La vénerie sous terre arrache à leur terrier ces animaux qu’elle sacrifie.

La vénerie sous terre arrache à leur terrier ces animaux qu’elle sacrifie.

Chasse
08.10.2018
Toutes les actualités

One Voice dénonce la vénerie sous terre, cette chasse d’une cruauté sans limite. Il faut interdire cette pratique et sa violence sanglante.

Nous dénonçons la vénerie sous terre, cette chasse qui s’acharne, de jour, à extirper de leur refuge des animaux qui ne sortent que la nuit. One Voice demande son interdiction.

Un mode de chasse gonflé de rites et de prétention.

Ce mode de chasse plutôt confidentiel a des adeptes de plus en plus nombreux. C’est une pratique d’une extrême violence. Elle consiste à acculer le blaireau, le renard ou le ragondin, au fond de son terrier. Pour les assister, ces déterreurs utilisent des chiens tels que des teckels, des fox-terriers ou des Jack Russell, qu’ils enfoncent dans la « gueule » du terrier. Le cri des chiens permet de localiser leur victime. A l’aide de sondes, de pioches ou de barres à mine, ils détruisent le logis de l’animal avant de l’attraper avec des grandes pinces de métal et de le tuer à coup de dague, de fusil ou de talon. Le cadavre est jeté aux chiens. 

Le déterrage peut durer jusqu’à huit heures. Huit heures de terreur et de stress épouvantable auxquelles s’ajoutent les morsures des chiens. La cruauté de ces artistes du massacre est sans limite. 

La chasse en bandes organisées.

Inutile de reprendre leurs prétentions à réguler la nature ou à sauvegarder des équilibres de la faune sauvage, nous avons assez lu ce ramassis d’âneries pour défendre l’indéfendable. 

Ces messieurs de la dague dézinguent en « équipages ». Ainsi appellent-ils leurs bandes. Plus de 1500 équipages existent sur le territoire. Ils se réunissent déguisés en gentlemen-farmers et leur tradition séculaire en bandoulière, vont commettre leurs déterrages et leurs forfaits. Pour paraphraser un dialoguiste célèbre, si les chasseurs volaient, les veneurs seraient chefs d’escadrille. La violence est-elle plus noble quand on la déguise en un geste cynégétique patrimonial ? La vénerie sous terre n’est qu’une violation de domicile d’animaux apeurés qui, des heures durant, subissent, collés au fond de leur terrier, les hurlements des chiens et le coup de pioche qui vont démolir leur lieu de vie et le refuge de leurs petits.

Renards, blaireaux ou ragondins, des dizaines de milliers de victimes par an.

Si nous n’avions pas affaire à des tueurs, on rirait presque à voir les photos qu’ils publient. Agglutinés autour d’un terrier comme dans un rite sacrificiel avec comme tableau de chasse, des pauvres cadavres.  Là encore notre pays accuse un terrifiant retard sur le respect de la vie animale, de nombreux pays européens protègent ces espèces, en particulier le blaireau. La France sera donc toujours en retard d’un massacre ?

One Voice demande l’abolition de la vénerie sous terre, comme de toute forme de chasse.

Que la vénerie sous terre existe depuis le 16èmeou 17ème siècle ou que la chasse soit dans nos anciennes pratiques, personne ne songe à le nier. Mais la connaissance que nous avons acquise depuis, maintenant quelques siècles sur les êtres sensibles que sont les animaux, nous oblige à ne plus être ces indécrottables flingueurs. A regarder nos comportements passés, l’idiot se forge une tradition, l’être de raison se dessine un avenir. La tuerie en bande organisée n’en fait pas partie, ne doit plus en faire partie.

Partarger l'article