le jeudi 16 mai 2019 | 8

Un chien-objet ne peut pas être bon pour le cœur

Une étude scientifique publiée en 2017 explique les bienfaits pour la santé de vivre avec un compagnon chien 1. La voici aujourd’hui exploitée dans une campagne de la Fédération Française de Cardiologie qui communique sur les « atouts » médicaux et sociaux de ces compagnons domestiques. Présentés comme de parfaits médicaments, les chiens permettraient aux seniors de diminuer de de 36 % leurs risques de mourir d'une maladie cardio-vasculaire.

Hr blog

Pour ajouter une note d’humour à ces arguments décapants, la Fédération Française de Cardiologie croit bon de souligner que ces remèdes à 4 pattes sont «peureux, sentent fort, ronflent, aboient tout le temps, bavent, perdent leurs poils, ont des gaz», et autres compliments... Hum, quel égard pour ces êtres «qui peuvent vous sauver la vie»! Comment peut-on imaginer qu'un chien-objet, méprisé à ce point, puisse apporter une quelconque aide à une personne qui le percevrait ainsi?


Les chiens sont nos compagnons millénaires! Leur sensibilité n'est plus à prouver, leur degré d'évolution non plus. Nous les avons façonnés pour embellir notre existence. Or cette campagne, pleine de morgue et de dérision, donne d’eux une représentation qui les rabaisse et les dénature. Où est alors le respect pour ces animaux et pour les millions d'humains qui les aiment et s'appuient sur eux ?

Nous défendons les chiens face aux cruautés dont ils sont victimes. Nous proposons aussi des conférences pour mieux les connaître et vivre avec eux au quotidien. Et nous savons que si leur présence au sein d’un foyer peut faire du bien au cœur, c'est justement car cette vie qu’ils partagent avec nous s'appuie sur une relation d'amour. Cet amour inconditionnel que les chiens nous enseignent et nous offrent, cette bienveillance, cette indulgence, cette fidélité absolues, et tous ces petits moments de bonheur que connaissent les humains ayant la chance de les côtoyer. 

Ce n'est pas une coïncidence si les conférences que nous avons données dans de nombreuses villes s'intitulaient : Au "cœur" du chien. Ces compagnons au cœur immense ne poursuivent qu’un seul but : être là pour nous, sans réserve et pour toujours. C'est en cela qu’ils nous rendent profondément heureux, qu’ils nous donnent confiance et envie d'aller vers les autres. C’est ainsi qu’ils protègent notre cœur, dans tous les sens du terme.

Si la Fédération Française de Cardiologie a des intentions louables, sa campagne passe clairement à côté de ce qui fait l'essence même dune relation digne de ce nom avec un compagnon chien. D'ailleurs, les personnes qui seraient tentées dadopter un animal-objet uniquement pour leur santé, risquent fort de faire mentir les résultats de cette étude…

1. Mubanga M et al. «Risques d’accidents et de mortalité cardio-vasculaires pour les possesseurs d'un chien - une étude de cohorte nationale ». Sci Rep 2017; 7: 15821

Hr blog

Dans la thématique

Chiens maltraités dans des clubs de dressage canin : la justice valide l’enquête
Dressage de chiens : la loi du plus fort ?

Commentaires 8

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

pouguy | jeudi 16 mai 2019

Un chien n'est pas un objet, c'est un être vivant comme les humains, si on veut s'amuser il existe des peluches !

Stéphanie | jeudi 16 mai 2019

Quel manque de respect pour ceux qui nous donnent leur cœur effectivement et qui, en partageant nos vies, s'associent avec toute l'empathie dont eux sont capables, à nos maux physiques ou émotionnels. C'est très triste qu'ils soient ainsi rabaissés au rang "d'outils à soigner les humains". Combien d'animaux qui vivent à nos côtés sont effectivement "malades" d'endosser nos difficultés. Trop peu d'humains en ont conscience, et s'étonnent que leur animal de compagnie aille mal, sans voir qu'ils sont souvent à l'origine d'un problème, qu'ils pourraient d'ailleurs régler dans certains cas pour leur plus grand bien et celui de leur animal. La F.F de cardiologie dans sa communication renforce encore cette idée tellement commune que l'animal est une sous-race au service de l'homme. Merci et bravo de le relever.

Annatha | jeudi 16 mai 2019

J'ai partagé ce matin même cette campagne sur 1 réseau de la PA, en précisant que j'en avais eu 1 montée de tension. Je suis totalement d'accord avec vous ! Même si on envisage le second degré, qui ne sera malheureusement pas forcément compris, cette campagne véhicule l'image de l'animal objet qui doit avoir 1 utilité. Tous les refuges et associations, qui débordent d'animaux abandonnés, apprécieront le discours.

Aline | jeudi 16 mai 2019

Inadmissible et honteux, comment peut-on tenir des propos nuls comme ça envers un animal magnifique comme ça?