le mercredi 28 août 2019 | 66

Tigres et lions exploités à vie dans le Loiret

En ce mois d'août 2019, nos enquêteurs se sont rendus dans le Loiret, chez un dresseur de tigres et de lions très connu dans le show-business. Comme unique horizon, ces sept félins n'ont que quelques mètres carrés grillagés. En plus de la captivité et du dressage qui constituent leur quotidien, le dresseur organise plusieurs fois dans la journée des visites de particuliers sur sa propriété, avec le soutien de l'office du tourisme du département.

Hr blog

Dans le jardin et sur le portail, des têtes de lions. On est chez un dresseur, pas de doute. Depuis 27 ans, Rémy Demantes élève et dresse des grands félins, baguette à la main, pour des publicités, des clips, des émissions de télévision. Ils sont alors sortis de leur enclos et transportés sur la route, pour être exposés à l’inconnu, au bruit et aux lumières, aux humains agités autour d'eux.  

Quand un bébé tigre naît, il est irrémédiablement retiré à sa mère, et rapidement exhibé devant des groupes d'humains, au musée du cirque dirigé par le dresseur, pour un spectacle quotidien d'une heure. Des visites privatives de l'élevage sur sa propriété sont proposées au public, non loin de là... Nos enquêteurs ont rapporté des images de ces sept prisonniers.

Sept tigres et lions enfermés à vie

Tanga est la plus vieille. Elle a quinze ans et vit seule dans un enclos grillagé d'à peine 35m2, au centre duquel trônent un rocher et un tronc d'arbre. Autant dire que sa prison est dépourvue d'enrichissement.   

Le plus jeune, Mawak, né il y a trois mois, a quitté la maison pour un enclos de 6 m2 sur des dalles de jardin. Pas d'herbe ni de terre battue pour ses petites pattes. Quand il en sort enfin, au bout d'une laisse, c'est pour se voir refuser de jouer dans la vigne vierge.
Non, il doit faire ses besoins à la demande, avant le spectacle, et poser pour la photo avec les visiteurs du jour, qui pourront eux aussi le tenir en laisse ou lui crier « non » d'une grosse voix pour l'effrayer. Le bébé tigre est dressé à grand renfort de gifles et de petits coups bien sentis sur la tête, à l'aide d'une baguette de bois.  

Au fond du jardin, ses parents, dont Radja le tigre blanc, (ces tigres n'existent qu'en captivité, fruits de croisements entre animaux malades) et une tigresse, Jade, qui s’est vu arracher son bébé. La fauverie, constituée de cages les contenant à peine, est humide et sent fort, dans un bâtiment en dur. Quelle tristesse que de les voir ainsi!   

Non loin de là, Judy la tigresse vit avec Tina, une jeune lionne. Rien de naturel ici. Les tigres vivent seuls quand ils sont libres, et sur un tout autre continent que les lions ! Timba, le lion dans l'enclos d'à côté semble las, désespérément désœuvré. 

Une activité lucrative soutenue par l'office du tourisme

Pour son musée et la visite de son élevage, Rémy Demantes a reçu à plusieurs reprises des prix « coup de cœur » de l'office du tourisme du département, qui soutient cette activité d'un autre âge.
Le dresseur justifie cet élevage et ce dressage en se drapant derrière la légalité de son activité, et les dangers du braconnage pour les tigres libres. L'existence du braconnage ou de la chasse aux trophées est un problème en soi à combattre, en aucun cas une raison valable pour réduire des animaux à une vie d'esclavage, encagés pour toujours.

La captivité: des dangers pour les félins comme pour les humains

Ce n'est pas de l'amour quand on arrache un petit à sa mère, qu'on se substitue à elle pour le nourrir et le rendre dépendant, qu'on le frappe alors qu'il tente d'apprendre à être un tigre au sens plein du terme. Ce n'est pas de l'amour que condamner un animal à l'enfermement à vie. Car la captivité, le dressage, l'exhibition, l'itinérance, la proximité avec des humains créent non seulement des risques sanitaires de part et d'autre, du danger pour les humains à leur contact, mais surtout un stress intense, qui affecte jusqu’au système immunitaire des animaux.   

Ces pratiques doivent cesser! Le département du Loiret, ainsi que les chaînes de télévision, les réalisateurs de films et de clips, acteurs, chanteurs et annonceurs doivent eux aussi s'engager contre la captivité! Aidez-nous à dénoncer toute utilisation des animaux sauvages dans ces contextes! Interpellons ensemble l'office du tourisme du Loiret, afin qu'il cesse toute promotion de ce lieu

Contactez l'office du tourisme via leur site en cliquant ici ou par email à info@tourismeloiret.com. Un modèle de lettre est disponible en téléchargement ici.

Julia Mothé
Hr blog

Dans la thématique

Du jamais vu en France : quatre lionnes saisies d’un cirque pour mauvais traitements à la suite de l’action de One Voice
Après une première opération, Jon reprend vie !

Commentaires 66

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

anne | vendredi 19 juin 2020

Le désespoir et la résignation se lisent dans les yeux du tigre blanc! Quelle misère que de telles activités soient non seulement permises mais en plus soutenues par l'office du tourisme! Nous vivons dans un monde d'abrutis.
Avez-vous remarqué la voix cassante du dresseur disant au tigron: t'as pas le droit!"? Et lui, l'humain, il a le droit de retenir captifs et humiliés, toute leur vie durant, des êtres magnifiques nés pour être libres et puissants dans la nature. J'ai honte de faire partie de cette espèce pourrie qu'est l'humanité.

Françoise | vendredi 19 juin 2020

Bonjour, on se demande vraiment quand va passer la loi contre les animaux dans les cirques! A la fin c'est un ras le bol complet qui nous atteint. Si personne ne fait le nécessaire pour l'intégrité animale, nous allons boycotter la France entière et tant pis pour tous les voyageurs étrangers qui remplissent les caisses durant les périodes estivales. C'est vraiment dommage de devoir en arriver là.
Bonne journée

Coquillette | jeudi 18 juin 2020

Il faut que l'Etat se bouge les fesses, car rien ne bouge. Marre de ce laxisme envers les souffrances infligées à des animaux sans défenses!

Pourraz Marie jo | jeudi 18 juin 2020

C'est honteux et l'office du tourisme qui fait leur pub de mieux en mieux!
Libérez ces animaux qui seront beaucoup plus heureux loin de ces bourreaux qui les détiennent!
Sans parler ces gens qui sont fiers de poser avec et de promener ces félins. On devrait leur dire leur calvaire!