Elevages de visons en France, lettre à Barbara Pompili

Elevages de visons en France, lettre à Barbara Pompili

Mode
31.08.2020
Toutes les actualités

Dans le prolongement de notre courrier du 10 juillet dernier, dans lequel nous réitérions notre demande en faveur d’une interdiction des élevages d’animaux pour leur fourrure en France, nous souhaitons attirer votre attention sur de nouveaux éléments venant corroborer l’urgence à interdire cette activité.

 

Madame Barbara Pompili
Ministre de la Transition Écologique
Hôtel de Roquelaure
244 boulevard Saint-Germain
75007 Paris

Strasbourg, le 31 août 2020

Madame la Ministre, 

Dans le prolongement de notre courrier du 10 juillet dernier, dans lequel nous réitérions notre demande en faveur d’une interdiction des élevages d’animaux pour leur fourrure en France, nous souhaitons attirer votre attention sur de nouveaux éléments venant corroborer l’urgence à interdire cette activité. 

Notre association a reçu des images révoltantes tournées en août 2020 par des lanceurs d’alerte dans les quatre derniers élevages de visons en France. Un condensé de ces images est disponible sur notre site de campagne : https://www.stop-fourrure.fr.


Ces images appellent plus que jamais à une décision urgente de votre Ministère concernant l’arrêt de cette activité en France. 

En effet, elles témoignent d’animaux en grande détresse, dont certains mourants, mais également de problèmes de pollution. 

Certains animaux sont mutilés et livrés à eux-mêmes, agonisant dans leur cage. Un jeune vison est ainsi en état de putréfaction avancé alors même qu’il est encore vivant et tente de se déplacer malgré tout. Les stéréotypies, les automutilations et les maladies sont la norme dans ces élevages.

En plus de contrevenir à la législation nationale afférente à la protection des animaux, ces élevages ont un impact délétère sur l’environnement. Les déjections des animaux sont déversées à même le sol sans considération pour les risques de pollution des cours d’eau environnants et des nappes phréatiques. 

S’agissant plus particulièrement de l’élevage SCEA des Aubépines en Eure-et-Loir, qui a fait l’objet d’une plainte en juin 2019, nous avons déposé un complément de plainte à la suite de ces signalements.

Par ailleurs, nous vous informons avoir saisi au mois de février 2020 le Conseil national de l’Ordre des vétérinaires d’une demande d’avis qui devrait intervenir courant octobre.

C’est pourquoi nous vous exhortons à prendre toute mesure en vue de fermer en urgence la SCEA des Aubépines et de mettre un terme définitif à cette activité pour l’ensemble des élevages sur le territoire national.

Nous restons à la disposition de votre Ministère pour toute information complémentaire.

Vous remerciant de l’attention que vous avez portée à cette lettre, nous vous prions de croire, Madame la Ministre, à l’assurance de notre parfaite considération.

Muriel Arnal
Présidente de One Voice

Partarger l'article