Quatre marques de mode roumaines s’engagent contre la fourrure et rejoignent le programme Fur Free Retailer

Quatre marques de mode roumaines s’engagent contre la fourrure et rejoignent le programme Fur Free Retailer

Mode
02.05.2023
Toutes les actualités

Quatre marques de mode en Roumanie rejoignent Fur Free Retailer.

Quatre marques de mode en Roumanie se sont engagées à ne plus utiliser de fourrure après avoir travaillé avec notre partenaire HSI Europe (Humane Society International/Europe) au sein de la Fur Free Alliance – dont One Voice est le représentant français – devenant ainsi les premiers designers du pays à rejoindre le programme mondial Fur Free Retailer. Pour soutenir un changement législatif prévoyant l’interdiction de production de fourrure dans le pays, One Voice se rendra sur place.

Quatre marques roumaines engagées pour les animaux !

Ioana Ciolacu, Muse um Concept, REDU et OCTAVIA CHIRU font désormais partie, avec Gucci, Moncler, Prada, Adidas, H&M et Zara, des près de 1600 marques de mode, détaillants et créateurs de vingt-cinq pays dans le monde à avoir le label Fur Free Retailer.

«Tuer des animaux pour la fourrure est barbare, contraire à l’éthique et de mauvais goût. Quand je vois de la fourrure dans la mode, je vois du mauvais goût, donc aucun animal ne devrait être tué en son nom. Car soyons honnêtes : aucune création ne justifie ce sacrifice suprême.»Ioana Ciolacu, créatrice roumaine de la marque de mode féminine contemporaine éponyme «Muse um Concept estime que la nature, les animaux et les humains doivent être traités et respectés de la même façon. Le fait de ne pas utiliser de fourrure ni d’autres matières animales dans mes collections est un choix éthique. »Adina Orboi, créatrice de Muse um Concept «Depuis près de huit ans, nous nous concentrons principalement sur la protection de l’environnement et le fait d’avoir un impact positif sur la planète. Avec les progrès technologiques et les alternatives durables de l’industrie textile, l’élevage d’animaux pour la fourrure est devenu obsolète, inhumain et sans fondement dans la société d’aujourd’hui.»Andreea Sofronea, créatrice de l’entreprise de mode durable REDU«Nous avons créé notre marque de mode durable au sein d’un monde de consommation afin de faire la différence. Ce que nous voulons, c’est un avenir pour tous, un avenir sain ! »Octavia Chiru d’OCTAVIA CHIRU

Des évolutions dans le pays qui pourraient se traduire au niveau politique: nous jouerons notre part

Ces annonces interviennent à un moment crucial de la campagne de notre partenaire pour mettre fin à l’industrie de la fourrure en Roumanie, avec trois commissions de la Chambre des députés discutant d’un projet de loi visant à interdire la détention des visons et chinchillas. En décembre de l’année dernière, le Sénat roumain a voté en faveur du projet de loi. En ce mois de mai, One Voice rencontrera des représentants de la Chambre concernée.

«HSI/Europe est heureuse d’avoir pu travailler aux côtés de ces créateurs et marques de mode roumains, et les félicite d’avoir pris la décision cruciale de rejoindre le programme Fur Free Retailer. En s’engageant pour un avenir sans fourrure, ils montrent qu’ils sont en phase avec la majorité croissante des consommateurs éthiques qui estiment que les animaux n’ont pas à souffrir au nom de la mode. Le monde politique roumain a également l’occasion de prendre position contre la cruauté de cette industrie en soutenant le projet de loi visant à interdire l’élevage d’animaux à fourrure. Nous espérons que leur vote permettra de ranger définitivement ce commerce barbare dans les oubliettes de l’histoire de la Roumanie. »Andreea Roseti, directrice nationale de HSI/Europe pour la Roumanie

La Roumanie est l’un des rares États membres de l’UE où la détention d’animaux à fourrure est encore autorisée. Cette pratique a été interdite dans dix-neuf pays d’Europe, dont quatorze États membres parmi lesquels la France depuis novembre 2021, à la suite de préoccupations publiques et politiques concernant le bien-être animal et la propagation de zoonoses. L’industrie de la fourrure en Roumanie est en déclin, le nombre d’élevages d’animaux à fourrure ayant chuté de façon spectaculaire, passant de plus de cent cinquante en 2013 à treize en 2022. Toutefois, deux gros élevages de visons et une douzaine d’élevages de chinchillas sont toujours en activité, produisant environ cent mille peaux de vison et quinze mille peaux de chinchilla par an.

L’année dernière, une enquête secrète de HSI/Europe a mis au jour la souffrance des animaux et leurs conditions de vie terribles au sein des élevages. Les chinchillas sont ainsi détenus dans de petites cages sombres et sales, les femelles étant contraintes à un cycle de reproduction presque permanent toute la durée de leur courte vie, avant d’être tuées par luxation du cou ou dans des chambres à gaz improvisées.

Partout dans le monde, les gens s’indignent de plus en plus de ce qu’on puisse emprisonner et tuer des animaux à échelle industrielle uniquement au nom de la mode. Ces dernières années, d’autres préoccupations publiques, politiques et scientifiques se sont intensifiées après que les visons de plus de 480 fermes à fourrure en Europe et en Amérique du Nord ont été testés positifs au virus causant le SRAS-CoV-2 – dont des cas où le virus s’est transmis à l’humain. Les renards et les chiens viverrins, espèces communément élevées pour la fourrure, sont également sensibles au virus.

La demande populaire d’une interdiction à l’échelle de l’UE de l’élevage et des importations de fourrure a aussi été clairement démontrée au cours des dix derniers mois, l’Initiative Citoyenne Européenne (ICE) Fur Free Europe ayant recueilli plus de 1,7 million de signatures de citoyens européens. La Commission européenne devrait y répondre dans les trois mois et prendre des mesures en conséquence.

La réalité de la fourrure :

  • Plus de 100 millions d’animaux sont tués chaque année dans le monde pour leur fourrure, soit trois par seconde.
  • L’élevage d’animaux pour la fourrure a été interdit dans 19 pays européens, dont les Pays-Bas, l’Autriche, la Belgique, la République tchèque, la Slovaquie, la Croatie, la Slovénie, le Luxembourg, Malte, l’Irlande, l’Estonie, la France, l’Italie et, depuis le 22 septembre 2022, la Lettonie. Des débats politiques sur une possible interdiction sont également en cours en Roumanie, Lituanie et Pologne. Deux autres pays (Suisse et Allemagne) ont mis en place des lois si strictes que cette pratique a effectivement pris fin, et trois autres pays (Danemark, Suède et Hongrie) ont imposé des mesures qui ont mis un terme à l’élevage de certaines espèces.
  • Le programme Fur Free Retailer est la principale initiative mondiale visant à mettre en relation les entreprises ayant renoncé à la fourrure avec les clients à la recherche de produits éthiques. L’adhésion est gratuite. Il vise à conseiller et encourager les entreprises à ne plus utiliser de fourrure et promouvoir une consommation responsable. Initié par la Fur Free Alliance, coalition de plus de cinquante associations de protection animale, il est représenté en Roumanie par la Humane Society International/Europe et en France par One Voice.
Partarger l'article