le mardi 15 janvier 2019 | 86

Une réforme superficielle pour mieux maintenir la chasse à courre?

Un projet d'arrêté prévoit de modifier les conditions de pratique de la chasse à courre, alors que 82% de la société française réclame son abolition. La tradition ne peut justifier la barbarie, il est temps que la France prenne ses responsabilités en matière de respect des animaux. Participons en nombre à la consultation publique pour demander l'abolition pure et simple de cette pratique cruelle et dépassée, et non une réforme cosmétique qui ne fera que pérenniser ce "loisir" sans cœur.

Hr blog

Plus d'un an après l'abattage du cerf à la Croix-Saint-Ouen et alors même que la très grande majorité du pays est opposée à cette pratique archaïque et cruelle, l’État dépose un projet d’arrêté modifiant celui du 18 mars 1982 "relatif à l’exercice de la vénerie et visant à limiter les incidents en fin de chasse à proximité des lieux habités". 

​Qu'est-il prévu dans ce texte ?

Une réforme superficielle, cosmétique même, de la chasse à courre, à cor et à cri. Au lieu de l'interdire, répondant ainsi à la demande de 82% des Français qui y sont opposés, l'Etat décide de l'éloigner des regards et de "limiter" à six dizaines le nombre de chiens autorisés à pourchasser les pauvres animaux pris pour cible. Les chiens sont entassés dans les boîtes de transport, dans les coffres des camions, rangés comme du matériel, sans eau ni nourriture. Il ne faudrait pas perdre une minute le matin... Qui pense à eux, utilisés comme outils pour chasser, traités à coups de fouet?

Le cerf de la Croix-Saint-Ouen, celui de Pont-Sainte Maxence, ceux filmés par nos caméras, qu'ils aient été graciés car trop proches d'une commune, poignardés, noyés..., tous ont cela en commun que nous en avons eu connaissance. Interdire qu'un animal traqué soit poursuivi jusqu'aux abords des habitations n'est qu'une manière de permettre que ces pratiques moralement indéfendables perdurent, et ce, contre l'avis majoritaire. Cela n'allègera en rien la souffrance de ces êtres sensibles.

La tradition ne peut justifier la barbarie

Les veneurs se gargarisent qu'un ouvrage de sociologie (La Chasse à courre. Ses rites et ses enjeux) ait décrit leurs pratiques dans les moindres détails. Mais les sociologues ne portent pas de jugement. Un "fait social total" ne veut pas dire qu'il soit bon ou moralement acceptable. L'éthique et la modernité doivent avoir raison de la barbarie, quand bien même fût-elle très codifiée! Les anthropologues ne cessent de le répéter : une tradition se modifie dans le temps et peut être abandonnée. Notamment si les temps ont changé au point qu'elle en devienne désuète, obsolète, ou dépassée. Les traditions sont les racines d'une société, par nature changeante, et non son cadre limitatif.

Nous vous appelons à participer en nombre à la consultation publique pour faire barrage à ce projet d'arrêté ministériel sur la chasse à courre, qui ne fera que renforcer la pratique pour des années encore, en donnant l'argument aux veneurs qu'elle aura été "réformée". Réclamons au ministère l'abolition de la chasse à courre!

Julia Mothé
Hr blog

Dans la thématique

Les oiseaux déchantent, les chasseurs pourront continuer leurs massacres traditionnels
Richard M. ou le cauchemar des chiens de chasse

Commentaires 86

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Axel | mercredi 19 juin 2019

A l'occasion d'une consultation publique, il faut juste dire si l'on est favorable ou défavorable au projet. Tous les commentaires d'une autre nature sont exclus de l'analyse. Ainsi, tous ceux qui se sont prononcés contre la chasse à courre en y allant de leur petite diatribe ont été exclus du résultat final. Aussi, lors des prochaines consultations publiques comme dans l'actuelle sur le plan de chasse national qui vise à exterminer tout simplement certaines espèces, il suffit d'indiquer "Je suis défavorable au projet". Merci.

Ninon | jeudi 28 mars 2019

Le problème est très difficile à résoudre,
On y arrivera peut-être, je l' espère, mais ça risque d' être très long!
Le tout est de ne pas baisser les bras .... mais on risque de voir encore pas mal d' horreur !

Nicky | mercredi 06 février 2019

Comment voulez-vous que cela change puisque Monsieur MACRON est du côté des "chasseurs"
et que la souffrance animale ne le concerne pas.

Ursa | dimanche 03 février 2019

Tuer un animal avec un fusil ou une dague, piéger et infliger des heures de souffrance et une mort atroce (comme avec la glu), etc... toutes ces formes de chasse sont des plaisirs malsains qui relèvent de la maltraitance. La chasse est une abomination qu'il faut abolir dans son ensemble.