le jeudi 05 novembre 2020 | 24

Victoire ! Dans le Jura, les blaireaux ne seront pas tués au printemps ni à l’été prochain !


Mis à jour le 11 février 2021

La période complémentaire de la chasse des blaireaux vient d’être retirée de l'arrêté publié par la préfecture du Jura à la suite de notre recours déposé au tribunal administratif de Besançon ! C’est une grande victoire, qui intervient bien avant que les blaireaux ne soient abattus !

Hr blog

Photo : Nathalie Hausser CC BY-NC-ND 2.0

La période complémentaire de chasse des blaireaux permet que la saison de la chasse autorisée soit encore plus longue et du coup plus meurtrière. C’est donc extrêmement satisfaisant de savoir que les petits à peine nés et les familles de blaireaux pourront bénéficier de quatre mois de répit, et que beaucoup seront ainsi épargnés. 

Il n’y a pas de raison valable justifiant la régulation des blaireaux en France. Pas plus que chez nos voisins outre-Manche et ailleurs en Europe qui interdisent cette chasse.

« Le blaireau est classé dans l’annexe III "espèces de faune protégées dont l’exploitation est réglementée" de la Convention de Berne et il jouit d’une protection légale dans la plupart des pays européens : Grande-Bretagne, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg, Irlande, Italie, Portugal, Grèce, Danemark. »
Mémoire de l’association One Voice (extrait)

Notre équipe juridique a soulevé, de plus, un vice de procédure et ajouté qu’ « aucune donnée n’est fournie ni sur l’état des populations de blaireaux dans le département du Jura ni sur l’impact des prélèvements sur lesdites populations. »

Pourquoi, dès lors, s’en prendre à ces animaux sociables et pacifiques ? Pourquoi creuser des tranchées profondes dans la forêt au détriment de la nature ? Notre enquête en infiltration chez des veneurs sous terre à l’ouverture de cette période complémentaire dans les Hauts-de-France, diffusée en mai 2020, avait montré à quel point ces actes de chasse étaient cruels. 

Le préfet du Jura l’a écrit noir sur blanc dans son mémoire en réplique : c’est parce que nous avons déposé un recours en annulation qu’il a effectué ce retrait de son arrêté.

« Dans le cadre de l'examen approfondi de la requête de l'association ONE VOICE, il m'est apparu que la note de présentation mise à disposition du public préalablement à la signature de l'arrêté du 26 juin 2020 ne satisfaisait pas entièrement aux exigences fixées par l'article L. 123-19-1 du Code de l'environnement en ce sens qu'elle ne précisait pas suffisamment les objectifs et le contexte relatifs à l'ouverture envisagée d'une période complémentaire pour l'exercice de la vénerie du blaireau. J'ai ainsi décidé, alors que l'insuffisance de cette pièce pourrait être de nature à priver le public d'une garantie, de retirer de mon arrêté initial du 26 juin 2020 la disposition instituant une période complémentaire pour l'exercice de la vénerie sous terre du blaireau du 1er mai à l'ouverture générale de la chasse. »
Mémoire du préfet du Jura (extrait)

En attendant d’autres victoires, n’hésitez pas à signer et à partager notre pétition #JAimeLesBlaireaux !

Large medium small thumb 9e893289

Arrêté modifiant l’arrêté n°2020-06-25-003 du 26 juin 2020 modifié relatif à l’ouverture et à la clôture de la chasse pour la campagne 2020-2021 dans le département du Jura.

Julia Mothé
Hr blog

Dans la thématique

Non, la tuberculose bovine ne se propage pas plus quand on laisse la vie sauve aux blaireaux Coitus interruptus pour les déterreurs de blaireaux dans le Lot-et-Garonne

Commentaires 24

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Karine | lundi 16 novembre 2020

En France, nos chasseurs viandards n'ont plus le droit de coller les oiseaux, manière sanguinaire à l'encontre d'êtres vivants dotés de sensibilité, mais ils ont le droit de les pendre ou de les écraser, bien que certains volatiles appartiennent à des espèces protégées, et ceci, avec l'aval et le cautionnement de nos élus qui se rendent ainsi complices. Que pense Madame Barbara POMPILI, ministre de la transition écologique?Décidément, sous la LREM tout est une question de liberté de tuer. Nous serons toujours aux côtés de ONE VOICE ainsi que d'autres organisations de la cause animale qui combattent ces actes cruels et vils, contraires à un pays qui se prétend être un état des droits de l'homme. Il est grand temps, que le petit peuple dont la souveraineté lui appartient, contrairement à ce que pense le gouvernement. Nous n'aurons qu'un pas à franchir, traverser la rue et nous rendre au bureau de votre en Mai 2022, pour que plus jamais nous puissions connaître un tel carnage ou une situation aussi gravissime que le pays traverse à l'heure actuelle.

Karine | lundi 16 novembre 2020

Bravo à vous ONE VOICE pour votre combat sans relâche pour protéger les animaux, considérés comme des êtres vivants dotés de sensibilité au regard du Code Civil et pourtant, si souvent victimes des chasseurs. Cet arrêté est plus que justifié et l'on peut remercier le Préfet du Jura d'avoir pris en considération la requête déposée en ce sens par ONE VOICE et de la forte mobilisation au niveau des signatures relatives à la pétition. Je suis très fière de faire partie des donatrices qui soutiennent les combats de cette formidable association de la défense animale que je tiens à féliciter tout particulièrement de sa pugnacité, détermination, force et courage.

schoendoerffer ciciel | dimanche 08 novembre 2020

C'est très bien! Quelle joie, des petits pas pour nos amis les animaux quand on sait tout ce qu'il reste à faire... Bravo One Voice dont je suis activiste.
CiCie

Nanou | samedi 07 novembre 2020

Très bonne nouvelle ! J'ai hâte d'en avoir d'autres très rapidement ! Merci à tous pour votre travail et votre engagement !