le jeudi 12 juillet 2018 | 13

Shouka, l’oubliée

Shouka est la première orque à être née captive et à y avoir survécu en France. Elle fut une amie et une grande soeur aimante. Puis, au terme de nombreux voyages de delphinariums en delphinariums à travers le monde, et de rendez-vous manqués avec un mâle avec lequel elle aurait pu avoir des petits, elle subit 10 années d'isolement sans autre cétacé de son espèce! En attendant de finir ses jours sans avoir fondé de clan, elle se resocialise avec la plus vieille des orques captives.

Hr blog

Shouka est une orque femelle âgée de 24 ans. Elle fut la première orque à naître et à rester vivante en France. Sa mère était Sharkane et son père Kim 2.

On l'oublie trop souvent, mais elle fait partie des cinq orques françaises captives.

Au temps de l’innocence, Shouka a été élevée par Sharkane qui était encore très amie avec Freya. Quand elle atteignit l’âge de trois ans, Freya donna naissance à Valentin et les deux enfants devinrent extrêmement proches à force de jouer ensemble. Sa propre mère lui donna encore deux compagnons de jeu, Inouk en 1999 et Wikie en 2001, dont elle s'occupa avec beaucoup d'amour comme une grande sœur le fait chez les orques.

Avec tout le savoir acquis auprès de deux femelles nées en mer, Shouka aurait sans doute fait une excellente mère. Les plans du Marineland pour elle étaient différents. 

En 2002, au terme d'un interminable voyage en avion, Shouka a d'abord été emmenée jusqu'au Six Flags de l'Ohio, aux États-Unis. Elle devait y rencontrer un «fiancé» du nom de Kshamenk capturé en Argentine, mais celui-ci n’arriva jamais. En 2004, on la déplaça au Six Flags de Californie, où elle dut rester seule pendant dix longues années.

Dix ans d’isolement ! Même la loi américaine interdit de laisser un cétacé seul, sans quelqu’un de son espèce. Shouka reçut des dauphins pour compagnons et n’eut plus de contact qu’avec eux et les dresseurs jusque fin 2011. Suite à une première agression, elle fut séparée du dauphin Merlin, puis ce fut Cupidon, un autre grand dauphin affecté à ses distractions, qu’on dut retirer du bassin suite aux accès de rage de la pauvre orque. Après une brève tentative avortée, de l'envoyer au Marineland Canada, il fut décidé qu'elle finirait ses jours au SeaWorld en Californie. Elle y arriva le 20 août 2012, presque en urgence : la solitude l'avait rendue violente et folle au point d'agresser sa dresseuse à plusieurs reprises.

Malgré toutes ses épreuves, Shouka parvint peu à peu à se resocialiser, grâce à l'aide affectueuse de la plus vieille des orques captives au monde, Corky, 50 ans.

Par contre, celle qui aurait du avoir déjà deux ou trois enfants en mer restera seule pour toujours. C'est ce que les parcs utilisaient naguère comme argument sous le nom de "conservation d'une espèce en danger". La reproduction est désormais interdite à SeaWorld, et c'est tant mieux. Les orques devraient vivre libres, dans des groupes qu'ils ont choisis!

Photo JerryFrausto - CC BY 2.0 - La photo a été modifiée pour s'adapter au format du site.

Yvon Godefroid
Hr blog

Dans la thématique

Urgence pour Femke : appel à une mobilisation nationale !
Honey perd la raison dans un bassin crasseux

Commentaires 13

En déposant un commentaire j'accepte la charte de modération des commentaires.

Piombu2b | dimanche 15 juillet 2018

✊🏻

Laura | samedi 14 juillet 2018

Contre l'esclavage des animaux!

Sylvie | vendredi 13 juillet 2018

Il y a un des jours qui m'apportera un grand bonheur : le jour où il n'y aura plus besoin de sanctuaires...

trochu | vendredi 13 juillet 2018

Je suis très attristée et bouleversée de voir autant d'exploitations et d'utilisations d'animaux par les humains. Tous ces individus préfèrent fermer les yeux et leurs consciences devant autant de souffrance, de misère, de douleur, de maltraitance et c'est bien à nous défenseurs des animaux de le dénoncer et d'informer au maximum la population en la sensibilisant. Tous ces merveilleux et si intelligents cétacés n'ont rien à faire dans des bassins quels qu'ils soient et doivent être libérés pour pouvoir vivre et s'épanouir en toute liberté et dans le plus grand respect auprès des leurs dans des sanctuaires adaptés à leurs besoins. Le monde serait si beau sans toute cette maltraitance et exploitation d'animaux, mais gardons espoir car les mentalités changent et évoluent bien heureusement grâce aux multiples combats des associations dont ONE VOICE que je remercie très chaleureusement pour prendre la défense et la protection de tous nos cousins les animaux au quotidien.