le jeudi 28 février 2019 | 59

Garbo, chien « de sécurité » en danger !

Dans une rame de la ligne 7 du métro parisien, Garbo, chien « de sécurité », saignait abondamment en présence du vigile qui l'exploite. One Voice se saisit de l’affaire et mène l’enquête.

Hr blog

Garbo, chien de berger, souffrait en silence d’une blessure grave, sous le regard de l’agent de sécurité. Sidérés, les passagers de la ligne 7 du métro parisien sont intervenus le 21 février dernier, et nous ont alertés. 

Mare de sang

Témoin directe de la scène, une voyageuse nous a raconté ce à quoi elle a assisté. En voyant entrer dans la rame un agent de sécurité et son chien, elle a tout de suite perçu l’agitation de Garbo, le comportement de l’homme tirant sur le collier ainsi qu’une odeur métallique de sang. Et pour cause… Avec une plaie profonde à la base de sa queue et un lambeau de chair pendant, le chien semblait avoir reçu un coup brutal à l’arrière train au moyen d’un objet contendant. Haletant fortement, pupilles extrêmement dilatées, le pauvre endurait l’enfer tandis qu’une énorme flaque rouge s’élargissait sous ses flancs… Une réaction du vigile? Aucune, hormis de l’agressivité, et vis-à-vis de son chien et face aux passagers qui s’inquiétaient. A la station Riquet, la personne a tiré la sonnette d’alarme pour que le chien soit rapidement pris en charge. Le conducteur s’est alors déplacé jusqu’au wagon… Aussi incroyable que cela puisse paraître, il aurait déclaré être au courant de la présence à bord du chien de sécurité blessé et rassuré sur son acheminement vers un centre de secours à la Villette.

Le métro comme ambulance !

La RATP était-elle réellement informée de la situation ? Savait-elle que l’un de ses chiens « de sécurité » avait été accidenté, souffrait le martyre et était conduit dans de telles conditions chez un hypothétique vétérinaire ? Le lendemain des faits, elle s’est exprimée sur son compte twitter en rassurant sur la prise en charge du chien et en rejetant la responsabilité de son transport chaotique sur une société de sécurité sous-traitante. Nous lui avons aussitôt adressé un courrier officiel. La RATP nous a répondu de nous adresser à son service juridique… Nous n’en resterons pas là. Ce drame est révélateur de l’exploitation sordide des chiens dits « de sécurité », chosifiés à l’extrême. Dans cette affaire, nous avons entamé une enquête pour retrouver Garbo et lui apporter notre aide. Et nous comptons bien évidemment identifier le ou les coupable(s) afin de le(s) faire condamner !

Marie-Sophie Bazin
Hr blog

Dans la thématique

Maltraitance sur sept chevaux : One Voice réclame justice
Jesko définitivement sorti d'affaire!

Commentaires 59

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

trochu | mardi 21 mai 2019

HONTEUX ET INACCEPTABLE, les chiens "de sécurité et de vigiles" doivent être suivis et protégés car nombreux sont les vigiles qui "exploitent et utilisent" leurs chiens comme "simples outils de travail", ce qui est scandaleux et doit être dénoncé ouvertement. Ces chiens sont DES ANIMAUX, ÊTRES VIVANTS à part entière, non "des objets ou marchandises" ! Nous nous devons d'informer et sensibiliser les vigiles et la population quant au grand respect et considération qu'ils doivent avoir envers leurs chiens qu'ils doivent considérer comme leurs égaux et non comme "inférieurs et outils de travail exclusivement". MERCI ONE VOICE de ne pas abandonner ces chiens à leurs bourreaux et tortionnaires de maîtres.

JM | lundi 22 avril 2019

Je tiens à dire qu'il ne faut pas généraliser, pour ma part j'ai exercé ce métier pendant 10 ans et mon chien a toujours été ma priorité et son bien-être également mais je sais que malheureusement il y a des abrutis.

Joëlle | samedi 09 mars 2019

Le retrouver et le sauver de sa triste et misérable vie de chien de sécurité !

Isaline | mardi 05 mars 2019

Triste cette histoire !