le samedi 20 février 2016 | 0

Vicky : sauvée de l'enfer du cirque

Après plusieurs années passées dans l'enfer du cirque, l'éléphante Vicky a été libérée par One Voice. Elle vit aujourd'hui une retraite paisible en semi-liberté, et surtout en compagnie d'une autre éléphante…

Hr blog

Alors qu'elle était recherchée en Allemagne, c'est dans la région parisienne que les enquêteurs de One Voice ont retrouvé Vicky, une éléphante alors âgée de 42 ans. En janvier 2006, avec sa libération, l'association crée un précédent autorisant enfin l'espoir pour tous les animaux détenus dans les cirques et rappelant au monde circassien son obligation légale de prendre soin des animaux dont il a la charge. À travers ce sauvetage, c'est toute une industrie du loisir basée sur la souffrance et l'aliénation des animaux que l'association dénonce.

Souffrances physiques et psychiques

Car Vicky est emblématique des dégâts que le cirque cause sur les animaux qu'il exploite. Après plusieurs années au service de la distraction des humains, dans des conditions de vie totalement inadaptées, l'animal a développé un comportement stéréotypé (balancements répétés du corps). Sur l'aire où le cirque était installé début 2006, il n'a d'ailleurs pas été difficile de retrouver la remorque où elle était dissimulée, tellement celle-ci tanguait de droite à gauche. Outre cet état psychique dégradé, l'éléphante souffrait aussi physiquement. Le vétérinaire, appelé sur place pour suivre son transfèrement, n'a pu que constater les traumatismes : en dehors de multiples plaies non soignées, une paralysie d'un membre postérieur, due à des mouvements contre nature répétés, et la paralysie de la trompe, consécutive aux coups incessants du dresseur. Ces deux pathologies sont caractéristiques des éléphants exploités dans les cirques.

Une vie indigne

Mais là ne s'arrêtait pas la souffrance de l'éléphante. Les jours précédant sa délivrance, les enquêteurs de One Voice qui la surveillaient ont constaté qu'elle ne sortait jamais de sa remorque. Elle n'avait droit à la lumière du jour que brièvement, lorsque les circassiens venaient la nourrir ou nettoyer le camion-cage. Enchaînée de jour comme de nuit, l'éléphante ne pouvait pas bouger. Aucun système de chauffage ne la protégeait du froid. Des conditions de vie inadaptées et inacceptables, bafouant les règles élémentaires relatives à la détention d'animaux sauvages.

Une libération sous haute surveillance

L'état physique et psychique de Vicky a compliqué quelque peu sa libération. Il a d'abord fallu « enlever » Vicky à ses « geôliers » sous l'escorte des policiers. Quand l'équipe a été certaine que l'éléphante était hors d'atteinte, elle a procédé à son transfèrement dans une remorque spécialement aménagée pour l'emmener en Pologne. Là, elle a trouvé un vaste enclos dans un parc spécialisé, et surtout la compagnie d'une autre éléphante rescapée…

Le sauvetage en images

La libération et le transfert de Vicky ont demandé un soin tout particulier et de multiples précautions pour ne pas mettre sa vie en danger. C'est ce sauvetage sous haute surveillance, réalisé par l'ONCFS (Office national de la Chasse et de la Faune Sauvage) avec le concours de One Voice et la coopération des autorités locales, que ces quatre vidéos racontent.

Hr blog

Dans la thématique

Au secours d’Elyo, lion couvert de plaies dans un cirque
Notre plainte pour Mevy classée sans suite, nous déposons un recours

Commentaires 0

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.