le lundi 18 mars 2019 | 27

Jumbo : Un sauvetage en ballotage

Tout s'organisait depuis des semaines pour la saisie de Jumbo. Nous avions tout. Chauffeur et camion, lieu sécurisé, sanctuaire en Afrique, des représentants de l’État engagés et voulant faire respecter le droit. Mais ce mardi 26 février 2019, pour éviter que la violence des circassiens ne coûte la vie à quelqu'un, y compris parmi eux, la saisie a dû être annulée. Nous sommes plus déterminés que jamais à permettre à Jumbo de vivre enfin sur ses terres ancestrales.

Hr blog

Un constat de flagrant délit, la saisie confirmée

La saisie étant prévue lundi 25 février, l'ONCFS et le vétérinaire avaient pu constater le flagrant délit. Des demandes de mise en conformité déjà requises l'année dernière, aucune n'avait été remplie ni sur la détention de Jumbo, ni sur la sécurité du public. Mais l'hippopotame était hors de la boîte en tôle qui lui sert de lieu de vie, et inquiet, il chargea l'un des agents. Impossible dans ces conditions de procéder à la saisie, qui fut reportée au lendemain matin.

Des circassiens en infraction, qui usent et abusent de la violence

Mais ce mardi matin, la brigade dut faire face à un groupe d'une rare violence, l'ambiance électrique dégénérant rapidement en bagarre.
Les circassiens ont une fois encore montré leur vrai visage, sans maquillage ni costume. Face à l'autorité de l'État, ils n'ont pas hésité à distribuer des coups de poing, à jeter des barrières en métal. Rapidement, des camions étaient installés autour de la remorque où vit Jumbo, pour rendre encore plus difficile toute saisie.

Les menaces de mort, auxquelles le propriétaire du cirque Muller a déjà eu recours contre les défenseurs des animaux sur les réseaux sociaux, ont alors fusé à l'encontre de nos chauffeurs et de leurs familles, mais aussi des forces de l'ordre! Une fourche à la main, un des circassiens s'en est pris à un policier, qui a vu les pics s'approcher dangereusement de son visage.

Une dangereuse escalade face à l'autorité

Ne voyant pas d'issue sans blessés, les autorités ont décidé d’annuler la saisie. Nous étions alors à deux doigts d'un drame. 
L’impunité n'a pas sa place dans un État de droit. Les forces de l'ordre ont été exemplaires, que ce soit dans leur engagement à nos côtés comme dans le calme dont elles ont fait preuve face à ce déchaînement de violence à leur endroit. Elles étaient venues défendre un malheureux hippopotame qui n'a rien à faire enfermé dans un camion. 
Jumbo est au quotidien soumis à la volonté des dresseurs et nos enquêtes incessantes montrent depuis trois ans à quel point il souffre.

La justice ne s'arrêtera certainement pas là, et nous non plus. Ce revers ne fait que renforcer notre détermination. Votre soutien dans ces circonstances fait notre force. Pour Jumbo, signez la pétition.

Samedi 23 mars à 11h30, nous organisons un rassemblement à côté du Centre Pompidou à Paris. Toutes les informations figurent sur l'événement Facebook. Soyons nombreux pour Jumbo!

Julia Mothé
Hr blog

Dans la thématique

Mina et Kamala: bientôt la fin du tunnel?
Grand Cirque de Rome, la maltraitance en spectacle

Commentaires 27

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Stephane | mercredi 27 mars 2019

Ces circassiens ont agresse les forces de l'ordre et ils ne sont aucunement inquietés ?! Cette impunité est tout simplement révoltante !!
Ils auraient dû être arrêtés et condamnes.

Il est grand temps d'interdire les cirques avec animaux !
Aussi il faut arrêter d'aller voir ce genre de spectacles...

isabelle | dimanche 24 mars 2019

Quand viendra le temps des cirques sans animaux !
C'est chouette le cirque avec que des humains, non ?
Commençons pas ne pas aller voir ces soi-disant spectacles qui sont tout bonnement de la torture sur des êtres vivants ! Stop, disons stop !!!

Zézée | samedi 23 mars 2019

Ne pas laisser gagner ces monstres pour qui la vie d'un animal ne compte pas.

Cather | vendredi 22 mars 2019

Pauvre bête