le jeudi 09 juin 2016 | 116

Urgence pour Galéo

Un rapport accablant de la Dre Ingrid Visser, établi pour One Voice, révèle la situation dramatique des dauphins à Planète Sauvage, dont le cas inquiétant de Galéo. Pour lui, One Voice a déposé plainte. Il faut le sauver !

Hr blog

Qu'est-il arrivé à Galéo ?

Lorsqu'il a quitté le Parc Astérix en janvier 2015, laissant derrière lui sa mère et son groupe de naissance, la peau du jeune dauphin était encore intacte. Aujourd'hui, des coups de dent en râteau, des lacérations, des blessures à vif, des traces de morsures la strient de la caudale au rostre. Des cicatrices anciennes attestent que le martyre de Galéo ne date pas d'hier. S'ils se battent souvent en liberté pour se disputer les faveurs d'une femelle, même les dauphins mâles très âgés ne portent pas autant de marques que le jeune Galéo. Sans arrêt persécuté, son pauvre corps est un peu plus abîmé chaque jour.

Galéo a également perdu beaucoup de poids. L'arrière de son crâne s'affaisse peu à peu en «tête de cacahuète», signe généralement évocateur de malnutrition chez les cétacés. Enfin, tout son corps est criblé de petits points noirs et d'auréoles de la variole des bassins, une infection principalement induite par le stress.

Né dans le bassin de spectacle

En août 2009, Bailly, sa mère, a commencé le travail en fin de show, lequel fut donc interrompu pour qu'elle puisse accoucher. Ensuite, faute de bassin d'isolement approprié, tous les spectacles ont été suspendus pendant plusieurs semaines pour laisser le temps à Bailly d'élever son enfant sans être dérangée par les saltos de ses compagnons. On s'extasiait alors sur le nouveau-né et, jusqu'à l'âge de deux ans, son dressage précoce ne manqua pas d'être suivi et illustré par de nombreuses photos sur le site du parc Astérix.

À 4 ans, Galéo se voit brutalement enlevé à la seule « famille » qu'il connaît

Quand il arrive à Port-Saint-Père aux côtés du petit Aïcko, Galéo perd aussitôt le soutien de sa mère. Il se retrouve seul, jeune mâle immature, face au caïd du parc, le «vieux» Péos à la gueule cassée, de dix ans son aîné. Lui aussi est né au Parc Astérix, et c'est là qu'un mauvais coup reçu lors d'une bagarre entre femelles lui a déplacé la mâchoire. Dans son ombre, le jeune Océan, qui vient d'arriver de Bruges, les trois femelles venues de Hollande, Parel, Amtan et la pauvre Lucille, elle aussi fraîchement déportée. Dès son arrivée, Galéo devient le souffre-douleur du groupe.

Selon le rapport de la Dre Visser, la situation des autres dauphins est à peine meilleure

Ils souffrent de stéréotypies, ces gestes privés de sens que les animaux captifs répètent sans fin. On entend à travers les vitres et le brouhaha, leurs claquements de mâchoires, qui indiquent des conflits constants, une tension permanente à l'intérieur du groupe. Ils sont sept à se partager le grand bassin de spectacle vide de tout jouet, de tout objet. Les dépôts jonchant le fond témoignent d'une filtration défectueuse. Trois petits bassins latéraux permettent d'isoler les dauphins mais sans nulle part où s'abriter du soleil, pas plus que du regard des gens : les vitres du sous-sol permettent d'observer les bassins en permanence.

Le rapport de la Dre Ingrid Visser est accablant.

Mais il confirme ce qu'on pouvait craindre dès 2008 et qui faisait d'ailleurs l'objet d'une «étude» initialement prévue dans la demande d'autorisation du parc : que se passe-t-il lorsqu'on regroupe plusieurs jeunes dauphins nés dans des parcs différents et tous enlevés très tôt à leur famille d'origine?

La réponse est claire. On obtient une société captive d'une rare brutalité, dans l'esprit de Sa Majesté des mouches, une violence pénitentiaire qui règne aussi parmi les orques de Loro Parque. Il n'est pas surprenant que, dans ce climat de stress, Lucille ait craqué face à Parel en tuant son petit. Si toutes les sociétés captives sont par essence des constructions humaines, celle de Planète Sauvage est certainement un cas d'école en matière de «bricolage social raté», avec toutes les conséquences dramatiques auxquelles on pouvait s'attendre.

Face à l'urgence de la situation concernant Galéo, One Voice a déposé une plainte le 4 juin et prépare un nouveau dossier pour le procureur. Il faut le sortir de là avant qu'il ne soit trop tard. Chaque jour peut être le dernier ! Il est encore temps… Signez et diffusez la pétition !

MAJ d'octobre 2017 : La Cour a condamné One Voice en appel, estimant que l’urgence n’était pas caractérisée pour faire réaliser le constat d’huissier, au delphinarium de Planète Sauvage, sur les conditions de détention des dauphins (et notamment l’absence de dispositif de protection contre le soleil) et l’état apparent de Galéo (marques de dents). Elle a toutefois rejeté la demande de Planète Sauvage, qui demandait notre condamnation à leur payer 5000 euros de dommages intérêts pour procédure abusive... Le combat pour sauver Galéo continue.

Rappel :

  • Lucille, née à SeaWorld le 16 avril 1989 (de Ralph et Louise), transférée à Harderwijk le 9 juin 1997 puis à Planète Sauvage le 7 avril 2015 laissant derrière elle ses deux petits.
  • Péos, né le 23 juin 1999 au Parc Astérix (de Amaya et Pichi). Transféré le 1er octobre 2007 au Dolfinarium de Harderwijk. Retour le 17 avril 2008 au Parc Astérix. Transféré à Planète Sauvage en décembre 2008.
  • Amtan, née le 13 mai 2001 au Dolfinarium de Harderwijk (de Molly et Moby Dick). Transférée en octobre 2008 à Planète Sauvage.
  • Océan, né le 13 août 2003 au Boudewijn Sea Park (de Roxanne et Tex). Amené à Planète Sauvage en avril 2014.
  • Parel, née le 8 juin 2008 au Dolfinarium de Harderwijk (de Roxy et Prince). Transférée le 29 mars 2012 à Planète Sauvage.
  • Galéo, né le 10 août 2009 au Parc Astérix (de Baily et Guama). Amené à Planète Sauvage en janvier 2015.
  • Aïcko, né le 14 août 2010 au Parc Astérix (de Aya et Guama). Amené en janvier 2015 à Planète Sauvage. Décédé le 6 novembre 2016.
Hr blog

Dans la thématique

Scandale autour de la mort du dauphin Aïcko !
One Voice au cœur de Superpod 6

Commentaires 116

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Virginie | dimanche 29 juillet 2018

L'argent et la bêtise humaine, c'est toujours le même constat ! Cela me rend tellement triste ...

Animauxmalins | vendredi 20 janvier 2017

C'est horrible, le pauvre, il souffre à cause de mauvaises personnes qui ne le comprennent pas 1 seconde et qui ne savent pas s'en occuper apparemment ! Quelle honte ! Pour des gens qui nous font croire qu'ils en prennent soin et ces animaux qui jouent le jeu par contrainte ! C'est un véritable scandale !

Bibouche | vendredi 28 octobre 2016

Bonjour

j'étais présent par hasard le 27 octobre dernier à l'audience des référés du TGI de Nantes au cours de laquelle ce dossier a été évoqué.

J'ai été halluciné par la suffisance de l'avocat du parc aquatique.

Associé du cabinet de Corinne LEPAGE, défenderesse en théorie de l'environnement et des espaces sauvages..., l'avocat a développé un discours suffisant et discourtois à plusieurs reprise à l'encontre de son contradicteur.

Sur le fonds, le bien être des animaux ne semblait effectivement pas son problème, et c'est sans doute le seul aspect de sa diatribe qui était sincère.

J'espère qu'il sera débouté.

annma | jeudi 08 septembre 2016

Quel malheur ! Je déteste ces parcs pour animaux, ces cirques (dans un cirque j'ai vu faire rentrer un pauvre lama récalcitrant en le poussant avec un quad le gardien juché dessus, pauvre lama : il crachait mais il avançait tapé dans les jarrets par le véhicule!!!) ; j'aime voir les animaux dans leur milieu naturel. LIBERTE, filmez-nous la nature, la vraie !