le lundi 20 janvier 2020 | 149

Statu quo pour les chiens « de chasse » mourants en Dordogne

Pour la troisième fois en un an, nous sommes retournés surveiller les promesses d’améliorations lancées comme un mantra par la préfecture de Dordogne pour les conditions de détention des chiens mourants et malades chez le chasseur périgourdin. Mais les images que nous dévoilons ne nous inquiètent que davantage sur leur sort. Nous déposons un nouveau complément de plainte à notre envoi initial. Cela ne peut plus durer !

Hr blog

Mois après mois, les jours de ces chiens, chiennes et chiots, se suivent et se ressemblent. Seule la température semble changer. Ici tout est couleur de terre, partout la boue règne. Des seaux dégoûtants, des écuelles vides, des camions sans roues devenus abris rouillés pour chiens sans espoir… La DDCSPP (services vétérinaires de la préfecture de Dordogne), elle, semble trouver que tout est en ordre au pays de l’ogre qui détient ces chiens.

Un an pour ne rien changer !

En mars 2019, nous avions trouvé sur le terrain des chiens poussés à bout, malades, ainsi que des cadavres, des cas de cannibalisme. Les autorités, que nous avions immédiatement alertées nous avaient renvoyés d’un revers de main, arguant qu’ils n’avaient « aucune raison d’intervenir », car ce n’étaient « que des chiens de chasse ». Et notre plainte était restée sans suite. En septembre, quand la préfecture a découvert que nos images étaient diffusées, elle a publié un communiqué qui demandait des changements mineurs, du bout des lèvres, à la suite de leur visite du lieu en juillet. Mais quelles lunettes pouvaient-ils bien porter ? Deux mois après leur visite, ce sont les mêmes corps décharnés, les mêmes maladies de peau, les mêmes brouettes remplies de carcasses à l’entrée de la propriété que nous retrouvons, et la même absence criante d’eau pour les chiens, pourtant en pleine chaleur.

Mais aujourd’hui, quatre mois après le communiqué de la préfecture, tout devrait être en ordre, n’est-ce pas ? Ne serait-ce que ce que les autorités ont demandé ! Mais non. Et cela n’émeut que nous ! Alors qui va faire respecter la loi ?

Après le pire… Aucune amélioration !

Depuis septembre, les voisins inquiets entendent des coups de fusil et des aboiements de douleur. Sur Le Bon Coin, quelques annonces pour vendre des chiens venant de ce lieu sont publiées… Et sur place, nos enquêteurs ont découvert une fois de plus ceux qui sont traditionnellement exploités pour la chasse, hagards et comme à l’abandon.

Les femelles, vieillies prématurément, qu’elles soient bassets ou porcelaines ont les mamelles pendantes, les mamelons nécrosés, le regard vide. Et Richard M. continue de les exploiter. La DDCSPP lui a expressément demandé de réduire le nombre de ses chiens, pourtant, il continue de les faire se reproduire. Des couples de chiens sont enfermés dans des véhicules rouillés, pour forcer les reproductions. Les camionnettes, bus, et cages, transformés en maternités improvisées seront le quotidien des chiennes, isolées du groupe, pendant des mois, encore et encore, dans la saleté et le froid… Parmi la dizaine de chiots présents, certains semblent déjà blessés et tous montrent des symptômes de stress marqué, entourés de ces grands chiens adultes en souffrance.

Des jagdterriers, dont la taille s’y prête opportunément sont enfermés dans des clapiers, une torture quand on sait combien ils ont besoin de se dépenser et de courir… D’autres n’ont que des réservoirs en plastique comme abri, ou sont attachés, au piquet. À force de tenter de s’en détacher, le cercle formé par leurs pas est devenu douve autour de leur niche minable… On nous dévisage avec des yeux aux paupières pendantes sous les grosseurs remplies de pus… D’enclos en enclos, suivis par des dizaines et des dizaines de grands bleus et braques au dos rond, à la queue basse, à la peau flétrie, rougie par les parasites et au poil rare, nos enquêteurs ont filmé ces dizaines de chiens exsangues et tristes aux côtes apparentes, qui n’ont à leur disposition que de l’eau croupie ou des seaux vides, et, le cadavre d’un chien oublié dans la boue.

Des morts à l’abandon, encore…

Dès qu’il pleut le terrain se transforme en flaque boueuse géante. Ce pauvre griffon nivernais n’a pas passé l’hiver. Depuis quand son corps, chaque jour un peu plus enseveli dans cette pataugeoire infernale, est-il rigide ? Les traces dans la terre molle rendent le tableau triste à mourir. Est-ce un faible chien, qui sans amour ni soins s’est laissé partir, las d’une vie si dure ? Toujours est-il que les pattes imprimées dans le sol témoignent que ce que ses amis de toujours, ses frères et sœurs, inquiets de sa situation sont passés et repassés autour de lui pour venir constater son état…  

La catégorie « chien de chasse » n’existe que dans l’esprit des autorités ! Tous les chiens sont protégés par la loi ! Ces chiens ont autant droit à notre considération et à notre amour que les autres ! Chacun d’entre eux ressent la même souffrance face à la maladie, à la faim et à la soif ! Pourquoi leur refuser sécurité, santé, et affection ? Nous réclamons que tous les chiens soient retirés en urgence de ce lieu sordide, et une interdiction d’élever et de posséder quelque animal que ce soit pour cet homme !

Julia Mothé
Hr blog

Dans la thématique

Répondre aux consultations publiques sur la traque des blaireaux
Chasse des blaireaux : l'enfer sous terre

Commentaires 149

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Lisa | dimanche 17 mai 2020

The animal protection laws must be upheld . This animal torture must end .

Jakido | mercredi 13 mai 2020

Sortez-les de là par pitié, c'est inhumain

Berny 38 | lundi 11 mai 2020

Franchement faites quelque chose pour ces pauvres loulous. Honte aux chasseurs qui les laissent mourir. Où est l'humanité? Si nous ne faisons rien, pas mieux que les chasseurs... Pour que cela arrête, merci

Faucon | lundi 11 mai 2020

Que tous les animaux soient retirés de cet endroit sordide et que ce propriétaire n'ait plus l'autorisation de posséder à vie un animal.