le vendredi 25 janvier 2019 | 193

La Chine clone des singes pour les priver de sommeil

Ils sont encore si petits, ces macaques nés après clonage pour étudier les troubles du sommeil. Mais ils montrent déjà des niveaux élevés d'anxiété.

Hr blog


Ils se serrent les uns contre les autres, les yeux hagards. Leur frayeur est légitime, leur incompréhension aussi. A leur âge, ces petits singes devraient être en sécurité dans les bras de leur mère. Cette mère, ils ne la connaîtront jamais, qu'est-elle devenue après les sordides opérations qu'elle a subies pour le clonage?

Les chercheurs chinois ont pu cloner des singes il y a quelques mois, et viennent de recommencer. Ils nous assurent que les expériences que vont subir ces singes seront supervisées par un comité d'éthique selon les normes internationales. Il y a de quoi frémir pour ces animaux qui, s'ils survivent aux expériences invasives qui les attendent, seront expérimentés pendant de très longues années sans un instant de répit. 


2018, Zhong Zhong et Hua Hua, les premiers primates non humains à être clonés

Ces animaux sensibles et intelligents n’ont pas leur place dans des laboratoires. Et au-delà des années d’immense souffrance qui les attendent, se posent de nombreuses questions morales. Les scientifiques ayant recours au clonage d’animaux devront en répondre!

En Chine, aucune législation n'existe pour protéger les animaux. En 2008, notre équipe juridique avait travaillé sur un texte avec les associations chinoises. Il avait été proposé aux politiques qui souhaitaient faire bouger les choses. Depuis, nos partenaires chinois se battent de toutes leurs forces, mais face à quelles résistances!

C'est à nous toutes et tous de continuer la mobilisation en France, comme dans le monde avec nos partenaires.

Comme nous, écrivez à l'ambassade de Chine pour dire toute votre indignation (voici un modèle de lettre) :
A l’attention de son Excellence,
Monsieur ZHAI Jun,
Ambassadeur de la République populaire de Chine en France
20 Rue Monsieur
75007 Paris

ou par mail : chinaemb_fr@mfa.gov.cn

Hr blog

Dans la thématique

Ratchaprao, l’huile de coco labellisée garantie sans exploitation des singes
Laboratoire de pharmacologie et de toxicologie (LPT): le sadisme au nom du «bien»

Commentaires 193

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Gabrielle | vendredi 01 février 2019

J'ai envoyé la lettre. Il y a tellement de souffrance sur cette terre que nous pourrions éviter. Alors, ne baissons pas les bras, on doit cela à tous ces animaux qui comptent sur nous. Cette terre ne nous appartient pas, mais l'homme a tendance à l'oublier et à faire n'importe quoi, c'est toujours une question d'argent… et dire que nous prétendons être des "êtres supérieurs".

goldiepuppchen | jeudi 31 janvier 2019

j'ai posté ma lettre hier. Espérons que .....

anne | jeudi 31 janvier 2019

Qu'est-ce qu'il y a de plus choquant là-dedans?
-Créer des animaux perturbés dans le but de les faire souffrir? Se figurer que les tortures qui leur seront infligées pourront soigner les humains?
Si je n'était depuis longtemps dégoûtée de l'espèce humaine, je le deviendrais.
Il y a tant à faire pour les chercheurs en s'attachant aux méthodes alternatives et ces dinosaures s'acharnetn sur les animaux.

amie des animaux | jeudi 31 janvier 2019

Mais franchement quel intérêt de faire ce genre de choses au 21ème siècle ??? Je ne comprendrais jamais cette facette sombre de l'humanité ! Je n'ai pas de mot pour dénoncer ces horreurs !!!