le mardi 12 juin 2018 | 20

Keijo, fils de l'inceste

Keijo est né trop tôt après son frère Moana, comme cela peut arriver seulement dans les delphinariums. Rejeté par sa mère, Wikie, le début de sa vie a été difficile.

Hr blog

Keijo est né au Marineland le 20 novembre 2013. Sa mère est Wikie et son père s’appelait Valentin. Cela fait donc de lui un enfant consanguin à 12.5%, puisque Wikie et Valentin étaient demi-sœur et demi-frère.

Les relations incestueuses, observées seulement en bassin, restent un problème majeur pour la plupart des grands parcs marins. Taku, au SeaWorld d’Orlando, a fécondé sa propre mère Katina, qui a donné naissance à Nalani en 2006. A Loro Parque, Kohana a été fécondée deux fois par son oncle, puis elle a refusé de s'occuper de ses enfants... Dans ces conditions de promiscuité et de captivité, comment éduque-t-on les petits? Les mères semblent désarmées. 

On a pu voir en tous cas Wikie en train de le repousser loin du bord du bassin avec l'aide de Moana. C’était, assure-t-on au delphinarium, pour l’exercer au « slide-out », cette posture mortifère où le cétacé s'échoue sur ordre. Il semble plutôt que Wikie ait eu quelque mal à accepter son deuxième fils, arrivé trop tôt après la naissance du premier, ce qui ne serait pas arrivé dans la nature.

Comme Moana, Keijo est avide d'apprendre, et il apprend vite. Mais les défis intellectuels qu'on lui pose sont limités et répétitifs. Il a déjà perdu l'excitation de l'enfance à force de se cogner aux vitres, et l'inondation d’octobre 2015 a certainement marqué sa mémoire au fer rouge. Les premières images tournées juste après la catastrophe nous le montraient serré contre Wikie et son demi-frère Inouk, dans un petit bassin de fortune aux eaux noires, tandis que le corps sans vie de Valentin venait d'être emporté. Tout cela, comme l’agonie de Freya, la mère de Valentin, les deux petits l'ont vu. Ils ne l'oublieront pas.

Pourtant, un site de promotion des parcs zoologiques osait écrire à la naissance de Keijo :
«Le 20 novembre 2013, un nouvel enfant orque est né pour la seconde fois des œuvres de Wikie au Marineland Antibes. Son père est inconnu mais on soupçonne fortement qu’il s’agisse de son demi-frère, Valentin. Cela porte le nombre de orques en captivité jusqu’à 53, et avec l’ajout récent de 8 orques sauvages capturées en Russie, ainsi que de la femelle Morgan, sauvée par le Dolfinarium de Harderwijk et des 2 deux bébés engendrés à distance par l’orque Kshamenk cette année, l’avenir de ces animaux en captivité est radieux».

Ah oui, radieux… 

Yvon Godefroid
Hr blog

Dans la thématique

Pour les orques, Parques Reunidos doit prendre la bonne décision
Sauvons nos orques! Un sanctuaire, pas la Chine !

Commentaires 20

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Vanda | lundi 09 décembre 2019

Je suis scandalisé que ce parc puisse faire encore du fric sur le dos de ces magnifiques orques. Quand la ministre et notre président vont-ils oser changer de politique et interdire ces pratiques et enfin saisir ces animaux ? Pour leur rendre leur liberté dans un sanctuaire. Il faut faire vite, c'est leur devoir et le notre de les défendre et les protéger.

Eva | mardi 24 juillet 2018

Arretons la maltraitance envers les animaux il y en a marre

Fabienne | jeudi 21 juin 2018

C'est vraiment honteux. L'abandon de leurs petits n'est pas une habitude avec ces animaux là. Preuve que la captivité les tuent et les démoralisent à petit feu. Fait mal au cœur. De plus ils osent mentir.

Papillon et libellule | mardi 19 juin 2018

Bonjour, je suis d'accord avec tous les commentaires ci-dessous, mais je suis triste de voir que rien ne bouge assez vite (à mon goût). J'ai l'impression que personne n'a le pouvoir de taper sur la table et de faire changer tout cela, de dire STOP et d'agir. On parle, on parle, mais rien...Tous les jours depuis je ne sais combien de temps je participe à tant de pétitions que je suis fatiguée. Quand je vois ce que l'être humain est capable de faire à ses semblables, tout le reste ne m'étonne presque plus. Ici en France, nous sommes BEAUCOUP trop gentils avec ces bourreaux, qui s'attaquent à plus faibles qu'eux. Qu'est ce qu'on attend pour les punir avec des amendes (très lourdes) ou de la prison, ou des interdictions d'avoir un animal à la maison (quel qu'il soit). Et là nous ne parlons pas des insectes ou de toutes ces pêches intensives etc... Je vous laisse, j'ai des combats à poursuivre.....