L'éleveuse maltraitante récidiviste enfin jugée

L'éleveuse maltraitante récidiviste enfin jugée

Animaux familiers
03.07.2018
Toutes les actualités

Le 3 juillet aura lieu le procès au tribunal de Bergerac, d'une éleveuse maltraitante et récidiviste ayant fait subir le pire à de pauvres chats et chiens sans défense. En 2014, One Voice avait sauvé tous les animaux.

Quatre ans! Il aura fallu quatre ans d’instruction pour obtenir le jugement de l’éleveuse maltraitante et récidiviste, ayant fait subir le pire à de pauvres chats et chiens sans défense en Dordogne, avec une complice, sexagénaire comme elle. Le 3 juillet aura lieu le procès de Mme A. au tribunal de Bergerac.

Edit:

A l’issue de l’audience du 3 juillet,
le délibéré a été fixé au 21 août 2018

Mme A a été condamnée à 1 an de prison avec sursis, 5 ans d’interdiction d’exercer le métier d’éleveuse et tous les animaux confisqués sont confiés à One Voice. Le vétérinaire impliqué a quant à lui été condamné à 2 mois de prison avec sursis et 5000 euros d’amende. 

Nous maintenons évidemment notre surveillance afin de pouvoir intervenir rapidement en cas de nouvelle récidive.

A elles deux, elles ont mis en place un trafic d’animaux, de médicaments et de puces électroniques, ont caché des animaux maltraités, bref, tout fait pour contourner la loi et exploiter ces compagnons de vie tout en faisant du profit sur leurs vies innocentes, sans égard pour leur bien-être et leur santé. Grâce au travail d’investigation de One Voice, l’ampleur de leur trafic a été révélé, les animaux ont été sauvés, et ces femmes au cœur froid sont poursuivies en justice.
 

Alors qu’elle avait interdiction d’élever des animaux, Mme A. continuait son commerce d’êtres vivants, tout en les laissant périr dans des conditions insalubres tant leur sort lui était égal hormis l’argent qu’elle pouvait en retirer.

Un sauvetage historique pour la Cellule Zoé

En 2014, notre pôle investigation et sauvetage pensait sauver une vingtaine de chats, c’est une atroce réalité qui a éclaté au grand jour: 181 animaux ont été découverts, tous dans un état délétère tant mental que physique.

Plus de 80 animaux furent trouvés en juin 2014, dans une odeur pestilentielle. Des chiots de quelques jours à peine, un chaton rampant dans une litière au sol à la recherche de sa mère, un chat dans une cage pour lapin… mais c’est sans compter les cadavres de chats calcinés dans des tonneaux. L’air qui brûle les poumons. Des dizaines d’animaux malades qui ont dû être soignés en urgence!

Mme A. écopa d’une interdiction d’élever des animaux pour des raisons de santé et d’hygiène. En février 2015, c’est quasiment cinquante chiens et chats cachés chez elle et autant chez sa complice qui ont été découverts par les gendarmes, en plus des produits vétérinaires obtenus et inoculés sans autorisation et sans ordonnance, le trafic de puces électroniques probablement retirées de chats morts, et réimplantées dans d’autres chats, vivants, ceux-là…

Les animaux traumatisés en mal d’amour pansent leurs plaies

A l’époque, la Cellule Zoé naissante, avec l’aide de nos refuges partenaires, avait fait en sorte de placer l’ensemble des animaux dans des familles d’accueil, qui se sont révélées extrêmement aimantes et de réelles alliées dans la resocialisation de ces êtres sensibles, doux et intelligents si maltraités jusque-là par ces deux femmes sans vergogne.

Parmi eux, Colombe, rescapée de cet élevage de l’enfer, a été placée en famille d’accueil pendant l’été 2015 en attendant la fin de l’enquête et le verdict final. Malheureusement son humaine, âgée, vient de décéder, et cette petite chienne de 11 ans a dû changer de famille.
En février cette année, Colombe rencontre donc Pascale, sa nouvelle humaine et son chien, bichon maltais lui aussi. L’entente entre les deux chiens blancs est immédiat, et Colombe rencontre alors l’ensemble de la famille, et son nouveau foyer, rempli de joie de vivre et d’animation, avec plusieurs enfants, et des adultes actifs. Mais elle a vécu de nombreux épisodes traumatisants, et reste craintive.
 

Le contact avec le bichon qui a quasiment le même âge qu’elle est un réel facilitateur. Les câlins, les balades, les repas, tout est fait en duo, lui en avant, protecteur, elle en retrait. Et plus elle s’acclimate, plus il baisse sa garde. Deux mois après son arrivée, elle commence à remuer la queue pour manifester sa joie au moment de sortir, et à japper gentiment au retour du travail du père de famille. 

Pascale nous confie: « On arrive à l’approcher plus facilement quand notre chien est assis à côté d’elle et qu’on le caresse. Dans ces moments-là, elle accepte les caresses, voir même en réclame. On sent qu’elle n’a pas connu l’affection d’une famille dans ses jeunes années, elle n’a pas été habituée à être touchée, caressée. »  

Étant donné ses troubles du comportement, pour aider Colombe, One Voice a pris en charge une séance avec la Dre Nathalie Simon, qui va pouvoir l’aider à se sentir mieux encore.

Longue vie à Colombe, loin des traumatismes de sa jeunesse, et bravo à ces animaux aimants, humains ou non qui l’ont aidée et l’aident encore à prendre confiance en elle et en les autres.
 

Nous serons à l’audience du tribunal de Bergerac le 3 juillet prochain pour plaider pour une sanction exemplaire pour Mme A., ayant fait vivre à plus de 180 êtres sensibles comme Colombe un calvaire dont ils ont encore du mal à se remettre.

Partarger l'article