300 vies sauvées. Dans le Finistère, les blaireaux passeront l’été 2024 en paix !

300 vies sauvées. Dans le Finistère, les blaireaux passeront l’été 2024 en paix !

Chasse
13.05.2024
Toutes les actualités

Le tribunal administratif de Rennes suspend la période complémentaire de vénerie sous terre des blaireaux dans le Finistère.

Dans le Finistère, les déterreurs étaient prêts à entrer en action : dès ce 15 mai, le préfet les avait autorisés à aller tuer des blaireaux à même leur terrier. Mais c’était compter sans notre action : avec la LPO Bretagne, nous avons attaqué en urgence cette décision, et le tribunal administratif de Rennes vient de nous donner raison ! Une première victoire contre la période complémentaire de vénerie sous terre pour 2024, qui permet de sauver près de 300 vies.

Photo : Nicolas Bazerque

Un massacre évité de justesse

Chaque année, dans le Finistère, des centaines de blaireaux sont acculés par des chiens traqués par des déterreurs, puis extirpés du sous-sol par des pinces métalliques, avant d’être exécutés à l’arme blanche ou au fusil. Et la préfecture l’a reconnu elle-même : sur ces 300 individus, près de 20% sont des jeunes, ce alors même que la loi interdit de tuer des petits !

Comme d’habitude, l’Etat les accuse de tous les maux. Soi-disant dégâts aux cultures, aux infrastructures routières, tout y passe et jamais l’ombre d’une preuve à l’horizon, à l’exception de quelques « fiches dégâts », purement déclaratives, plus fantaisistes les unes que les autres. Et pour cause, elles ne font l’objet d’aucun contrôle ! Tout cela n’aura pas trompé le juge des référés, qui suspend cet arrêté avant même l’ouverture de la chasse.

La première d’une longue série d’audiences à venir

Après une année 2023 historique dans le combat pour la vénerie sous terre et ayant permis de sauver près de 4000 blaireaux, la course de fond continue en 2024. Dans les jours et semaines qui viennent, nous allons attaquer des dizaines d’arrêtés autorisant cette pratique cruelle : de Nantes à Toulouse en passant par Rouen et Orléans, partout, nous défendrons le droit des blaireaux à vivre sans craindre d’être mis à mort au nom du loisir d’un petit groupe de personnes.

Soutenez-nous dans ce combat ! Le 15 mai pour la Journée Mondiale des blaireaux et les jours suivants, nous vous attendons nombreux dans le cadre de notre action coordonnée au niveau national. Et d’ici là, si, comme plus de 8 Français sur 10, vous êtes opposés à cette pratique mortifère (sondage IPSOS/One Voice, octobre 2023), signez et partagez notre pétition pour l’abolition de la vénerie sous terre et la protection des blaireaux.

Partager l'article