le lundi 27 juin 2016 | 8

Une université d’été sur la consommation de viande !

Ce sont des chercheurs du monde entier. Ils étudient les sciences humaines, l'éthique, la philosophie, l'art, la politique… Tous seront réunis lors d'une université d'été sur l'éthique de la consommation d'animaux, organisée par One Voice et l'Oxford Centre for Animal Ethics !

Hr blog

Quelques mois à peine après la COP21 et tandis que les scandales se multiplient sur les conditions d'abattage et d'élevage des animaux, One Voice et l'Oxford Centre for Animal Ethics organisent la troisième université d'été sur l'éthique animale. Du 24 au 27 juillet 2016 à St Stephen's House, l'éthique de la consommation d'animaux sera de toutes les conversations...

Des universitaires du monde entier ont souhaité y participer, au point que la place manque pour tous les accueillir ! Parmi eux, les philosophes français Corine Pelluchon et Thomas Lepeltier. Ensemble, il s'agit de faire un état des lieux des connaissances sur tous les thèmes relatifs à l'éthique de la consommation d'animaux, notamment les aspects moraux, philosophiques et religieux ainsi que les aspects historiques, juridiques, psychologiques, scientifiques et sociologiques. Les sujets concernent notamment la problématique morale liée à l'acte de tuer, la souffrance des animaux exploités pour la production alimentaire, la représentation des animaux en tant que viande, le lien entre la consommation de viande et le changement climatique, l'impact de l'élevage industriel sur l'environnement, l'utilisation de substituts à la viande, la viande in vitro et les stratégies de changement…

L' Oxford Centre for Animal Ethics, fondé en 2006 au sein de la prestigieuse Université d'Oxford, explore les questions d'éthique animale à travers des activités de recherche universitaire, d'enseignement et de publication. Il est dirigé par le professeur Andrew Linzey, également vice-président de One Voice.

Les contributions de chaque conférencier de cette université d'été seront compilées dans un ouvrage édité par l' Oxford Centre for Animal Ethics et One Voice en anglais et en français. Il pourra servir de base aux travaux à venir, comme cela fut le cas de la première conférence sur le Lien en 2007.

Hr blog

Dans la thématique

À Maurs, on achève bien les chevaux
Fourrure : le cauchemar français

Commentaires 8

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

mamida | mardi 05 juillet 2016

Bonjour à tous ,

Enfin ! J'attends toujours, malgré les milliers de pétitions signées, que des sages prennent en main la vie de nos animaux qui souffrent le martyre , ( que ce soit ELEVAGE ....CIRQUES ,USINES A FOURRURE, LABORATOIRES DE RECHERCHE ( DONT CES SOUFFRANCES SONT INUTILES ) PEUPLE EXTERMINANT POUR LES MANGER DANS DES CIRCONSTANCES DRAMATIQUES " et j'en passe ", ASIE, ESPAGNE, RUSSIE, FRANCE, POLYNÉSIE FRANÇAISE..ET BIEN D'AUTRES PAYS où le peuple torture ces animaux ...( brûlés , bouillis, pendus et dépecés vivants ....) s'il vous plaît ...ne tolérez plus cela. C'est inadmissible, nous avons beau défendre et récupérer à notre niveau des blessés, des traumatisés à vie, pour leur donner tout l'AMOUR qu'ils méritent, il faut agir en hautes sphères...

Je garde un tout petit espoir que vous parveniez à faire de cette planète......UN MONDE SANS CRUAUTÉ.

Caro01 | mardi 05 juillet 2016

Une initiative plus que nécessaire, merci..! Il faudrait organiser régulièrement de tels évènements, qui associent des chercheurs issus de disciplines différentes. Car tout comme la thématique environnementale, l'éthique animale et le rapport homme-animal questionnent nos modèle de société. Les enjeux qu'ils soulèvent impliquent notamment la conduite d'une réflexion à l'échelle globale. Aborder les problématiques telles que la consommation de viande par le prisme des sciences humaines, de la philosophie, de l'art ou de la politique peut nous éclairer ce qui structurent nos modes de vie et de consommation. C'est une opportunité pour proposer des lectures croisées et singulières, dessiner des voies alternatives à celles empruntées jusqu'à présent.

Toutefois, il ne faut pas cantonner la thématique de l'éthique animale à la sphère militante ou élitiste de la recherche, il est nécessaire d'impliquer plus largement la société civile, le grand public, les médias et les réseaux sociaux - si on veut un dialogue constructif, il les relais incontournables de la démocratie participative doivent y être associés.

wettlé | mercredi 29 juin 2016

Je trouve cette initiative non seulement merveilleuse mais aussi, profonde, complète et nécessaire et encore un grand MERCI à One Voice pour en être à l'origine. J'espère bien évidemment que lors de cette université d'été il sera également question de toutes les exploitations et utilisations des animaux à des fins plus ignobles et inacceptables les unes que les autres, par la race d'humain, je pense qu'à travers de telles actions, les consciences ne peuvent que s'éveiller en faveur de nos frères les animaux qui ne sont pas sur terre pour le "confort, pour le plaisir, pour l'amusement, et autres" d'humains, car les animaux n'ont pas besoin de nous pour vivre en principe et doivent être libres et indépendants et pouvoir mener leurs vie comme ils l'entendent en tant qu'êtres vivants sensibles et intelligents, et non subir et être les victimes de la cruauté inimaginable et impensable d'humains.

salerno | lundi 27 juin 2016

Merci de ne pas oublier le plaisur de tuer comme dans les corridas ou festival de Yulin.