Mina serait morte début 2022 et Kamala placée à l’étranger. Mais que font les autorités ?!

Mina serait morte début 2022 et Kamala placée à l’étranger. Mais que font les autorités ?!

Cirques
27.04.2022
Toutes les actualités

Des rumeurs circulent sur Mina et Kamala, les éléphantes détenues par le cirque Medrano. Nous demandons des comptes.

Des éléphantes exploitées dans les cirques de France depuis des décennies, des plaintes à ne plus savoir qu’en faire, une loi éventail qui ne suscite que du vent, et pour quel résultat ? Ces grandes dames sont placées dans les pires endroits sous la pression, et les autres meurent dans les camions sans jamais avoir vécu une vie paisible… Des rumeurs circulent sur Mina et Kamala, les éléphantes détenues par le cirque Medrano. Nous demandons des informations factuelles et des comptes aux responsables !

Les réseaux sociaux relaient une information alarmante sur l’une des deux éléphantes détenues par le cirque Medrano sédentarisé à Aimargues et dont nous avons fait annuler l’arrêté d’ouverture : Mina, qui nous est présentée comme étant en bonne santé tant par l’établissement la détenant que par les services de la DDPP (préfecture) dans le cadre de la procédure en cours devant le tribunal administratif de Rennes, serait en fait décédée depuis plusieurs mois ! Et Kamala aurait rejoint le Centre Skanda Vale au Royaume-Uni ayant accueilli Lechmee. Centre au sujet duquel nous avons alerté le ministère de l’Écologie dès 2018 pour qu’il ne laisse pas Maya y être envoyée car il ne constitue en rien un lieu acceptable pour le bien-être des éléphants. Tout cela alors qu’Elephant Haven, en France, est un sanctuaire disponible, adéquat et accueillant !

«C’est une hécatombe pour les éléphantes des cirques, et pour l’instant, le ministère s’en sort sans une égratignure et dans le silence. C’est scandaleux.»Muriel Arnal

Une loi pour donner l’illusion de l’action

La loi sur la maltraitance animale passée en novembre 2021 est une vaste farce pour les animaux détenus dans les cirques, notamment pour les éléphantes qui meurent les unes après les autres ou sont envoyées à l’étranger. Car seuls les cirques itinérants sont visés, laissant se sédentariser ceux qui le veulent et continuer ainsi à exploiter les animaux à loisir, comme c’est le cas de Medrano. Mais cette loi autorise aussi encore pour des années la reproduction des fauves… en plus du fait qu’aucun décret d’application n’a encore été publié.

Les autorités devront rendre des comptes !

Nous demandons des comptes et des éléments factuels à la préfecture des Côtes-d’Armor.

«Il est pour le moins surprenant que vos services puissent continuer à soutenir devant un tribunal que les animaux sont en parfaite santé et détenus dans d’excellentes conditions alors même qu’ils sont morts ou ont été cédés. Cela traduit à tout le moins un dysfonctionnement dans vos missions de contrôle.

» Extrait du courrier de One Voice à la préfecture des Côtes-d’Armor (DDPP)

L’association est particulièrement inquiète du sort réservé à Mina aujourd’hui décédée. Nous souhaitons connaître les circonstances de son décès et avoir accès à tous les documents s’y rapportant, notamment le rapport d’autopsie vétérinaire effectué et le certificat d’équarrissage. S’agissant de Kamala, l’association sollicite le document CITES ou CIC et la date de la cession.

Nous avons également écrit au tribunal de Rennes, car s’il s’avère que Mina est bel et bien décédée et Kamala cédée en Angleterre, notre plainte pourrait bien se retrouver « sans objet » et donc faire pschitt (comme pour la guenon magot détenue chez les Poliakov)… Car au lieu de statuer sur les problèmes au moment de la plainte, la justice abandonne les poursuites dès lors que les animaux meurent des conséquences des mauvais traitements reçus… et ceux qui les leur ont infligés s’en sortent à bon compte. D’ailleurs, le cirque Medrano s’enorgueillit, après tant d’années passées à faire claquer le fouet et manier l’ankus, de présenter désormais un spectacle sans animaux.

Finalement et comme à chaque fois (pour Lechmee c’était pareil), l’exploitant a senti le vent tourner et s’est dessaisi de lui-même de ses éléphantes pour éviter un retrait imposé par la justice après plus de cinq ans de démarches judiciaires de One Voice.

Nos campagnes incessantes – procédures, sensibilisation du public et pressions sur les autorités avec nos images d’enquête notamment – ont eu raison de l’inertie de l’administration mais trop tardivement pour Mina qui est fort probablement en effet décédée… Nous ferons tout pour que les responsables payent.

Partarger l'article