le jeudi 13 octobre 2022 | 16

Trois projets de recherche sur la douleur et le stress approuvés en 2022


Mis à jour le 26 décembre 2022

Depuis le début de l’année, la France publie les résumés des projets d’expérimentation animale approuvés sur la base de données européenne ALURES. L’occasion pour le public de découvrir au fil de l’eau les souffrances qui attendent les animaux dans les laboratoires.

Hr blog

Alors que notre campagne sur la nage forcée se poursuit, nous découvrons un nouveau projet accepté par le ministère chargé de la Recherche, qui va soumettre 420 souris « à une douleur chronique pendant 9 semaines ou un stress chronique pendant 3 semaines avec dans les deux cas développement de troubles anxiodépressifs » traités par deux antidépresseurs dont le fonctionnement sera étudié grâce à des « tests anxiodépressifs d’une durée comprise entre 5 et 6 minutes ».

Cet euphémisme n’est pas isolé, puisqu’on le retrouve avec la mention de « tests comportementaux » sans plus de précisions dans un autre projet approuvé récemment, parmi d’autres. Une belle manière d’éviter de mentionner le test de nage forcée, dont c’est précisément la durée.

Mais nous ne pouvons pas oublier que l’expérimentation animale regorge d’autres pratiques tout aussi odieuses. Trois résumés de projets « sévères » approuvés et publiés en ligne le 13 juillet dernier ont retenu notre l’attention.

Stress in utero, infections bactériennes et douleurs chroniques

L’objectif du premier projet est d’étudier comment le stress in utero et l’infection bactérienne favorisent les maladies chroniques chez la descendance, pour trouver des pistes de traitement de ces maladies.

Pour cela, 840 souris enceintes seront mises dans un tube de contention sous une lumière vive (deux facteurs de stress) pendant trente minutes, trois fois par jour, pendant six jours. De cette manière, leurs petits auront des comportements anxieux et dépressifs.

L’équipe de recherche soumettra alors ces 2016 souriceaux à diverses expériences, de l’infection bactérienne par gavage à l’implantation d’électrodes, en passant par des prélèvements sanguins et des tests d’anxiété.

Les spécialistes de la douleur

Le deuxième projet répond à une demande d’entreprises pharmaceutiques qui veulent des modèles variés de douleur pour faire tester leurs molécules antalgiques.

Le laboratoire ayant déjà dix modèles pour dix formes de douleur, il veut ici en développer un onzième. Pour cela, le personnel du laboratoire va ligaturer le nerf sciatique ou le nerf spinal de 2428 rats, leur implanter des cellules cancéreuses dans le tibia, leur retirer une partie des cartilages du genou et leur injecter des agents inflammatoires sous les pieds.

Puis il va tester différentes substances, prélever du sang au niveau du cou, de la queue, des yeux ou du cœur jusqu’à trois fois par jour et immerger la patte concernée dans de l’eau à 42°C à plusieurs reprises pour tester la réaction douloureuse.

Des anti-douleurs… sauf quand ils interfèrent avec les résultats

Le troisième projet cherche à tester le potentiel anti-inflammatoire ou anti-douleur de diverses substances dans le cadre de pathologies inflammatoires du système intestinal.

Dans ce but, l’équipe de recherche va mettre à jeun 300 cochons d’Inde pendant vingt-quatre heures avant d’appliquer un réactif inflammatoire sur leur côlon, de les traiter de manière aiguë ou chronique avec les médicaments à tester, et d’observer l’évolution de l’inflammation en testant régulièrement la douleur pendant une à deux semaines.

Le résumé du projet précise qu’aucun traitement antalgique ou anti-inflammatoire ne sera donné aux animaux, qui seront simplement tués si la souffrance due à l’inflammation devient «intense».

Pour la fin des expériences sévères

Pour tous ces projets, les animaux seront tués à la fin des expériences – que ce soit pour récupérer et étudier leurs tissus et leurs organes, ou plus simplement parce qu’ils ne pourront pas être réutilisés dans d’autres expériences.

Ces pratiques, légales aujourd’hui en France, nous rappellent que le combat ne doit pas être mené que contre les non-conformités et autres mensonges des personnes qui veulent perpétuer l’expérimentation animale. Le changement culturel, politique et réglementaire est tout aussi important pour aboutir à l’interdiction de l’expérimentation animale.

Nicolas Marty
Hr blog

Dans la thématique

Lot-et-Garonne : les chiens du hangar sont bien victimes de mauvais traitements. Il est facile de prétendre le contraire une fois que tout a été nettoyé. Dans le Lot-et-Garonne, des chiens «de chasse» livrés à eux-mêmes dans un hangar : One Voice enquête et dépose plainte

Commentaires 16

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Helene | jeudi 20 octobre 2022

La majorité des citoyens n'acceptent plus des tests sur animaux! Il est prouvé que les résultats sont très souvent faux. Pourquoi les laboratoires s'entêtent-ils ?

Christine | jeudi 20 octobre 2022

STOP 🛑 A TOUTES CES TORTURES SUR LES ANIMAUX ‼️‼️‼️😤😤😤🆘🆘🆘💔💔💔😢😢😢⚠️⚠️⚠️⚠️D’AUTANT PLUS QUE LES RÉSULTATS SONT INEXACTS ALORS QU’IL EXISTE DES MÉTHODES ALTERNATIVES COMME LES CELLULES SOUCHES METAVERS ET AUTRES .... IL FAUT ABSOLUMENT STOPPER CES RECHERCHES ET TESTS SUR LES ANIMAUX QUI SONT DES ÊTRES SENSIBLES, INTELLIGENTS, INOFFENSIFS, INNOCENTS ET NE PEUVENT SE DÉFENDRE SEUL ‼️‼️‼️😤😤 IL FAUT ABSOLUMENT ÉVOLUER. ILS SOUFFRENT TROP, STOP 🛑‼️‼️‼️C’EST INUTILE ET TOTALEMENT INJUSTIFIÉ ET INJUSTE ‼️‼️‼️🤮🤮🤮

Thérèse | mercredi 19 octobre 2022

C'est ignoble ce que ces laboratoires font subir à tous ces animaux. J'ai eu mal pour eux lorsque j'ai lu votre article. Il faut absolument arrêter de tels traitements sur les animaux. Utiliser plutôt des solutions alternatives, il en existe. Aucun animal ne mérite de souffrir.

Dominique | mercredi 19 octobre 2022

Stop