvaient l’approcher de très près.

Les conséquences de cette infraction auraient pu être dramatiques et Gilbert Bauer est désormais poursuivi pour exploitation irrégulière d’animal non domestique. Il doit comparaître devant le tribunal de grande instance d’Agen ce 6 mai à 14h. C'est une avancée. One Voice souhaite cependant aller plus loin et demande que cette procédure pénale soit requalifiée en mauvais traitements et que Baby lui soit confiée.

Pour elle et l'ensemble des animaux exploités pour le divertissement de certains humains, réclamons l'interdiction de cette pratique. Leur place est dans un sanctuaire!

Hr blog

Dans la thématique

Chirkane, le rebelle sacrifié
Micha, Glasha, Bony, Mina... : les preuves accablantes de l’inertie de la préfecture du Loir-et-Cher

Commentaires 11

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Béa | samedi 11 mai 2019

Juste envie de pleurer à l'idée d'une telle maltraitance pendant de si longues années ! Comment des parents peuvent-ils encore emmener leurs enfants voir de tels spectacles ignobles ? Comment un gouvernement peut-il cautionner de telles MONSTRUOSITES ! Il est grand temps que Mr Macron se réveille car NOUS NE VOULONS PLUS CELA EN FRANCE...

Gribouille | vendredi 10 mai 2019

De tout coeur avec vous en souhaitant que cette magnifique créature sensible et intelligente ait la possibilité de fouler un sol normal pour elle en toute liberté avec ses congènères

Nauru | vendredi 10 mai 2019

Je suis dégoûté de ces Personnes qui se font de l'argent sur le dos des Animaux , en leur demandant d'exécuter des exercices qu'ils ne feraient pas dans la nature sauvage ...
en les battant et leur faire subir des mauvais traitements ...

Philippe et Karine | vendredi 10 mai 2019

Une éléphante est un être vivant doté de sensibilité, en aucun cas, elle doit être utilisée pour distraire le public, car il s'agit simplement de la maltraitance animale. Sa place est dans son milieu naturel, sous protection. Les animaux ne sont ni des objets, ni des esclaves. Nous devons les préserver, car beaucoup d'espèces sont déjà en voie de disparition. Lorsqu'il n'y aura plus aucun animal sur terre, qui vont-ils exploiter??????La Justice doit faire son travail et rendre la liberté à cet animal qui n'a rien à faire dans une prison et devoir exécuter des numéros contre nature, il n'est pas un criminel, mais une victime du business sur le dos de sa souffrance. Nous devons continuer à nous mobiliser, à écrire aux élus pour les faire sortir de leur inertie, éduquer nos enfants pour le respect des animaux, ne plus les emmener au cirque, au delphinarium ou parcs d'attraction où l'on exploite des animaux ainsi qu'au zoo et voter pour que notre société évolue sur le plan humain et cesse d'exploiter, car l'esclavage a été abolie. Albert EINSTEIN disait : "Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui le regardent, sans rien faire"!!!!!