le lundi 15 janvier 2018 | 88

Simulacre de démocratie sur le Plan Loup!

Chaque année, le ministère de l’Ecologie établit un quota de loups à tuer, c’est le Plan Loup. One Voice s'y oppose et réclame une interdiction pure et simple de l'abattage des loups. Ces animaux passionnants sont une richesse pour la biodiversité, ils ont toute leur place dans les montagnes et les forêts françaises.

Hr blog

Le 4 janvier 2018, nous avons été reçus au ministère de la Transition Ecologique et Solidaire pour parler du Plan Loup 2018-2023. Nous avons découvert avec stupéfaction qu’il était déjà rédigé et adopté, alors même que ni l'avis du Conseil National de la Protection de la Nature ni les résultats de la consultation publique n'étaient encore rendus, et pour cause, la consultation n'avait même pas encore commencé ! C'est un simulacre de démocratie qui se joue devant nous, et ce n'est malheureusement pas la première fois qu'une consultation publique est méprisée.

Comment un Plan censé prendre en compte l’avis des spécialistes et du public, peut-il être élaboré et adopté avant même les réunions de travail et les résultats de la consultation !? On est mis devant le fait accompli, et on nous dit qu'on va tout de même demander l'avis du public? De qui se moque-t-on? Plus que jamais, il va falloir répondre à cette consultation pour permettre que le texte soit modifié avant sa ratification finale.

Ces magnifiques animaux remplissent un rôle fondamental dans l'écosystème. Nous pourrions disserter sans fin sur la personnalité des loups, les différents rôles qu'ils remplissent dans la meute, que les anciens enseignent leurs connaissances aux jeunes, que les mères sont très aimantes, qu'ils se complètent les uns les autres... Nous pourrions ajouter que le caractère protégé de leur espèce devrait entrer en ligne de compte... Nous pourrions finir en disant que les loups représentent un atout pour le tourisme vert qui est trop peu mis en avant.
Le code rural reconnait lui-même que les "êtres vivants et la biodiversité font partie du patrimoine commun de la nation." - L.110-1 alinéa 1er. Mais tout cela serait purement argumentatif, et perdrait de vue le principal : les montagnes ne doivent pas être le théâtre de tueries, mais rester des zones de nature protégée, avec des animaux qui ont le droit d'y vivre en paix. 

Pour One Voice, il est impératif de faire des études concernant l’impact de la pastoralité sur la biodiversité. En effet, rien ne dit que les activités agricoles sont un bien pour l'écologie de notre pays et plus largement de la planète, tout indique, en revanche le contraire : destruction de la faune et de la flore de la montagne, envoi des agneaux et des brebis à l'abattoir...

En bref, le seul point positif de notre réunion qui est à des années lumières du respect et de la protection dus aux loups, est que le nouveau texte ne permettra qu'aux éleveurs ayant effectué des aménagements de protection des troupeaux d'être indemnisés en cas d'attaques avérées, selon une conditionnalité graduée. Auparavant, rien n'était exigé.

La consultation est ouverte du 8 au 29 janvier 2018. Mobilisons-nous!

Hr blog

Dans la thématique

KANGAROO, l'interview
Les bouquetins du Bargy : massacrés pour du fromage ?

Commentaires 88

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

colette | jeudi 08 février 2018

Le loup fait partie de la biodiversité, les éleveurs ne se privaient pas de faire payer les massacres au ministère même si c'était un chien laissé en liberté ( je parle d'avant l'élection de Macron donc Hulot) Foutons leur la paix !

Steffani | mardi 23 janvier 2018

Les loups ont leur place dans leur environnement naturel, laissez les tranquille ! Tous les animaux doivent être respectés !

Lucie | mardi 23 janvier 2018

Ces magnifiques animaux remplissent un rôle fondamental dans
l'écosystème. Nous pourrions disserter sans fin sur la personnalité des
loups, les différents rôles qu'ils remplissent dans la meute, que les
anciens enseignent leurs connaissances aux jeunes, que les mères sont
très aimantes, qu'ils se complètent les uns les autres... Nous pourrions
ajouter que le caractère protégé de leur espèce devrait entrer en ligne
de compte... Nous pourrions finir en disant que les loups représentent un
atout pour le tourisme vert qui est trop peu mis en avant.
Le code rural reconnait lui-même que les "êtres vivants et la
biodiversité font partie du patrimoine commun de la nation." - L.110-1
alinéa 1er. Mais tout cela serait purement argumentatif, et perdrait de
vue le principal : les montagnes ne doivent pas être le théâtre de
tueries, mais rester des zones de nature protégée, avec des animaux qui
ont le droit d'y vivre en paix.

Il est impératif de faire des études concernant l’impact de la
pastoralité sur la biodiversité. En effet, rien ne dit que les activités
agricoles sont un bien pour l'écologie de notre pays et plus largement de
la planète, tout indique, en revanche le contraire : destruction de la
faune et de la flore de la montagne, envoi des agneaux et des brebis à
l'abattoir...

Si nécessaire, les éleveurs peuvent effectuer des aménagements de
protection des troupeaux.

Krokro | mardi 23 janvier 2018

Stop au massacre des loups ! Laissez les tranquille !

Ninon | jeudi 25 janvier 2018

Pourquoi s'agenouiller ainsi devant les chasseurs qui, eux, ne s'agenouillent que pour tuer les loups... qui ont le droit de vivre, comme tout être humain car, eux aussi, appartiennent au domaine de l'humain.
La Convention de Genève doit être respectée.
Que vivent les loups!