le vendredi 25 août 2023 | 1

Expérimentation animale : vingt jugements demandent la transparence

Expérimentation animale : vingt jugements demandent la transparence

Mis à jour le 22 novembre 2023

Les dossiers se suivent et se ressemblent : depuis l’été dernier, treize nouveaux tribunaux ont enjoint aux préfectures de vingt départements de fournir leurs rapports d’inspection des laboratoires d’expérimentation animale. Cela s’ajoute à la trentaine de jugements déjà obtenus depuis l’automne 2021.

Hr blog

Ces nouveaux jugements concernent les préfectures de la Charente-Maritime, des Landes, des Pyrénées-Atlantiques, de la Seine-Saint-Denis, de la Dordogne, de la Gironde, des Yvelines, de l’Essonne, de la Côte-d’Or, de la Guyane, de la Mayenne, du Maine-et-Loire, de la Loire Atlantique, de la Vendée, de la Corrèze, de l’Indre, du Calvados, de la Haute-Garonne, de la Haute-Vienne et de la Drôme. Les laboratoires sont notamment ceux de l’INRAE, de plusieurs IUT et universités, de Sanofi, mais aussi de l’Office français de la biodiversité, de l’Association des éleveurs de Dordogne, de l’Institut Agro Dijon, du Commissariat à l’énergie atomique, de la société Equitechnic, entre autres.

On comprend difficilement comment les préfectures et leurs services vétérinaires (DDPP) refusent encore de fournir les rapports d’inspection des laboratoires d’expérimentation animale, après tous les jugements qui les ont obligées à le faire.

La transparence fait peur à l’administration

Les justifications des préfectures sont toujours les mêmes : des craintes (infondées) de sécurité, des reproches aux associations animalistes, ou l’idée incroyable selon laquelle si le public avait accès aux rapports d’inspection des laboratoires, cela porterait atteinte à la recherche des infractions et à l’application de la loi.

Mais les tribunaux sont rarement dupes : alors que certains jugements ont autorisé les préfectures à cacher des informations très précises, la quasi-totalité n’autorisent que l’occultation des noms du personnel des laboratoires et des inspecteurs et inspectrices vétérinaires.

Une telle réticence de la part de l’administration serait presque risible si elle n’était pas dramatique, quand on sait que les sanctions sont excessivement rares et insignifiantes.

La transparence est un travail de fond

Non pas que l’on en soit aux premiers mensonges émis par l’administration pour préserver son opacité… Il nous revient donc la responsabilité de maintenir une veille et de réaliser un travail de fond, afin de regrouper des informations servant à dénoncer les limites de la réglementation et de son application.

Ces documents nous permettent enfin de constater des situations de maltraitance animale, toujours graves, parfois illégales, afin de les dénoncer et d’attaquer les responsables en justice ou d’agir contre l’inaction de l’administration quand cela est possible.

Alors, même quand l’administration n’en tire aucune leçon, chaque nouveau jugement en faveur de la transparence est une victoire.

Nicolas Marty
Hr blog

Dans la thématique

L’atrocité quotidienne : nouvelle sélection de projets d'expérimentation animale en France Atrocité et abondance des projets d'expérimentation animale en France : la banalité du quotidien

Commentaires 1

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

trochu | dimanche 27 août 2023

L'expérimentation animale est un sujet brûlant qui me tient particulièrement à coeur depuis toujours car les animaux sont tous DES ETRES VIVANTS et non pas des "objets ou marchandises ou matériel et outils de recherche" comme le prétendent tous ceux qui les exploitent, les utilisent et les torturent ignoblement et inacceptablement sur les simples prétextes "qu'ils n'ont pas d'autres choix" ! Pathétique vraiment. Bien sûr qu'ils ont d'autres choix mais ils les refusent et préfèrent continuer à fermer les yeux et torturer, mutiler et maltraiter à l'extrême tous nos frères LES ANIMAUX qui ne leurs sont en rien "inférieurs". Ce n'est que scandaleux ce qu' il se passe dans tous les laboratoires de la honte dont la France bat le record absolu comme toujours en ce qui concerne la maltraitance animale dans tous domaines. Convaincue qu'il faut être insensible à tout, cruel, inhumain, sans parler du manque de respect total et de considération envers les animaux et toutes vies animales aussi précieuses et importantes que les nôtres de la part de ces chercheurs qui ne devraient pas avoir le droit de se décréter "humain". Nous devons tous de notre côté, alerter, informer et sensibiliser au quotidien tous les individus à ne plus cautionner l'expérimentation animale par un refus total de ne plus rien donner pour la recherche et expliquer à quoi va servir leur argent, c'est inimaginable qu'encore grand nombre de personnes ignorent encore ce qui se passe pour tous les animaux et ce qu'ils subissent dans la "soi disant recherche médicale ". Nous devons la dénoncer haut et fort partout où cela est possible, ce qui permettrait des prises de conscience et de ce fait, moins d'argent pour le téléthon de l'horreur et autres recherches odieuses.