le vendredi 03 mai 2019 | 11

Tous à Antibes pour Inouk!

Inouk a besoin de chacun d'entre nous. Aucune orque ne devrait être dans les bassins des delphinariums, et le cas d'Inouk est préoccupant en tout point. À vingt ans à peine, il n'a déjà plus de dents, sa nageoire dorsale quasiment toujours hors de l'eau s’est affaissée sur son dos... Les experts des mammifères marins n'ont jamais vu cela. Nous sommes déterminés à lui offrir une autre vie, une vraie vie. Nous serons à 17 h devant la mairie d'Antibes Juan-les-Pins le mardi 7 mai pour lui.

Hr blog

Comment ne pas se sentir révoltés pour lui, à l'évocation de son nom? Inouk n'a jamais connu la liberté mais tourne en rond sans cesse dans les bassins de Marineland. Son sonar extrêmement efficace ne lui sert à rien dans le bocal où il survit. Il devrait pouvoir plonger profondément, nager des dizaines et des dizaines de kilomètres chaque jour, se tenir loin du soleil. Sa nageoire dorsale gît, effondrée sur elle-même, phénomène rarement observé et signe de traumatisme grave et de mauvaise santé chez les orques libres... Les membres de sa famille ont soit perdu la vie, soit été envoyés dans un autre delphinarium. S'il n'avait dû subir la captivité depuis sa naissance, rien ne l'aurait poussé à ronger les parois du bassin jusqu'à ce que la pulpe de ses dents soit à vif et qu'il soit nécessaire de les dévitaliser, voire de les arracher. Sa liberté aurait été sans limites, et sa vie, celle si riche d'une orque!

Une orque sans avenir, voilà ce que semble être devenu Inouk. Le parc ne cherche même plus à justifier qu'il contribue à la conservation des espèces, ou que la démonstration de la domination de l'humain sur l'animal a un intérêt pédagogique... Nous avons déposé plainte contre Marineland pour actes de cruauté sur Inouk au parquet de Grasse début avril. L'expertise d'Ingrid Visser, John Jett et Jeffrey Ventre est documentée, argumentée et structurée. Plus que tout, elle est sans appel : Inouk a besoin d'une autre vie, loin des bassins vides de sens, vides d'intérêt, vides de choix, vides de tout ce dont une orque a besoin.  

Un rassemblement est prévu devant la mairie d'Antibes Juan-les-Pins à 17 h ce mardi 7 mai, pour faire entendre la voix d'Inouk, dont la place est dans un sanctuaire marin. Qu'elle résonne haut et fort aux oreilles de nos dirigeants! Nous réclamons également la fermeture des delphinariums et l'adoption d'un nouvel arrêté.

Signez notre pétition, réclamons tous ensemble une vie pour Inouk!

Jessica Lefèvre-Grave
Hr blog

Dans la thématique

La prison des baleines, c'est fini !
Orques et bélugas prisonniers en Russie: l’espoir renaît !

Commentaires 11

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Chris | lundi 13 mai 2019

Je suis contre, absolument contre l'emprisonnement de ces orques et dauphins ... en CAPTIVITÉ.
Tout comme ceux qui sont emprisonnés dans la glace avec les bélugas en Russie, je trouve cela inadmissible !!!
L'homme détruit tout ce qu'il touche.

Ana | mercredi 08 mai 2019

STOP A CES PRISONS POUR ANIMAUX AU NOM DU FRIC UN PEU DE RESPECT POUR CES ËTRES VIVANTS SVP

trochu | mardi 07 mai 2019

Etant en pensées profondes pour tous ces martyrs pour tous ces animaux esclaves des humains à cause des humains, j'espère vraiment que toutes les actions menées de parts et d'autres toutes les dénonciations de tant de maltraitance de tant de cruauté de tant d'irrespect de profit et d'abus aboutiront à la fermeture définitive de tous ces delphinariums et marine land de la honte. Il est temps que les populations entières ouvrent les yeux et prennent conscience que de "tels spectacles exploitant des ANIMAUX ETRES VIVANTS" sont pitoyables, lamentables et qu'aucun animal a à être ainsi maltraité, torturé, exhibé comme un objet ou meuble, qu'aucun animal n'a à vivre de telles horreurs immondes "pour amuser des individus". A force de combattre, à force de faire pression et pression de dénoncer et d'informer nous parviendrons à faire libérer tous les animaux terrestres ou marins emprisonnés qui vivent l'enfer au quotidien pour qu'ils puissent mener leurs vies dignement et humainement comme ils le doivent en tant QU ETRES VIVANTS comme nous. Je suis en colère de constater que les mentalités ne changent pas vite et n'évoluent pas assez vite en faveur de nos frères les animaux et nous devons tout faire afin que ce soit une évidence pour tous.

Rico | dimanche 05 mai 2019

Respectons le vivant.